Kenya

Sa côte possède des récifs de corail formant des lagunes peu profondes qui invitent à la baignade et à la plongée.

Kenya
Riche en parcs nationaux et réserves naturelles où la diversité de la faune est sans pareil, le Kenya se situe en Afrique de l’Est et borde l’océan Indien.

Aperçu

Généralités

Climat

Tropical le long de la côte, semi-désertique à l'intérieur.

Meilleures périodes: Janvier - février et juillet - octobre pour visiter les réserves d'animaux.
 

Devise

Devise nationale : Shilling kényan - KES

Sécurité en route

Sécurité et politique

Situation générale

Des tensions politiques latentes existent sur l’ensemble du territoire. Pour des raisons futiles, elles peuvent déclencher des manifestations, barrages routiers ou d’autres actes de violence.

Des grèves sporadiques peuvent entraîner des perturbations du trafic et des retards.

Dans quelques régions du pays ainsi que dans les villes, des tensions avec arrière-fonds politiques ou sociaux peuvent apparaître. Des troubles ou violences localement limités sont possibles.

Il y a un risque d’actes terroristes sur l’ensemble du territoire. Par exemple, le 15 janvier 2019, une attaque terroriste visant un centre commercial / hôtel au centre de Nairobi a fait plusieurs morts et blessés. Le 2 août 2017, plusieurs personnes ont été tuées ou blessées lors d’une attaque armée contre un bus à Witu (comté de Lamu).

Faites preuve de vigilance, en particulier dans les lieux publics comme les marchés, les gares routières, les églises, dans les environs de représentations diplomatiques ou de bâtiments du gouvernement et dans les endroits fréquentés par les étrangers, tels que des centre commerciaux modernes.

Dans la zone frontalière entre le Kenya et la Somalie le risque d’enlèvement est élevé. Ce risque ne peut toutefois pas être totalement exclu dans les autres régions du pays, comme le démontre l'enlèvement d'une bénévole italienne à Chakama (comté de Kilifi) en novembre 2018. Les circonstances de cet acte n'ont pas été élucidées. 

Avant et pendant le voyage, informez-vous dans les médias ou par votre agence de voyage sur le développement de la situation. Lors de vos voyages à l'intérieur des terres, faites-vous accompagner d’une personne fiable qui connaît bien les réalités locales. Évitez les manifestations de tout genre, car des débordements sont possibles. Suivez les recommandations des autorités kényanes (p.ex. couvre-feu) et de votre agent de voyage local.


Risques régionaux spécifiques

  • Comté de Mombasa : Des émeutes éclatent régulièrement à Mombasa, surtout après des actes de violence à motivation religieuse ou perçu comme tels, par exemple l’assassinat de personnalités religieuses ou les attaques contre des églises et des mosquées. Les zones les plus concernées sont la vieille ville de Mombasa Island et le quartier de Kisauni. A plusieurs reprises, des attentats dont les causes n’ont pas été élucidées ont été perpétrés à Mombasa. Le taux de criminalité est particulièrement élevé la nuit dans la vieille ville de Mombasa.
    Une prudence particulière est recommandée lors des transferts depuis et vers l’aéroport, ainsi que dans la vieille ville de Mombasa et dans les stations balnéaires de la côte. Observez les consignes des forces de sécurité kényanes et les recommandations de votre guide touristique ou de l’hôtel, en particulier si vous désirez faire des excursions non-accompagnées hors de l’hôtel. Évitez les manifestations de tout genre et les rassemblements de foule de tout genre.
  • Régions rurales : Particulièrement dans les régions reculées, des différences sur le droit de pâturage et d’anciennes rivalités entre tribus amènent sporadiquement à des conflits locaux violents entre les différents groupes de la population. Au cours des dernières années, ces conflits ont causé des morts à plusieurs reprises.
    Principalement dans le comté de Laikipia, des incursions d’éleveurs dans les fermes et les réserves privées ont lieu. De violents affrontements ainsi que des dégâts matériels sont possibles. Par exemple, un fermier occidental a été tué le 5 mars 2017. Le 23 avril 2017, une écologiste occidentale a été touchée par balle dans sa propre ferme. Si vous voyagez dans les régions rurales, faites-vous accompagner d’une personne fiable qui connaît bien les réalités locales.
  • Région frontalière avec la Somalie:Le conflit armé en Somalie a des répercussions sur les conditions de sécurité prévalant dans les comtés avoisinants. Il y a régulièrement des attentats. À plusieurs reprises, des personnes ont été tuées ou blessées quand leur voiture a roulé sur une charge explosive, par exemple en juin 2019 dans le comté de Garissa ou en décembre 2018 dans le comté de Lamu. En août 2017, plusieurs personnes ont été tuées ou blessées lors d’une attaque armée contre un bus à Witu (comté de Lamu).
    Le risque d’agressions est réel et le risque d’enlèvements de la part de terroristes est très élevé. Dans le passé, plusieurs personnes ont été enlevées et déportées en Somalie. En avril 2019, deux médecins cubains ont été enlevés à Mandera; le policier qui les a accompagnés a été tué.
  • Les voyages dans la région du nord-est (Comptés Garissa, Wajir, Mandera) sont déconseillés. Il est également déconseillé de séjourner sur la côte entre la frontière somalienne et le delta du Tana, inclus Lamu.


Extrait de : conseils aux voyageurs DFAE

Vaccination & Santé

Infrastructure sanitaire
À l'exception des grandes destinations touristiques, ainsi que de Nairobi et de Mombasa, l'accès aux soins médicaux est limité. Choisissez si possible des hôpitaux privés; car ils sont en règle générale mieux équipés que les hôpitaux publics. Les hôpitaux exigent un paiement d’avance avant de traiter les patients.


Vaccins

  • Il est recommandé de se vacciner contre :  diphtérie, fièvre jaune, hépatite A, poliomyélite, rougeole et tétanos. Il est recommandé à tous les passagers de plus de 9 mois se rendant à l’extérieur des grandes villes du pays de se vacciner contre la fièvre jaune.
  • Dans certains cas, il est également recommandé de se vacciner contre : fièvre typhoïde, hépatite B, maladies à méningocoques et rage.

Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire pour les voyageurs séjournant dans cette destination provenant dans les 6 jours d’une zone d’endémie (ayant séjourné). Cette obligation est levée pour les enfants de moins d’un an.


Situation sanitaire
Prévoyez un traitement antipaludéen et protégez-vous contre les piqûres de moustiques. Les risques de paludisme sont très élevés dans les régions situées à moins de 2'500 m d’altitude. Dans les régions situées à plus de 2'500 m d’altitude et à Nairobi, le risque de paludisme est plus limité. Un risque de dengue existe également. Respectez les consignes d'hygiène personnelle et alimentaire. Evitez de boire l'eau du robinet.

Criminalité

Situation générale
Largement répandue, la criminalité violente constitue le principal danger particulièrement pour les personnes voyageant seules. Il arrive que des voleurs se fassent passer pour des policiers. Sur les routes nationales, les cas d'agressions à main armée sont nombreux, surtout après la tombée de la nuit. Des délits sexuels ont également été signalés. Dans les villes, les vols de véhicule sous la menace ou avec recours à la violence ainsi que les vols à main armée sont fréquents, principalement la nuit. Le nombre d'effractions et d'agressions dans les maisons de vacances, notamment celles situées le long de la côte, a augmenté. À plusieurs reprises, des étrangers, parmi lesquels des ressortissants suisses, ont été assassinés.

Dans le passé, des actes de piraterie ont été commis dans l'océan Indien y inclus les eaux kényanes. 

Extrait de : conseils aux voyageurs DFAE

Autres conseils utiles pour vos voyages

Risques naturels

Le Kenya se trouve dans une zone d'activité sismique.
Si une secousse sismique devait se produire durant votre séjour, prenez immédiatement contact avec vos proches et suivez les instructions des autorités locales. En cas d’interruption des communications avec l’étranger, vous pouvez vous mettre en liaison avec l’Ambassade de Suisse à Nairobi.

Pour les randonnées et les trekkings, faites-vous accompagner par un guide local expérimenté; dans les parcs nationaux par un gardien du parc.

Extrait de : conseils aux voyageurs DFAE

Préparatifs et formalités

Formalités d'entrée

Les informations suivantes sont destinées à des citoyens suisses.

  • Un passeport suisse valable encore au moins 6 mois après la date d’arrivée est nécessaire pour se rendre dans cette destination. L’entrée dans le pays peut être refusée aux voyageurs présentant un passeport endommagé et/ou des documents remplaçant celui-ci.
  • Un visa est également nécessaire. Celui-ci peut être obtenu à l’arrivée pour les séjours jusqu’à 3 mois, pourvu que le passeport contienne au moins une page vide pour l’approbation du visa : USD 50.- (aussi payable en EUR ou GBP). Une extension de séjour est possible pour 3 mois supplémentaires.
    Un visa électronique doit être demandé via le lien suivant : www.ecitizen.go.ke
    Temps de traitement : env. 7 jours.

Depuis janvier 2014, un visa unique et commun peut être obtenu pour les 3 pays d’Afrique de l’Est suivants : Kenya, Rwanda et Ouganda.

Il est nécessaire de présenter votre billet de retour ou de continuation de voyage, des papiers en règle pour la prochaine destination ainsi qu’une preuve de fonds suffisants pour votre séjour (au minimum USD 500.-). Faute de quoi l’entrée dans le pays peut vous être refusée.

Aucune taxe d’aéroport n’est perçue.

Assurances

Permis de conduire et location de voiture
Le permis de conduire suisse est reconnu pendant 90 jours. Il est toutefois vivement recommandé de vous procurer un permis de conduire international avant votre départ. Ce dernier n'est valable que s'il est accompagné de votre permis de conduire national (obtenu depuis au moins 2 ans pour louer une voiture) et s'obtient auprès des points de contact de notre club ou au Bureau cantonal des automobiles de votre canton de domicile.

L’âge minimum pour louer une voiture est de 23 ans.


Importation temporaire de véhicule privé
Un carnet de passages en douane (CPD) est obligatoire pour l’importation temporaire de véhicules à moteur ou remorques dans cette destination.

Péage et règles de circulation

Règles de circulation

Circulation à gauche.

Vitesse

  • Localités : 60 km/h
  • Hors localités : 100 km/h

Alcool

0.8‰

Sièges enfants

Aucune réglementation concernant la sécurité des enfants.

En cas d'urgence

Accidents

En cas d'accident ayant fait des blessés, appeler la police et l'ambulance et, pour les détenteurs du Livret ETI, la Centrale d'intervention ETI du TCS à Genève.

Numéros d'urgence
Police999
Ambulance999
Pompiers999
Pannes020-82 50 67
Centrale d'intervention ETI000 41 58 827 22 20

Les informations touristiques pour cette destination ont été récoltées avec le plus grand soin et sont régulièrement actualisées. Toutefois, aucune garantie n'est donnée quant au caractère exact et exhaustif de ces données.
À noter que nos informations touristiques s'adressent spécifiquement à des citoyens et résidents suisses et concernent des véhicules immatriculés en Suisse. Leur validité n’est donc pas garantie pour d’autres voyageurs.
Les informations concernant les thèmes suivants ont été mises à disposition par le DFAE (Département fédéral des Affaires étrangères) : sécurité & politique, infrastructure sanitaire, criminalité et risques naturels.

Changer de destination

Conseil aux voyageurs

Le DFAE déconseille partiellement de se rendre dans ce pays.

Plus d’informations

Plus d'informations

Tension du réseau: 220/240 V
Préfixe: +254
Police: 999
Ambulance: 999
Pompiers: 999
Pannes: 020-82 50 67
Alcool: 0.8‰
 

En savoir plus

Partager
durckenE-MailFacebookTwitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.