Carte de membre
TCS Mastercard
Facture

Vous êtes sur les pages de :
Choisir une section
Genève
Appenzell AR
Argovie
Bâle
Berne
Bienne-Seeland
Fribourg
Genève
Glaris
Grisons
Jura - Jura bernois
Neuchâtel
Schaffhouse
Schwytz
Soleure
St-Gall - Appenzell IR
Tessin
Thurgovie
Uri
Valais
Vaud
Waldstätten
Zoug
Zurich
Camping Club
Canoë Club
 

Analyse des infrastructures et recours

Analyses des infrastructures

Quai du Cheval-Blanc

 La Ville de Genève et la Ville de Carouge envisagent la requalification et le réaménagement du quai du Cheval-Blanc, comprenant l’introduction d’une limitation de vitesse à 30km/h, la suppression de nombreuses places de stationnement, ainsi que d’une voie de présélection.

La section genevoise du TCS confirme son soutien aux 30 km/h dans les quartiers d’habitations et, à la vue du faible trafic attendu sur cet axe, comprend également la volonté de réduire le nombre de voies de présélection. Nous souhaitons par contre exprimer notre désapprobation face à cette initiative en ce qui concerne les places de stationnement. Nous rendons attentif au fait que ce sont des places bleues dont les habitants du quartier bénéficient et qui, selon notre comptage du 11 avril 2022, sont occupées aux trois-quarts par des détenteurs de macaron. Avant même les suppressions prévues par l’autorisation en force, le parking de l’Octroi n’est uniquement éligible à la compensation que pour 20 places (selon les chiffres communiqués par l’OCT en mars 2022), ce qui illustre bien les difficultés actuelles de stationnement du quartier. Nous nous opposons ainsi aux 90 suppressions supplémentaires envisagées.

Nous relevons de plus que l’itinéraire choisi pour cet axe de voie verte nous semble peu opportun concernant la place réservée aux cyclistes désirant se déplacer rapidement. Ceux-ci bénéficient déjà d’une piste bidirectionnelle sur l’autre rive et d’un itinéraire continu déjà existant jusqu’au Bois de la Bâtie. Nous invitons ainsi les autorités de la Ville de Genève et de la Ville de Carouge à revoir l’ensemble de cet axe pour définir un itinéraire plus cohérent, avec d’une part les promeneurs, d’autre part les cyclistes désireux de se déplacer plus rapidement. Cette option aurait pour avantage de mieux séparer les flux, éviter les conflits et améliorer le confort et la sécurité pour l’ensemble des usagers de la mobilité douce.

Concernant l’aménagement réservé aux promeneurs sur la rive gauche de l’Arve, il est selon nous plus judicieux de disposer les places de stationnement côté rivière sur le modèle de tronçon existant entre le 14 et le 23. Cela permettrait d’éviter la mixité des flux sans supprimer plus de place de stationnement que la cinquantaine strictement nécessaire. Nous encourageons finalement les autorités à informer les riverains et les commerçant du quartier suffisamment tôt pour qu’elles puissent connaître leurs besoins et tenir compte de leurs doléances lors d’un projet d’aménagement d’un tel impact sur leur quotidien.

Avenue du Mail

La Ville de Genève envisage d’étudier un réaménagement de l'avenue du Mail, comprenant l’introduction d’une limitation de vitesse à 30km/h, la suppression de nombreuses places de stationnement, ainsi que de deux voies de présélection.

La section genevoise du TCS confirme son soutien aux 30 km/h dans les quartiers d’habitations avec cependant le maintien, de jour comme de nuit, de la limite à 50 km/h sur la cinquantaine d'axes structurants dont fait partie I’Avenue du Mail. Cette solution, en ligne avec notre engagement pour la sécurité routière, garantit le bon fonctionnement de l'ensemble du réseau routier et permet d'éviter que le trafic ne se reporte dans les quartiers résidentiels.

En ce qui concerne les places de stationnement, nous notons qu’une proportion non négligeable sont des places bleues, dont les habitants du quartier bénéficient s'ils sont porteurs d'un macaron. Le fait de "compenser" les places supprimées dans des ouvrages existants comme le parking de Plainpalais montrera rapidement ses limites, au risque de provoquer à terme une pénurie de l’offre dans le quartier. L’exemple du parking Saint-Antoine, non éligible pour l’année 2022, suite au succès de la politique de tarification est à ce titre exemplaire. Nous nous opposons ainsi aux suppressions envisagées.

Nous nous inquiétons également de la suppression de voies de présélection principalement au droit du carrefour des Vingt-Trois-Cantons en direction du Pont des Acacias. Selon nos comptages en heure de pointe, pas moins de 500 veh/h souhaitent effectuer un mouvement à droite. Or, la suppression de voies de présélection envisagée impliquerait soit une augmentation conséquente du temps de vert au détriment des autres mouvements du carrefour, soit un report de plus de 200 veh/h sur les rues de quartier agaçantes au détriment des riverains. Aucune de ces alternatives ne nous semble souhaitable.

Boulevard des tranchées

En collaboration avec Pro Vélo Genève, la Section genevoise du TCS élabore une alternative à l’aménagement COVID pérennisé sur le Boulevard des Tranchées. Cette alternative a pour avantage de réinstaurer une voie propre pour chacune des trois directions de la place Edouard-Claparède et ainsi fortement fluidifier le trafic motorisé. Elle permet également de prolonger la voie de bus pour permettre au TPG une vitesse commerciale indépendante de la congestion sur le boulevard. Enfin, les cycles jouissent de sas supplémentaires et de bandes cyclables continues.

Voies vertes

La Section genevoise participe activement au développement et aux concertations des projets de voie verte sur notre territoire. Ces aménagements en site propre réservé à la mobilité douce sont propices à la rencontre, à l’échange et à la promenade, tout en valorisant l’environnement et le cadre de vie. À l’heure actuelle il y a trois tronçons à l’étude ou en cours de réalisation : 22 km d’Annemasse à Saint-Genis, 10 km de Versoix à Genève-Sécheron et 5 km de Bernex au Bois de la Bâtie.

Versoix

À la demande de l’association des habitants du quartier de Montfleury, la Section genevoise a étudié les conditions de visibilité de deux passages piétons et émis des recommandations, sur la base des normes VSS, afin de garantir la sécurité des piétons et des deux-roues légers. La Section a profité de cette occasion pour apporter son expertise sur le trottoir traversant du Chemin de Pont-Céard et de l’infrastructure cycliste inexistante pour les mouvements tournants à gauche depuis la Route Suisse.

Meyrin (En Chardon)

La Section genevoise participe au groupe technique des associations Mobilité Douce et, dans ce cadre, à proposer une alternative à l’aménagement actuel devant le dépôt TPG en Chardon de la Route de Meyrin. En effet, la chicane cycliste et piétonne est peu compréhensible et dangereuse pour les PMR. De plus, elle est incompatible avec la giration des cycles, en particulier, des vélos cargos. Une variante dans la continuité du passage piéton équipé de feux synchronisé avec les mouvements TPG lui semble préférable.

Route de Lausanne

La Section genevoise s'oppose à la proposition de réduction de vitesse sur la Route de Lausanne qui est une route cantonale principale et correspond, en termes de hiérarchie, au réseau primaire. De plus, elle appartient au réseau routier structurant selon la Feuille de route 2021-2023 de la LMCE. La Section souhaite faire remarquer qu’un abaissement de la vitesse va à l’encontre du rôle premier des axes structurants qui est, selon ladite feuille de route, de canaliser le trafic de transit. La ligne 52 des TPG est également pénalisée avec une réduction de la vitesse moyenne théorique de 40%.

Recours

Aménagements cyclables: Rue de la Croix Rouge et Axe Georges-Favon

Trois recours ont été déposés en 2020 (Deux concernant l’axe Georges-Favon-Terreaux-du Temple et l’autre concernant la  rue de la Croix-Rouge). Une entrevue a eu lieu notamment avec le Canton pour évoquer les propositions d’itinéraires cyclables alternatifs du TCS. L’Association a réitéré la demande que les aménagements provisoires problématiques soient supprimés jusqu’à ce qu’une meilleure solution soit trouvée. A Bâle, des experts mandatés pour une étude préalable sont arrivés à la même conclusion : l’aménagement d’une voie cyclable au détriment des transports individuels sur les grands axes est contreproductif et déconseillé. A Genève, les nouveaux aménagements n’ont fait l’objet d’aucune consultation préalable ou analyse d’experts.

Jugement du 7 avril 2022 du Tribunal administratif de première instance : Les autorités de la Ville et du Canton sont sommées de rétablir la deuxième voie de circulation sur l’axe George-Favon/rue des Terreaux-du-Temple par le Tribunal administratif de première instance. En cause, l’absence d’études et de projections, ainsi que la violation du droit constitutionnel « visant la complémentarité, la sécurité et la fluidité des divers moyens de transport publics et privés ».

En savoir plus

Newsletter
Réseaux sociaux
FacebookInstagramTwitterLinkedInYouTube
Magazine Touring
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
50 ans Protection juridique
60 ans Livret ETI
Sociétariat famille
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.