16.01.2019

Brexit - accord de sortie clairement rejeté

En l'absence d'un autre accord, il faut s'attendre à des restrictions après le départ de la Grande-Bretagne de l'UE.

16 janvier 2019

Mardi 15 janvier 2019, les députés britanniques ont largement rejeté l’accord de sortie de l’Union européenne que la Première ministre Theresa May a conclu avec l’UE.
Ce vote historique expose plusieurs cas de figures :

  • Une sortie de l’Union européenne sans accord 
  • Un nouveau accord avec l’UE
  • Un nouveau référendum
  • Pas de Brexit ou repoussement de la date de sortie

Dans le premier cas, le 29 mars 2019 la Grande Bretagne sortira de l’UE sans accord, ce qui entraîne des graves conséquences sur plusieurs plans. Pour les voyageurs, plusieurs restrictions sont à considérer dont celles-ci-dessous.

Contrôles à la frontière
Tous les biens et personnes doivent à nouveau passer des contrôles à la frontière. La Suisse n’est pas concernée par ceci, toutefois, comme la Grande Bretagne ne fait pas partie de l’Espace Schengen, les citoyens britanniques devraient avoir un VISA pour pouvoir voyager en Europe. Pour éviter ceci, la Commission de l’UE souhaite permettre aux citoyens britanniques de voyager sans VISA pendant 90 jours. 

Restrictions au trafic dû au dédouanement
Le trafic des marchandises va être ralenti par le dédouanements qui provoquerait des longs embouteillages.

Restrictions au trafic aérien
De nombreuses compagnies aériennes ne seraient plus autorisées à voler depuis et vers le Royaume-Uni. Pour éviter ceci, le gouvernement britannique veut délivrer aux compagnies aériennes des autorisations spéciales temporaires, ceci avec l’accord de l’UE. En outre différents accords quant à l’espace aérien doivent être renégociés, ce qui peut engendrer une augmentation du prix des billets d’avion. La Suisse s'est également occupée d'un tel accord. La Suisse et la Grande-Bretagne ont notamment signé un accord sur le trafic aérien qui vise à maintenir la réglementation existante.

Permis de conduire international
Le permis de conduire britannique pourrait ne plus être suffisant pour pouvoir conduire dans l’UE après le 29 mars. Les conducteurs britanniques devraient avoir dans ce cas un permis international.

Conséquences pour le tourisme
Une sortie de l’UE sans accord entraîne probablement un effondrement de la monnaie, ce qui signifie que les voyages dans des pays de l’UE ainsi qu’en Suisse, deviennent plus chers pour les britanniques.

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.