Vous êtes sur les pages de :
Choisir une section
Genève
Appenzell AR
Argovie
Bâle
Berne
Bienne-Seeland
Fribourg
Genève
Glaris
Grisons
Jura - Jura bernois
Jura neuchâtelois
Neuchâtel
Schaffhouse
Schwytz
Soleure
St-Gall - Appenzell IR
Tessin
Thurgovie
Uri
Valais
Vaud
Waldstätten
Zoug
Zurich
Camping Club
Canoë Club
 

Menaces sur les salons de l'automobile

Le salon de Genève aussi affecté ?

26 juin 2018
salon de l'auto

Paris : le Mondial de l’Automobile 2016 a vu sa fréquentation baisser de 15%. Francfort en 2017: -13%. Et Genève ? À peine 5%. La menace sur les salons est-elle sérieuse ? 

directeur salon de l'auto
André Hefti, Directeur général du GIMS, Geneva International Motor Show

Les défections ont été nombreuses en 2016 à Paris. Des marques prestigieuses ont renoncé : Rolls Royce, Bentley, McLaren, Lotus, Bugatti (dont l’usine est en France), Cadillac et même l’icône sportive française Alpine. Et dans les marques courantes: Ford, Volvo, Mazda. La fréquentation a baissé de 1,25 million à 1,07 million, soit 15%. Pour 2018: le groupe VW vient de confirmer qu'elle boudait Paris. À Francfort, les défections significatives en 2017: Peugeot, Nissan, Volvo, Fiat, Alfa Romeo. Et 810 000 visiteurs, soit une érosion de 13%. 

Aux États-Unis, la capitale de l’automobile Detroit subit le même sort. Porsche, Jaguar et Land Rover étaient absentes, Mercedes-Benz a annoncé qu’elle ne participerait pas à l’édition 2019. Selon André Hefti, directeur général du GIMS (Geneva International Motor Show), les constructeurs choisissent d’aller là où sont leurs clients. «Il est compréhensible que Porsche et Mercedes-Benz préfèrent Los Angeles à Detroit: leur marché est en Californie.»

GENÈVE FAIT ENCORE EXCEPTION
Cette année, une grande absente a frappé les esprits au GIMS: Opel. Rachetée par le groupe PSA (Peugeot-Citroën), elle est en stand-by sur le sort de ses modèles. Rien ne dit qu’elle ne retrouvera pas une place en 2019. «À Genève, tout le monde est logé à la même enseigne. Nous n’avons pas le problème de l’IAA à Francfort, où le gigantisme des marques allemandes noie les autres», souligne André Hefti. Autre élément à relever: les conférences de presse sont très bien organisées, les 10 000 journalistes apprécient le respect de l’horaire. Comment voit-il l’avenir? «De nouvelles marques sont intéressées. Elles sont petites, mais diversifient l’intérêt, comme NEVS, provenant de Chine, c’est l’ex-Saab. Nous allons également devoir adapter notre règlement pour accueillir d’autres formes de mobilité.» Le directeur général de Palexpo, Claude Membrez précise: «Nous avons signé un accord avec l’IFA (la plus grande foire technologique d’Europe), qui a lieu à Berlin cet automne. L’IFA et le Salon organisent à Genève le congrès Shift Automotive. Il a un sens, car nous avons constaté que les constructeurs automobiles sont actifs au CES, le salon de l’électronique de Las Vegas. Cela ouvre de nouvelles perspectives technologiques qui intéressent les exposants de Genève

Gil Egger  

directeur palexpo
Claude Membrez, Directeur général de Palexpo
Partager
Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.