Le carnet d’entretien numérique

Diverses marques automobiles ont d’ores et déjà basculé au carnet électronique. Une formule novatrice qui comporte aussi quelques zones d’ombre.


Depuis des lustres, la boîte à gants de chaque voiture abrite l’indispensable carnet d’entretien. Ce précieux sésame répertorie les différentes opérations de maintenance effectuées durant la vie du véhicule. Il offre donc un aperçu du suivi effectif des services d’entretien, lesquels sont certifiés par un tampon apposé par le garagiste. Ce carnet fait aussi foi lors d’une demande en garantie. De surcroît, il constitue un atout indéniable au moment de la revente, apportant une preuve du vécu de la voiture. Révolution digitale oblige, un nombre croissant de constructeurs et d’importateurs ont renoncé au traditionnel carnet imprimé au profit d’une version numérique. Une option actuellement privilégiée par plus d’une dizaine de marques.

Carnet en ligne

En fait, le carnet d’entretien numérique n’est autre qu’une banque de données centralisées contenant l’historique de la maintenance du véhicule et pouvant être consultée en tout temps. Pionnier en la matière, Mazda a remplacé dès 2005 le document imprimé par un carnet numérique sur le monospace Mazda 5 avant d’y convertir toute sa gamme à mi-2006. A l’origine, cette idée est apparue aux Etats-Unis dans les années 80. L’objectif était de centraliser les données des véhicules afin de dépister d’éventuelles manipulations du kilométrage sur les occasions. Depuis, différentes marques ont choisi cette formule pour certains modèles, voire l’ensemble de leur gamme.

Dans la pratique, le client obtient une feuille justificative accompagnant la facture, une fois le service effectué. Les données peuvent souvent être consultées sur internet au moyen d’un login ou d’une application pour smartphone. Dans le cas de Mazda par exemple, une app gratuite donne accès à l’historique de l’entretien et aux données du véhicule. On y trouve les divers travaux de maintenance prescrits mais aussi les opérations de rappel et les réparations consécutives à un accident.

Contrairement à d’autres marques, Mazda fournit toutefois en sus un carnet tamponné. Qui plus est, le client a la possibilité de demander à tout moment une copie des travaux inscrits dans le livret électronique.

Indéniables avantages

Après un service, un protocole est envoyé via internet à la base de données centralisées. L’état des travaux de maintenance effectués ou à venir peut être visualisé en permanence par les ateliers agréés. Ces informations détaillées permettent par exemple au garagiste de savoir quelles pièces d’usure ont été remplacées. Pour l’automobiliste, le carnet d’entretien numérique fournit l’assurance de pouvoir attester de l’entretien effectué sur son véhicule. Les données étant sauvegardées, fini les soucis en cas de perte irrémédiable du document imprimé. Un avantage lors de la revente du véhicule ou de l’achat d’une occasion. De plus, les manipulations du compteur sont facilement identifiables en vérifiant les kilométrages inscrits lors des différents services d’entretien.

La question de l’accès

Cette nouvelle pratique, apparemment séduisante, soulève toutefois quelques interrogations. Que va-t-il se passer lorsqu’un véhicule sera revendu à un concessionnaire d’une autre marque? Les clients potentiels pourront-ils en obtenir les données? Il faut savoir que l’accès à ces informations via internet est payant et que les conditions tarifaires varient d’une marque à l’autre. Les coûts d’abonnement pour un garage vont de quelques francs par heure à plus de 2000 francs par année. Il va sans dire qu’au bout de la chaîne, le client paiera sans doute les frais d’utilisation et de mise en ligne des données. On peut imaginer que cela soit intégré au tarif horaire de la main d’œuvre. A souligner aussi qu’aucun standard ne définit l’élaboration des bases de données et des carnets d’entretien numériques. Chaque marque suit son propre chemin.

De l’avis du TCS, il importe que les livrets d’entretien numériques n’enfreignent pas la liberté du commerce. Avec la pratique actuelle, les garages indépendants peuvent consigner leurs données dans le carnet sans coûts annexes. Il serait d’autre part souhaitable que le client ait la possibilité de choisir s’il désire un livret d’entretien imprimé ou numérique.

Les recommandations du TCS

  • En l’absence de document imprimé ou d’inscription dans le carnet d’entretien conventionnel, toujours exiger du garagiste un justificatif attestant que le service d’entretien a été introduit dans la base de données centralisées.
  • Sur la facture, le garagiste doit mentionner de manière claire et intelligible les travaux effectués et les pièces changées.
  • Le client doit disposer du libre choix du garage.
  • Il est recommandé de conserver tous les documents remis par le garagiste après un service.

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.