Carte de membre
TCS Mastercard
Facture

  • Coronavirus - Nous sommes disponibles en continu pour nos membres. Découvrez toutes nos informations autour de la situation actuelle en un clic
  • Coronavirus - Nous sommes disponibles en continu pour nos membres. Découvrez toutes nos informations autour de la situation actuelle en un clic

Une visite dans l’entreprise Hymer

Outre-Rhin, au royaume des camping-cars

Auteure: Juliane Lutz, rédacteuer chez Touring

Evoquer ces véhicules de loisirs, c’est penser à la marque Hymer. Petite visite dans cette entreprise traditionnelle allemande que le pionnier Erwin Hymer a développée jusqu’à devenir le leader du marché européen. 

Situé dans la campagne de Haute-Souabe (Oberschwaben), entre le lac de Constance et Ulm, l’imposant musée Erwin Hymer est la première chose que l’on remarque. En face, séparés par une route, se dressent les bâtiments de la société Hymer GmbH & Co.: un petit univers en soi, proche de Bad Waldsee, où le travail s’effectue au rythme des trois-huit.

Outre-Rhin, au royaume des camping-cars

Outre-Rhin, au royaume des camping-cars
Hymer Classe B MasterLine I 880

Wilhelm Wäscher a travaillé pour cette fabrique de camping-cars durant 37 ans. Aujourd’hui, il guide les visiteurs dans l’entreprise. Et nombreux sont ceux qui veulent découvrir l’usine, manger ensuite au restaurant Hymer, avant de s’émerveiller devant les joyaux du musée. Dans la halle de montage, dont la superficie équivaut à peu près à trois terrains de football, les visiteurs peuvent observer depuis un balcon comment un Hymer MasterLine Classe B prend forme. Un modèle facturé 105 000 euros reprenant une motorisation de Mercedes Sprinter. Ou comment les ouvriers assemblent un Hymer Free sur un châssis de Fiat Ducato qui, avec son tarif d’à peine 43 000 euros, est le moins cher des camping-cars. La gamme Hymer compte actuellement pas moins de 12 modèles, dont 4 sont des camping-cars intégraux et 6 des profilés de la catégorie 3,5 tonnes, et peuvent donc être conduits avec un permis de voiture.

Rythme de montage accéléré

Un ensemble châssis-moteur est acheminé dans la halle. Déjà équipé de réservoirs, de l’électricité, du raccordement en gaz et en eau, ainsi que d’un revêtement de sol, il se mue progressivement en camping-car. La halle est divisée en quatre sections dans le sens de la longueur: des espaces regroupant des placards ainsi que des meubles de cuisine, des salles de bains et des espaces de couchage. Autant d’éléments que les ouvriers installent en très peu de temps. Pour finir, ce sont les parois latérales et le toit qui sont posés. Le processus de montage dure entre 1,5 et 2,5 jours, selon qu’il s’agisse d’un camping-car ou d’un grand modèle profilé. Hymer ne divulgue pas le nombre de véhicules
qui sont produits dans ces installations chaque année. Comme la société fait partie de l’entreprise américaine Thor Industries, elle-même cotée en bourse, aucun autre détail n’est divulgué. Cependant, selon des sources bien informées, le groupe Erwin Hymer – il possède 19 autres marques telles qu’Eriba et Dethleffs – produit 60 000 véhicules de loisirs par an.

Imagination débordante

Hymer Classe B 1981
Hymer Classe B 1981

Le fondateur, Erwin Hymer, a toujours vu grand. Sans quoi il n’aurait pas pu transformer une petite usine artisanale en une entreprise d’envergure mondiale. En 1957, alors âgé de 27 ans, il construit, avec l’aide de l’ingénieur aéronautique Erich Bachem, une petite caravane dans l’atelier de son père, à Bad Waldsee. Ce modèle Ur-Troll est à l’origine de la marque de caravanes Eriba. L’idée que les vacances doivent aussi être possibles en dehors des hôtels et des tentes de camping l’amène à concevoir, en 1961, le camping-car Caravano, sur un châssis Borgward. Mais ce dernier n’a été produit qu’à quelques unités et le constructeur automobile fait faillite en 1963. 

D’autres auraient renoncé, mais pas Erwin Hymer, qui s’accroche à ses visions de voyages nomades, plus populaires aujourd’hui que jamais. En 1971, il présente pour la première fois le modèle Hymermobil, reposant sur un châssis Mercedes Transporter, au Salon de la caravane d’Essen. Avec ses parois en plastique léger et sa forme carrée, ce précurseur a longtemps dicté l’allure des camping-cars. Une démarche judicieuse: durant la saison 1977–1978, quelque 1000 unités de l’Hymermobil 521, plus perfectionné, sont produites.

Bouillonnant d’idées, notre homme imagine diverses innovations: le lit rabattable et abaissable est une invention Hymer, tout comme le système PUAL, une structure murale en sandwich constituée d’une paroi extérieure en aluminium et d’une isolation en mousse de polyuréthane. Hymer fut également très actif dans le domaine des affaires: en 1980, Hymer et Eriba fusionnent et, dans les années 1990, il rachète des fabricants de caravanes tels Dethleffs et Bürstner. A partir de 2006, il fait sortir des chaînes de production de la société Capron – fondée l’année précédente – les marques Carado et Sunlight. Erwin Hymer décède en 2013, à l’âge de 83 ans. Début 2019, ses héritiers vendent le groupe Erwin Hymer – il emploie aujourd’hui plus de 25 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros – à Thor Industries, sis dans l’Indiana, le premier fabricant américain de camping-cars et de caravanes. Ce rachat a donné naissance au plus grand fabricant mondial de véhicules de loisirs.

Qualité made in Germany

Nulle trace de robots lorsque l’on traverse l’usine. Lors du pré-montage, un employé nettoie manuellement les bords des éléments de mobilier qu’une machine-outil a fraisés dans un panneau. «Il s’agit encore en bonne partie d’une manufacture. Et lorsque l’on construit de véritables hôtels sur roues, tout doit être parfait », avance fièrement Wilhelm Wäscher. 80% du mobilier et des textiles équipant les camping-cars sont fabriqués ici. L’atelier de couture de l’entreprise emploie à lui seul une trentaine de personnes. Tout cela explique les prix de ces produits de qualité, distribués en Suisse par six revendeurs. L’intérieur d’un modèle Exsis-i ou d’un Camper Van ressemble à une élégante
chambre d’hôtel, même si l’espace du salon, de la chambre à coucher et de la salle d’eau est plus restreint.

Et qu’en est-il de l’électrification des véhicules?

Le diesel est toujours d’actualité car, pour nos fourgons et autres véhicules de base, il n’existe actuellement aucune technologie appropriée de stockage de l’électricité, provenant de l’industrie automobile, qui nous permettrait de parcourir de longues distances», avoue Christian Bauer, directeur général de Hymer GmbH & Co. Mais à long terme, il faudra trouver de nouveaux concepts de propulsion. Reste à savoir de quoi ceux-ci seront faits. Mais les constructeurs automobiles ont une réelle responsabilité à cet égard, puisque ce sont eux qui produisent les véhicules de base.

Et quel que soit le mode de propulsion utilisé à l’avenir par les camping-cars et autres fourgons profilés, Hymer compte bien poursuivre sur la voie du succès, fort de la demande croissante. Pas moins de 131 956 camping-cars ont été vendus en Europe l’an dernier, en hausse de 5,5 %.

Interview de Frank Venter, responsable du design chez Hymer

Lisez l'interview de Frank Venter, responsable du design chez Hymer, ici.

Avez-vous trouvé cet article utile?
Oui
Non
100%
des utilisateurs ont trouvé cet article utile
4 évaluations
 

En savoir plus

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.