Carte de membre
TCS Mastercard
Facture


Voiture électrique en hiver : quel impact a le froid ?

Le froid a un impact sur l'autonomie et la recharge des voitures électroniques. En hiver, cependant, il n'y a pas que des aspects négatifs, mais aussi des avantages.

Voiture électrique en hiver : tout ce que vous devriez savoir

Les voitures électriques ont plus de difficultés en hiver. Par rapport aux véhicules à moteur à combustion, les voitures électriques présentent toutefois des avantages. Les conducteurs de voitures diesel en particulier connaissent cette sensation : maintenant que les températures dépassent à peine zéro, le moteur indique clairement qu'il fait trop froid pour lui. Elle tremble et fait du bruit jusqu'à ce qu'elle se réchauffe, plus ou moins selon l'année et l'isolation sonore. Une expérience hivernale complètement différente attend les conducteurs de voitures électroniques. Leur voiture ronronne, comme d'habitude. Elle ne se soucie pas du froid.

Mais cela ne veut pas dire que l'hiver est une période totalement insouciante pour les voitures électriques. Parce qu'à basse température, deux facteurs se conjuguent défavorablement. Et tous deux ne concernent pas la propulsion, mais le stockage d'énergie, c'est-à-dire la batterie. D'une part, la demande en énergie augmente par temps froid et, d'autre part, la batterie peut en fournir moins en hiver. La chimie cellulaire dans les réservoirs d'électricité est tout simplement moins en forme qu'à des températures confortables.

Le résultat ? Une autonomie plus courte. Un effet qui peut être amoindri par quelques astuces. Mais quelle est la perte dûe au froid dans une voiture électrique ? Lors d'un test de véhicules à grande échelle avec vingt véhicules, l'association norvégienne des automobilistes a déterminé une moyenne de 18,5 % d'autonomie en moins, par rapport aux relevés officiels du WLTP. La fourchette était comprise entre 9 et 30 %.

L'influence du froid sur l'autonomie et les mesures pour augmenter l'autonomie

Néanmoins, l'époque des inquiétudes justifiées quant à l'autonomie est largement révolue avec les nouvelles voitures électroniques. La plupart des voitures électriques d'aujourd'hui sont équipées de batteries plus grandes dont le contenu énergétique est mieux utilisé par l'électronique de puissance avancée. Concrètement : qu'une Tesla S LR parcoure 610 km (selon le WLTP) ou 470 km représente une énorme différence en termes de calcul, mais dans la vie réelle, elle ne devrait que rarement jouer un rôle décisif, hormis le prix plus élevé au kilomètre. Et dans la pratique, on ne devrait guère remarquer si une Hyundai Kona perd 44 km de son autonomie sur 449 km en hiver (le test a été effectué en Norvège à des températures comprises entre -6 et + 3° C).

Pour les hybrides rechargeables, en revanche, une baisse de 20 % de l'autonomie pourrait bien déterminer si le trajet quotidien peut encore être effectué électriquement ou non.

Pourquoi l'autonomie est-elle plus courte dans le froid ?

  • La capacité des cellules de la batterie à des températures froides est inférieure, environ -50% à -20°C. (Source). Elle est généralement compensée par le chauffage de la batterie, mais là encore, cela coûte un peu d'énergie et dépend de la chimie des cellules de la batterie.
  • Le chauffage nécessite une puissance de 2 à 5 kW, ce qui augmente la consommation d'énergie du véhicule d'environ 10 à 20 %. Cette consommation peut être considérablement réduite en utilisant un chauffage des sièges, un chauffage de volant et un chauffage de pare-brise au lieu de la climatisation. Le chauffage de siège et le chauffage de volant ne nécessitent ensemble qu'environ 150W (Source).

Voici comment conserver vos réserves d'énergie lorsqu'il fait froid en hiver :

  • Si possible, faites chauffer votre véhicule à votre borne de recharge avant de partir. Le chauffage d'une voiture qui a refroidi à une température confortable nécessite plus d'électricité que le maintien de la température par la suite.
  • Il faut plutôt compter sur le chauffage des sièges et du volant. Le chauffage nécessite dix à trente fois plus d'électricité que le chauffage du siège et du volant.
  • Garez votre voiture au soleil si possible.
  • Les recommandations habituelles en matière de conduite économique et de récupération intelligente s'appliquent. Sur les étapes d'autoroute, par exemple, une petite réduction de vitesse fait beaucoup de bien : 110 km/h au lieu de 120 km/h réduit la résistance de l'air de 15 %.
 
 
App klima Tesla
App - iD3
 
App - clima -Tesla S
App - Tesla S
 
app Nissan Leaf
App - Nissan Leaf
 

Les avantages de la voiture électrique dans le froid

  • Aucun problème de démarrage.
  • Le chauffage de stationnement est de série sur presque tous les modèles, généralement avec accès par App.
  • Le contrôle de la traction des moteurs électriques est très réactif.

L'influence du froid sur le comportement de conduite

La réduction de la puissance de la batterie par temps froid implique une diminution de performance, dépendamment de la température et du modèle. En cas de températures négatives, le véhicule limite la puissance jusqu'à ce que le chauffage de batterie ait amené la batterie à la température de fonctionnement. La pleine ou presque pleine puissance est alors à nouveau disponible.

La voiture électrique est souvent très bonne sur les routes glissantes, car le moteur électrique pour les RBA peut doser le couple beaucoup plus rapidement et avec beaucoup plus de précision que les moteurs à combustion interne. Grâce aux batteries, les voitures électriques ont souvent un centre de gravité très bas et une répartition uniforme du poids.

L'influence du froid sur la recharge

Par ailleurs, le froid réduit les performances de la batterie non seulement lorsqu'elle fournit de l'énergie, mais aussi lorsqu'elle est en charge. Selon une étude finlandaise, la vitesse de recharge à -10° C est de 15 % inférieure à une température idéale de 20° C. Cependant, la courbe de charge et la gestion de la température varient beaucoup selon le modèle, et les déclarations générales ne peuvent être prises qu'à titre indicatif.


L'impact d'un climat froid sur la durée de vie des batteries

En termes de longévité des batteries, le froid présente même des avantages : la chimie des cellules est moins affectée qu'à haute température. En général, le vieillissement du dispositif de stockage de l'énergie semble être une préoccupation mineure. La batterie d'une Tesla S âgée de six ans et ayant un kilométrage de 140 000 km avait encore plus de 90 % de sa capacité nominale lors du test des occasions du TCS.

Les piles vieillissent généralement plus vite dans les régions chaudes (Source). Le climat suisse est bénéfique en termes de durée de vie des batteries. Les températures froides ralentissent les processus chimiques dans la batterie, mais n'endommagent pas la cellule plus que la moyenne.

 
 
© TCS Conseils en mobilité
© TCS Conseils en mobilité

Online: janvier 2021

Newsletter
Réseaux sociaux
FacebookInstagramTwitterLinkedInYouTube
Magazine Touring
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
50 Jahre Rechtsshutz
60 Jahre ETI Schutzbrief
Mitgliedschaft Familien
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.