Boîtes automatisées

Il est ardu de s’y retrouver parmi les transmissions dénuées de pédale d’embrayage.


Pas facile de savoir à quelle technologie nous avons affaire

Alors que les boîtes à vitesses automatiques n’équipaient que 19% des véhicules immatriculés en Suisse en 1990, 45% d’entre eux sont aujourd’hui exempts de pédale d’embrayage. La grande nouveauté, c’est que l’on trouve désormais, aux côtés des transmissions automatiques classiques héritières des boîtes américaines d’antan, d’autres technologies telles les boîtes robotisées, à double embrayage ou à variation continue. Le seul hic, c’est que le conducteur lambda ne sait pas trop à quelle technologie il a affaire, étant donné que les commandes de ces boîtes automatisées sont d’aspect similaire.

Généalogie des transmissions (graphique : TCS Visuell, photo : Auto-Medienportal.net)
 

Comparatif TCS des différentes familles de transmissions

Mécaniques manuelles

Environ 55% des 2.3 mio. de véhicules immatriculés en Suisse disposent d’une boîte manuelle. Cette technologie avantageuse se retrouve souvent sur les citadines et les utilitaires. Elle requiert peu d’entretien, mais il peut arriver que l’on doive changer l’embrayage – cela dépend des trajets effectués et de l’utilisation. Depuis les années nonante, les transmissions manuelles comportent 5 ou 6 rapports. Une exception : la boîte 7 vitesses de Porsche.

Avantages

  • Sportivité
  • Indépendance (le conducteur choisit à quel moment relier le moteur à la transmission)

Inconvénients

  • Plus fastidieux à manipuler en trafic congestionné

Mécaniques automatisées

Vraie réussite, les boîtes mécaniques automatisées ont gagné du terrain ces dernières années sur les citadines et les compactes. Comme la boîte est quasi identique à une manuelle et que l’automatisation intervient par le biais de composants additionnels, elle ne nécessite que peu de modifications et les coûts sont acceptables. Le confort d’utilisation est similaire à une boîte automatique et la consommation à peine supérieure à une manuelle. Mais cela a son prix.

Avantages

  • Agrément de marche en trafic urbain (pas d’embrayage)
  • Boîtes robotisées : faible surcoût face à une boîte manuelle
  • Boîtes à double embrayage : brève interruption de la force de traction

Inconvénients

  • Système plus complexe qu’une boîte manuelle
  • Robotisées : longue interruption de la force de traction
  • Double embr. : assez onéreux

Automatiques à convertisseur

Grâce aux progrès de l’électronique et des matériaux, les boîtes automatiques classiques à convertisseur de couple ont gommé une grande partie des défauts qui leur étaient reprochés. L’un des seuls inconvénient demeure leur prix (entre CHF 2'000.- et CHF 3'000.-). Leur diffusion sur les petits véhicules a été freinée en raison de leur coût et de leurs dimensions.

Avantages

  • Agrément de marche maximal
  • Pas d’interruption de la force de traction
  • Technologie bien adaptée au tractage de remorques

Inconvénients

  • Surcoût relativement élevé (fréquemment de série dans le haut de gamme)

Automatiques CVT

Grâce à une évolution technologique rapide, la boîte à variation continue (CVT) et ses nombreux rapports sont promis à un bel avenir. Etant donné que les contraintes supportées par les courroies agissant sur les poulies variables ont été maîtrisées, cette technologie est aussi applicable sur des véhicules de plus fortes cylindrées. Avec une boîte CVT, le moteur travaille le plus souvent à un régime idéal, d’où de faibles consommations. Les dimensions et les coûts sont aussi acceptables.

Avantages

  • Agrément de marche
  • Rendement/Consommation
  • Pas d’interruption de la force de traction

Inconvénients

  • Bruits de moulinage parfois désagréables

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.