16+ et jeunes conducteurs

Les ados et la sécurité routière : un sujet sensible.

L'adolescence est une période particulière de la vie, souvent mouvementée. Plus vraiment enfant mais pas encore adulte, l’adolescent se cherche, au travers de comportements souvent excessifs. Il éprouve un besoin de se confronter aux limites, d’où également souvent un goût du risque qui apparaît comme un moyen pour le jeune de « se mettre à l’épreuve pour se sentir exister ».

Adolescents

Sur la route, à vélo ou en scooter, ces comportements excessifs peuvent avoir des conséquences dramatiques. Pour prévenir ces comportements dans la circulation routière, le TCS met à disposition un certain nombre de brochures sur l'alcool, la drogue, la conduite en scooter ou encore la vitesse excessive.

À vélo

Le vélo reste un des moyens de locomotion privilégiés des adolescents, notamment en dessous de 16 ans, âge obligatoire pour l'obtention du permis de conduire A1 (scooters 50cm3).

Le TCS propose divers moyens didactiques qui portent d'une part sur les règles de circulation routière, d'autre part sur la pratique du vélo lui-même dans la circulation. Le programme COOLcycling sur internet et en 3D permet de tester ses connaissances online avec différents niveaux de difficulté.

Coolcycling

Coolcycling

Jeu animé en 3-D sur CD en 4 langues: français, allemand, italien et anglais.

Les connaissances des règles de trafic pour les cyclistes y sont testées.

En scooter

Dès l'âge de 16 ans, le jeune peut déposer une demande pour l'obtention du permis d'élève-conducteur catégorie A1 (50cm3) . Plébiscités par les ados, ces « petits » scooters, facilement maniables, peuvent s'avérer être très dangereux. Outre le fait qu'ils n'ont pas de carrosserie protectrice, comme tous les deux-roues, ces véhicules présentent un autre danger: la vitesse. D'où l'importance d'une formation de qualité.

Le TCS édite également un guide gratuit intitulé « Motocyclistes A1 » qui décrit plusieurs volets de cette pratique et donne de précieux conseils.

Alcool et drogues

La quête d'expériences nouvelles que recherchent les adolescents constitue souvent une véritable préoccupation pour les parents. En effet, leur enfant peut être tenté de consommer de l'alcool, de la drogue ou toute autre substance illicite, ce qui peut engendrer des comportements excessifs, notamment dans la circulation routière.

Sachant que 30% des accidents mortels sont liés à l'alcool, il est impératif que l'adolescent connaisse les conséquences d'une telle consommation. Les drogues, quant à elles, sont loin d'être inoffensives. Elles ont toutes des effets incompatibles avec la conduite, d'où la fameuse « tolérance zéro » au delà de laquelle prendre le volant constitue légalement une faute grave. A noter que certains médicaments, de part leur composition, peuvent avoir des effets analogues aux drogues.

Jeunes conducteurs

Saviez-vous que les jeunes conducteurs, soit les 18-24 ans, ont un risque d'accident deux à trois fois plus élevé que celui des conducteurs plus âgés? Au goût de la vitesse s'ajoute souvent, à cet âge-là, la consommation d'alcool ou de drogues, ce qui, dans la circulation routière, augmente bien évidemment le risque d'accident.

C'est d'ailleurs dans cette tranche d'âge que l'on constate le taux d'accidents mortels sur la route le plus élevé. Mais cette triste constatation n'est pas une fatalité. Il existe des moyens simples pour l'éviter comme par exemple en incitant les jeunes à avoir un comportement responsable sur la route, en les sensibilisant au risque d'une vitesse excessive et en les informant sur les conséquences de la consommation d'alcool ou de drogues.

Alcool

Passer un bon moment avec des copains ou des collègues, que ce soit en discothèque, au bistrot ou simplement chez soi, les occasions de « boire un coup » sont nombreuses. Mais gare aux effets de l'alcool : chez les jeunes conducteurs, on observe déjà une diminution de la capacité de conduire à 0.2‰, alors que le taux d'alcool dans le sang autorisé par la loi en Suisse est de 0.5‰.... Et lorsque l'on sait qu'il faut à l'organisme au moins 2 heures pour éliminer 2 bières normales, on comprend que l'alcool n'est pas compatible avec la conduite d'un véhicule, quel qu'il soit!

Drogues

On ne le répétera jamais assez, les drogues ne sont pas inoffensives, bien au contraire! Elles ont toutes des effets incompatibles avec la conduite, que l'on se déplace à vélo, en scooter ou en voiture. De plus, le consommateur de drogue ne prend en général pas conscience de la diminution de ses capacités au volant, c'est pourquoi l'abstinence totale est de rigueur.

A noter que certains médicaments contenant des substances psychoactives peuvent être assimilés à des drogues car ils produisent les mêmes effets. Il est conseillé de se renseigner auprès de son médecin si l'on doit prendre le volant sous traitement médicamenteux.

La brochure « Tolérance zéro »

Tolérance zéro

Cette brochure vous présente les aspects de la médecine de la circulation routière, les prescriptions légales, les mesures pénales concernées ainsi que les conséquences en assurance et finances aux quelles s'expose une personne conduisant sous l'effet de drogues.

Vitesse excessive

Scooter, moto, voiture, les moyens de locomotion à disposition des conducteurs sont de plus en plus performants et rapides. Mais c'est surtout le comportement de certains jeunes dans la circulation routière qui les rend dangereux: en effet, l'envie d'aller toujours plus vite, le goût du risque, le manque d'expérience, le désir de « flirter » avec les limites ou encore le besoin de reconnaissance et d'appartenance au groupe peuvent pousser les jeunes à commettre des excès de vitesse.

  • La nouvelle plateforme d’information gratuite pour les jeunes et les écoles a pour but de sensibiliser les 13-19 ans aux risques d’accident qu’ils encourent sur la route.

    play4safety.ch

    La nouvelle plateforme d’information gratuite pour les jeunes et les écoles a pour but de sensibiliser les 13-19 ans aux risques d’accident qu’ils encourent sur la route.