Carte de membre
TCS Mastercard
Facture


Propulsions alternatives sur le marché automobile suisse

En novembre 2021, la part des voitures purement essence et diesel est passée sous la barre des 50%.
 
 

Le passage à l'électromobilité est plus rapide que prévu

Propulsions alternatives en Suisse: nouvelles immatriculationszoom
 
 
 

En automne 2020, la Suisse s'est étonnée de voir la part des voitures purement électriques frôler la barre des 10% et celle des voitures à combustion tomber à deux tiers. Cela signifiait en effet que l'objectif de branche 10/20 d'Auto Suisse, jugé autrefois extrêmement audacieux, avait été pratiquement atteint : 10% de voitures électriques en 2020. La vision suivante, largement acceptée, était 25/25, c'est-à-dire 25% de part de marché en 2025.

Un an plus tard, la situation est à nouveau surprenante : en novembre 2021, 29,5% des voitures neuves étaient équipées d'une prise, la part des voitures purement essence et diesel n'était plus que de 49,1%. Il semble bien que le quatrième trimestre 2021 sera le premier trimestre de l'histoire du marché automobile suisse où les propulsions conventionnelles seront reléguées à une minorité par les alternatives (hybrides, hybrides rechargeables et voitures électriques).

 
 
Marché automobile suisse: part du marché des voitures à propulsion alternative zoom
 
 
 

Mobilité électrique, corona, pénurie de puces et effet Osborne changent le marché de l'automobile

Par rapport à l'année 2019 précédant la pandémie, le marché automobile suisse est en baisse de 23% à la fin 2021. Le ralentissement s'est même accentué au cours de l'année, puisque sur les trois derniers mois (septembre à novembre 2021), le marché global est inférieur de 28% à la période correspondante de 2019.
Seuls trois constructeurs - Tesla, Hyundai et Toyota - ont pu progresser par rapport à 2019. Tous les autres constructeurs sont à la traîne, parfois de manière marquée. La moyenne des chiffres rouges est de -32%, SsangYong (qui ne figure pas sur le graphique) étant le plus mal loti avec -95%. L'énorme augmentation de 90% de Tesla peut être attribuée au nouveau Model Y, qui n'est livré en Suisse que depuis ce mois d'août.

 
 
Marché automobile: changement des immatriculations de sept.- nov. 2019avec la ,ême période de 2021 zoom
 
 
 

Quatre facteurs importants sont en jeu pour expliquer la faiblesse du marché automobile :

  • Corona : la situation pandémique continue d'influencer aussi bien les acheteurs que les vendeurs. Chez les consommateurs, elle freine l'envie de faire un investissement aussi important que l'achat d'une voiture. Chez les fabricants, les chaînes d'approvisionnement ne fonctionnent pas encore normalement.
  • Mobilité électrique : selon le "Baromètre TCS de l'électromobilité", seules 31% des personnes interrogées sont encore réticentes à l'achat d'une voiture électrique. L'intérêt pour cette nouvelle propulsion silencieuse et propre se manifeste également par l'énorme taux de croissance des véhicules branchés. Cela contraste fortement avec la plupart des constructeurs qui n'élargissent pas au même rythme le choix de modèles et les capacités de production de voitures électriques. La faiblesse du marché automobile illustrée dans le graphique est donc plutôt une faiblesse des véhicules à combustion, qui correspondent de moins en moins aux préférences des clients.
  • Pénurie de puces : la poussée de numérisation déclenchée par la pandémie pousse la demande de processeurs et de puces mémoire. Les capacités de l'industrie des semi-conducteurs sont saturées. Les usines et les processus de fabrication complexes et coûteux ne peuvent pas être étendus à court terme. Dans l'industrie automobile, c'est paradoxalement le contraire qui explique en partie la crise des puces : De nombreux constructeurs automobiles ont raté la numérisation et utilisent encore des puces de conception ancienne dans leurs produits, y compris dans les nouvelles voitures électriques. Or, l'industrie des semi-conducteurs n'a aucun intérêt à développer les capacités de production pour des produits dépassés.
  • Effet Osborne : lorsque les clients cessent d'acheter ou de remplacer un produit parce qu'ils savent qu'une alternative meilleure ou une variante renouvelée sera bientôt disponible sur le marché, on parle d'effet Osborne. Dans le cas de l'automobile, cet effet est en plein essor et concerne tous les constructeurs proposant des véhicules à combustion : face à l'accélération de la transition vers l'e-mobilité, de nombreux clients ont reporté leur achat ou leur remplacement. Ils attendent une plus grande maturation de la nouvelle technologie, un plus grand choix de modèles, des informations supplémentaires et/ou des témoignages des "early adopters". Cela entraîne un ralentissement de la demande à court terme. Dès que les conditions d'un achat seront réunies du point de vue de ces intéressés, le marché connaîtra à nouveau une accélération jusqu'à ce que la demande revienne à son niveau normal à long terme. La chute précédant cette accélération peut être si forte qu'elle peut signifier une vallée de la mort pour certains fournisseurs.

Les voitures électriques ont franchi le seuil important de 16%

Il est remarquable que les voitures électriques aient dépassé le seuil important de 16%. La courbe d'adoption selon Everett M. Rogers stipule en effet qu'une nouveauté technologique ou un nouveau produit ne peut s'imposer sur le marché de masse que lorsque les deux groupes de clients "innovateurs" et "adopteurs précoces" ont pu être convaincus. La transition entre les "early adopters" et le marché de masse précoce ("early majority") fonctionne alors comme un point de basculement : l'acceptation par les clients et donc la diffusion s'accélèrent. Avec 18,3%, les voitures électriques ont pour la première fois dépassé ce point de basculement de manière significative sur une période de trois mois. Compte tenu des progrès techniques en cours, de l'acceptation accrue et du choix attrayant de modèles, on peut s'attendre à une nouvelle croissance des parts de marché. La barre des 50%, que la plupart des experts ne voyaient qu'aux alentours de 2030, devrait être atteinte bien plus tôt.

 
 
Theorie de la diffusion de l'innovation (courbe d'adoption  nach Everett M. Rogerszoom
 
 

La Tesla Model 3 prend la deuxième place derrière la Skoda Octavia, vainqueur de longue date

Automarkt Schweiz: Top 15 aller neu zugelassenen Modelle im Jahr 2021 (Jan – Nov) nach Treibstoff-/Antriebsartzoom
 
 
 

Par rapport à 2020, le classement des modèles les plus populaires a connu quelques changements intéressants : le Modèle 3 de Tesla a pu dépasser le VW Tiguan et l'Audi Q3 et prendre la deuxième place juste derrière la Skoda Octavia, qui a longtemps été la championne de la durée. Il est remarquable que la californienne ait été la voiture la plus vendue sur différents marchés pendant plusieurs mois dans les statistiques globales. Grâce à sa variante électrique, la Fiat 500 s'est hissée dans le top 5. La Renault Zoë, l'une des pionnières de la mobilité électrique et une voiture électrique convaincante dans sa troisième version actuelle (à l'exception de ses résultats de crash inquiétants à Euro NCap), a fortement reculé dans l'estime des clients : de la 13e place, elle est passée à la 20e place. Avec la disparition de la Zoë du top 15, la part des voitures électriques dans ce groupe est passée de 15% l'année précédente à 13% en 2021. Leur part devrait à nouveau augmenter l'année prochaine, car avec la VW ID.3 et ID.4, Skoda Enyaq et Tesla Model Y, il y a trois candidats puissants pour le groupe de tête. Cette année, ils occupent respectivement les 17e, 38e et 60e places des statistiques globales.

Mercato svizzero dell'auto: Top 15 modèles par type de propulsion zoom
 
 
 

Une toute autre image - et peut-être un signe de l'effet Osborne - apparaît dans le top 15 de la période entre septembre et novembre 2021 : la Skoda Octavia est reléguée à la cinquième position par les voitures électriques. Les trois premières places et demie sont occupées par des voitures qui n'ont plus de moteur à combustion (une place et demie parce que la Fiat 500 est disponible aussi bien en version électrique qu'en version hybride et thermique). Une étape importante et impensable il y a encore peu de temps ! Avec la Volvo XC40 Recharge, cinq modèles entièrement électriques figurent dans le top 7 et représentent près des deux tiers du marché dans ce groupe.

Un choix attrayant de modèles électriques en Suisse

Vers la fin 2020, la liste des voitures purement électriques comptait encore 43 modèles. Un an plus tard, ce chiffre a déjà augmenté de 50%. Cinq des nouveaux venus se sont tout de suite placés dans le groupe de tête des 15 véhicules tout électriques les plus populaires de l'année 2021 (janvier à novembre) : La Skoda Enyaq, la VW ID.4, la Model Y de Tesla, l'EQA de Mercedes et la Ioniq 5 de Hyundai. Autre fait remarquable : ces quatre véhicules appartiennent tous à la même catégorie : crossover ou petit SUV.

 
 
Mercato svizzero dell'automobile: Top 15 dei modelli elettricizoom
 
 
 

Relève chez les principaux constructeurs de voitures électriques

Outre Tesla, ce sont jusqu'à présent surtout Renault (avec la Zoë), Hyundai (avec la Ioniq et la Kona) et VW (avec les variantes électriques de la Golf et de la Up) qui ont poussé à l'électrification de la mobilité.

Dans ce domaine, on a assisté à un net changement au cours de l'année : VW, Skoda et Audi ont continué à progresser et ont de plus en plus évincé Renault et Hyundai de la tête du classement des constructeurs de BEV. Hyundai a certes réussi à augmenter de 45% ses ventes de voitures électriques en Suisse, mais cela n'a pas suffi à défendre sa troisième place de l'année précédente : VW a quadruplé, Skoda a triplé et Audi a doublé. La Zoë, la voiture à succès de Renault, a même connu un recul de 40%. Malgré cette violente chute, la Zoë 2021 est la quatrième voiture électrique la plus appréciée des Suisses. Les mauvais résultats du crash test ne favorisent certainement pas le développement futur. Peut-être que la petite Renault Twingo Z.E. reprendra le rôle de la voiture électrique pour tout le monde.

Volvo fête ses succès avec la XC40 qui, en version thermique, hybride, hybride rechargeable et électrique, joue un rôle essentiel dans les nouvelles voitures, quel que soit le mode de propulsion. Avec la Ioniq 5, Hyundai pourrait s'appuyer sur le succès du Kona. La nouvelle plateforme avec la technique de charge 800V est très prometteuse. Nous sommes impatients de voir ce qui suivra.

Peugeot a quitté le top 10 des constructeurs de voitures électriques. Au début des années 10, la marque a suivi la technologie du pionnier Mitsubishi iMieV avec la iOn. Aujourd'hui, l'e208 et l'e2008 reposent sur la même plateforme que leurs consœurs de Citroën et d'Opel.

 
 
Marché de l'automobile suisse: Top 10 des fabricants (jan.-nov.)zoom
 
 
 

Évolution du marché automobile mondial

Par rapport à octobre 2020, les véhicules branchés ont augmenté leur part de marché mondiale de 70% pour atteindre près de 9%. Quatre cinquièmes d'entre elles étaient des voitures purement électriques. Sur l'ensemble de l'année, jusqu'au mois d'octobre inclus, les voitures neuves équipées d'une prise électrique représentent 7,2%. Comme les mois de novembre et de décembre sont habituellement des mois de fortes ventes, les voitures rechargeables par courant externe pourraient atteindre six millions de ventes sur l'ensemble de l'année, ce qui correspondrait environ au double de 2020. Les voitures électriques les plus populaires au monde en 2021 (jusqu'au mois d'octobre inclus) ont été, de loin, la Model 3 et la Model Y de Tesla ainsi que la HongGuang Mini EV de Wuling (une petite voiture vendue uniquement en Chine).

 
 
© TCS Conseils en mobilité
© TCS Conseils en mobilité

Online: décembre 2021

Newsletter
Réseaux sociaux
FacebookInstagramTwitterLinkedInYouTube
Magazine Touring
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
50 ans Protection juridique
60 ans Livret ETI
Sociétariat famille
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.