Carte de membre
TCS Mastercard
Facture

05.08.2021

Lieux de ressourcement

Pour certains, les lieux d’énergie s’apparentent à de simples attrape-nigauds; pour d’autres, ils offrent l’occasion de se ressourcer.
05 août 2021
Lieu de méditation. L’emplacement particulier
de l’église des «Heiligen drei Brunnen».

Il existe plusieurs endroits de ce type dans le Tyrol italien. Un circuit-découverte dans le parc national du Stelvio.

Dans toutes les situations de la vie, la quête d’énergie et de force est bienvenue. Ces derniers mois de pandémie nous l’ont rappelé avec beaucoup de vigueur. Les lieux d’énergie sont censés être un moyen d’acquérir une force nouvelle. Une raison suffisante pour partir à leur recherche au détour d’une excursion dans le Tyrol italien (également appelé Tyrol du Sud). Cette région germanophone compte un certain nombre de ces lieux d’énergie, plus de 150 selon l’organisation touristique officielle IDM Südtirol, et la plupart d’entre eux sont situés le long d’un itinéraire de randonnée. Nature et ressourcement: une combinaison qui s’annonce bien alléchante.

Stelvio
Stilfs. Même les poules porteraient des crampons dans ce village très escarpé.

A l’assaut du Weiberbödele
Ma randonnée débute sur l’Archaikweg. Ce très ancien chemin muletier relie Prad, dans la vallée du Vinschgau, à Stilfs. Deux lieux d’énergie se trouvent sur ma route: Kaschlin et le Weiberbödele. Kaschlin est un site d’habitation préhistorique, le Weiberbödele datant de l’âge du bronze. Peu après le départ, à Prad, le chemin grimpe à travers une forêt mixte et colorée. Je commence déjà à transpirer et j’ai besoin de quelques gorgées d’eau. Je prends de ce pas la résolution de moins manger de ce délicieux, mais particulièrement salé, bacon du Tyrol, au petit déjeuner du lendemain. Je réalise à quel point l’accès aux lieux d’énergie, selon l’endroit où ils se trouvent, nécessite une bonne condition physique. Je passe devant un troupeau de vaches dans un pâturage, puis traverse quelques sections de forêts qui m’amènent un peu de fraîcheur avant d’atteindre enfin l’idyllique village de Stilfs, avec ses petites ruelles et ses escaliers escarpés. La légende voudrait que même les poules du lieu portaient des crampons... Je continue en direction du Weiberbödele, avec l’imposant Roi Ortler en vue, qui culmine à 3905 mètres d’altitude.

Stelvio
L’imposant Ortler, omniprésent lors de la randonnée vers les trois lieux d’énergie.

Arrivé sur place, un certain scepticisme commence d’abord par me gagner. Est-ce bien cet endroit qui est censé être rempli de forces telluriques? La prairie en légère pente ne semble pas très spectaculaire de prime abord, mais cela ne signifie pas grand-chose. «Un lieu d’énergie est beaucoup plus chargé en forces telluriques que son environnement et il transmet un niveau élevé d’énergie.» C’est ainsi qu’Andrea Fischbacher, directrice du Centre suisse de recherche sur les lieux d’énergie et culturels, explique le phénomène de ces lieux. Ainsi, comme partout dans la vie, ce sont les valeurs intérieures qui comptent. Fort bien. Je m’assieds dans les hautes herbes du Weiberbödele en essayant de ressentir de l’énergie. Celle-ci ne peut être scientifiquement prouvée mais, pour la rendre quelque peu tangible, elle est mesurée en unités Bovis, l’unité de mesure de l’énergie vitale. Les lieux neutres comptent jusqu’à 7000 unités Bovis, les lieux d’énergie jusqu’à 18 000. Les nombreux grillons stridulent autour de moi, accompagnés du doux murmure d’un ruisseau. Très loin en aval, dans la vallée, j’aperçois la route qui relie Prad au parc national du Stelvio et de son col éponyme. L’imposant Roi Ortler me domine encore. Une paix intérieure m’envahit. Est-ce dû au pouvoir des forces telluriques? Ou serait-ce simplement ce paysage spectaculaire et la magie du moment?

Trois fontaines sacrées. Les autochtones
attribuent des pouvoirs de guérison à ses eaux.

Des fontaines d’un genre particulier
Le lendemain, c’est l’un des lieux de ressourcement les plus célèbres du parc national du Stelvio qui est au programme: la petite église des «Heiligen drei Brunnen» (trois fontaines sacrées), à Trafoi. Située au pied du Roi Ortler, dans la cuvette de la vallée, elle est dominée par d’abruptes parois rocheuses. C’est ici que, au 13e siècle, le berger Moritz aurait découvert trois ruisselets jaillissant des rochers et une croix portée par leur flux. La chapelle a été construite au 15e siècle, devenant rapidement un lieu de pèlerinage consacré à la Vierge Marie. Aujourd’hui encore, on attribue à ces fontaines sacrées des pouvoirs curatifs. Depuis le parking voisin, on peut les rejoindre facilement à pied en cinq minutes environ.Mais pas question de me faciliter la tâche. Ce matin, au petit déjeuner, j’ai finalement renoncé au fameux bacon. Le cœur lourd, certes, mais pour le bien de ma condition physique. Et ce parking est également le point de départ d’un magnifique itinéraire circulaire qui longe le bord de la vallée jusqu’aux cascades de Trafoi. Encore une fois, cela grimpe fort dès le début, mais je suis moins assoiffé et plus en forme que la veille. Le chemin enjambe quelques ruisseaux. Je m’arrête enfin près de l’un d’eux et regarde durant un instant comment l’eau dévale la roche. Je me retourne et profite de la chaleur des rayons du soleil.

Modeste adoration des saints à l’endroit
où les trois sources émergent du rocher.

Loin en dessous de moi se trouve le lit de la rivière, presque à sec, et la petite église des «Heiligen drei Brunnen». Le clapotis de l’eau a un effet extrêmement apaisant. Peut-être suis-je pile sur un lieu d’énergie, me dis-je avant d’entamer résolument la descente.

Recharger ses batteries
Arrivé dans la vallée, je traverse un pont et retrouve la blanche chapelle, avec ses trois fontaines à proximité. Je m’autorise à boire une bonne gorgée dans l’une d’elles et ressens rapidement l’effet rafraîchissant de l’eau froide et cristalline. Comme sur le Weiberbödele, une sensation de bien-être m’habite. Est-ce cette eau de source, l’air pur ou la randonnée qui m’apporte cette joie? Peut-être un peu des trois, et finalement, cela n’a pas tant d’importance. Ce qui en a, en revanche, c’est que mes batteries sont désormais entièrement rechargées après ces quelques jours dans le Tyrol italien.  

Ce reportage a été réalisé à l’invitation d’Innovation, Development, Marketing (IDM) Südtirol.
Reportage: Markus Fässler
Photos: Markus Fässler, Patrick Schwienbacher (2), Helmuth rier, frieder blickle, carte keystone

BON À SAVOIR

Loger: Hôtel Sonne, dans le village de montagne de Stilfs, bâtiment en bois chic.
stilfs.it
Manger: Restaurant de l’hôtel Gallia, Stilfs, cuisine traditionnelle du Tyrol italien, parfois réinterprétée.
hotel-gallia.it
Activités: Parc national du Stelvio.
nationalpark-stelvio.it
Achats: Boucherie Mair, Stilfs, spécialités locales.
metzgerei-mair.it 

Stelvio
 
Partager
durckenE-MailFacebookTwitter

Plus d'articles de la rédaction Touring

Newsletter
Réseaux sociaux
FacebookInstagramTwitterLinkedInYouTube
Magazine Touring
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
50 Jahre Rechtsshutz
60 Jahre ETI Schutzbrief
Mitgliedschaft Familien
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.