Continuer la pratique de sport lors d’un refroidissement ?

Le sport est un « no go » dans le cas d’une affection de refroidissement comportant des symptômes de fièvre.


Le Professeur Dr med. Matthias Wilhelm est médecin responsable et directeur du centre de la clinique universitaire de cardiologie (centre interdisciplinaire pour la médecine sportive et du mouvement) à l’Hôpital de l’Ile à Berne. Voici ce qu’il conseille au sujet de la pratique de sports en cas de refroidissement.

Monsieur Wilhelm, quels sont les dangers du sport si l’on présente en même temps de la fièvre ou un refroidissement ?
Le sport est un « no go » dans le cas d’une affection de refroidissement comportant des symptômes de fièvre. Le corps doit déjà se battre contre les virus et les bactéries intruses. Il n’a vraiment pas besoin qu’on le mette sous un stress supplémentaire, par exemple en le forçant à des activités sportives.

En présence de quels symptômes peut-on tout de même continuer à pratiquer son sport favori ?
Voici une règle générale : si le refroidissement ne touche que les zones nasales et de la cavité pharyngo-buccale (par exemple gorge qui gratte ou rhume), alors l’on peut pratiquer une activité sportive modérée (jogging, mais pas de compétition). Si le refroidissement se trouve plus bas, au niveau de la poitrine (par exemple : toux) ou si l’on présente de la fièvre, alors il s’agit de faire une pause, jusqu’à ce que l’on puisse compter trois jours sans symptômes avant de reprendre une activité sportive modérée et très progressive.

Est-ce que l’on peut se débarrasser d’un refroidissement en transpirant ?
C’est exactement ce que le corps fait avec la fièvre. La transpiration induite par la pratique du sport n’y apporterait strictement rien.

Quels sont les symptômes qui doivent nous alerter : « ne pratiquez aucun sport » ?
Lors de toux avec expectoration et fièvres.

Que se passe-t-il si l’on pratique tout de même du sport dans le cas d’un refroidissement ?
Les résultats sont très variés et peuvent se comparer à une randonnée à skis dans la situation d’un fort risque d’avalanches. Peut-être qu’il ne se passera rien… mais dans le pire des cas, l’on peut développer une inflammation du muscle cardiaque. Ceci pourrait alors être l’équivalent d’un déclenchement d’avalanche comprenant un ensevelissement du skieur: très grave.

Comment se met en place une inflammation du muscle cardiaque (myocardite) ?
Des virus, qui déclenchent typiquement des refroidissements, circulent également dans le sang et peuvent se concentrer sur le muscle cardiaque et s’y incruster. La réponse immunitaire du corps consiste ensuite en l’activation d’anticorps spéciaux et de cellules immunitaires de défense (des « cellules tueuses » naturelles). Ces cellules tentent de tuer les virus. Une activité corporelle intensive empêche cette réponse immunitaire naturelle. Les symptômes d’une myocardite sont très peu spécifiques. Le plus souvent, l’on constate des insuffisances respiratoires, des sensations d’oppression dans la cage thoracique ou des arythmies cardiaques et un pouls filant.

À quel point les myocardites (inflammations du muscle cardiaque) sont-elles dangereuses ?
Si le déroulement de l’infection est défavorable, alors le système immunitaire du corps ne parvient pas à tuer tous les virus qui sont installés dans le muscle cardiaque. Ceci entraine ensuite que de nombreuses cellules du muscle cardiaque sont anéanties et que le patient développe une maladie du muscle cardiaque présentant une diminution de la capacité de pompage et d’une augmentation du volume des cavités cardiaques (cardiomyopathie dilatatrice). Par la suite, cela occasionne une capacité de performance réduite de longue durée ou permanente. Les conséquences les plus importantes, transplantation cardiaque ou arrêt cardiaque, sont heureusement très rares.

Quelle catégorie d’âge est particulièrement à risque ?
Les inflammations du muscle cardiaque peuvent survenir dans toutes les catégories d’âges. Les enfants développent néanmoins très souvent des déroulements de la maladie plus sévères.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.