Les premiers secours lors d’une piqûre de méduse

Les méduses provoquent des blessures de type brûlure de la peau.


Il est presque impossible de voir les filaments urticants qui peuvent atteindre une longueur de 20 mètres ou les tentacules d’une méduse dans la mer. Le contact avec le poison des méduses peut être extrêmement douloureux. Dans les régions d’Europe, l’espèce la plus répandue est la méduse Pélagie (Pelagia noctiluca). On la trouve principalement dans la zone méditerranéenne, le long des côtes.  

Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Chef de clinique au Centre d’urgences universitaire de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne) nous entretient au sujet des méduses.

Monsieur Exadaktylos, comment devrait-on se comporter si on entre ou est entré en contact avec une méduse ?

Tout d’abord, garder son calme. En particulier dans des zones plus profondes, il est possible pour un nageur de se retrouver en contact avec une méduse de grande taille. La surprise peut être telle que le nageur se met à paniquer. Si le contact se fait avec les filaments urticants, ce qui est extrêmement douloureux, alors il y a potentiellement danger. C’est pourquoi il est très important de s’informer, surtout si les eaux ne nous sont pas familières, de quel type de méduses peuvent s’y retrouver et si on est justement en pleine « saison des méduses ». Les locaux peuvent en général bien vous renseigner. S’il y a des alertes, alors il s’agit de les prendre très au sérieux car une méduse ne se retrouve que rarement seule.

Quels sont les symptômes qui découlent d’une piqûre de méduse ?

Cela dépend de la méduse. Le poison urticant est composé de différentes protéines qui agissent en endommageant les cellules et les nerfs. Il ne provoque pas toujours de réaction, mais peut en revanche aussi déclencher des états de chocs liés à des allergies. En règle générale, les symptômes ressemblent à des blessures de type brûlure de la peau qui sont déclenchés par les fibres urticantes qui contiennent des capsules de poison. Si des quantités relativement importantes de poison pénètrent dans le corps, ou si la personne est un allergique sévère ou un enfant, alors on peut constater des nausées, des vomissements et des symptômes similaires à des chocs, mais aussi des inconforts des systèmes respiratoires ou circulatoires – parfois jusqu’à l’infarctus. Ceci est néanmoins extrêmement rare. En cas de blessures importantes dues aux méduses, on peut aussi retrouver des dommages permanents à la peau. Ceux-ci ressembleront, à terme, à des marques de brûlures.

Comment doit-on traiter une piqûre de méduse ?

En règle générale il s’agit de beaucoup de capsules urticantes qui relâchent leur poison. Par chance, au début, ce ne sont que 1/3 de toutes les capsules qui relâchent leur poison. Si on s’y prend mal, alors on peut facilement aggraver le cas. C’est pourquoi il faut :

  • Garder son calme
  • Rincer à l’eau de mer (jamais avec de l’eau douce ou avec de l’alcool)
  • Appliquer du vinaigre (le sympathique patron de la taverne peut sûrement vous en fournir un peu), sur les plages australiennes on en trouve presque partout
  • Saupoudrer de sable, puis racler doucement avec une carte de crédit ou un couteau
  • En aucun cas il ne faut « frotter », même doucement, avec une serviette de bain : ceci ferait éclater les capsules qui seraient encore fermées.

On entend souvent parler de l’effet amoindrissant la douleur de l’application d’urine sur la plaie. Vérité ou mythe ?

Mythe : la composition de l’urine ressemble à une forme très concentrée d’eau douce. Si vous appliquez de l’urine, vous ne renforcerez que la réaction, ce n’est donc pas recommandé.

Quand faut-il consulter un médecin, ou même se rendre aux urgences ?

Cela dépend des symptômes. Si les irritations cutanées ne se résorbent pas après quelques heures, alors il faut consulter un médecin. Les médecins locaux s’y connaissent en général très bien. Si des problèmes respiratoires se manifestent ou si des symptômes d’allergies se font jour, si les patients sont de petits enfants ou des personnes affaiblies, alors il faut tout de suite trouver un médecin.

Est-ce que le contact avec une méduse peut provoquer la mort ?

Ces cas sont vraiment très très rares. Mais il existe des espèces de méduses redoutables, comme le galion portugais ou la cuboméduse. Les méduses mortes, échouées sur la plage, peuvent encore avoir des capsules urticantes actives pendant plusieurs jours. Il ne faut donc en aucun cas les toucher.

Inselspital Bern

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.