Les maladies liées au bâtiment

Les maladies liées au bâtiment (« building related illness ») sont cliniquement bien définies et ont un lien précis avec le bâtiment.


On peut citer, par exemple, des allergies typiques aux acariens, aux poils de chats ou aux moisissures ainsi que la légionellose, une maladie provoquée par les bactéries de la légionelle. Des systèmes d’humidification mal entretenus, pleins de germes, en sont à l'origine, ainsi que de deux autres maladies similaires, « le poumon des humidificateurs » (une forme d’alvéolite allergique) et la « fièvre des humidificateurs ». Il convient de ne pas confondre ces maladies cliniquement bien déterminées avec des troubles de la santé regroupés sous le nom de syndrome des bâtiments malsains (« sick building syndrome »).

Allergies et sensibilisation

Les allergies constituent un important problème de santé à l’échelle mondiale. Elles affectent la qualité de vie d’une part considérable de la population et ont de fortes conséquences économiques : en Suisse, 15 à 20 % de la population souffre d’une allergie. Les personnes présentant des prédispositions héréditaires sont plus particulièrement touchées.

Les allergies sont déclenchées par des substances dites allergènes, généralement inoffensives, mais que l’organisme d’une personne allergique combat par une réaction excessive. Pour le type d’allergie la plus courante, des anticorps IgE (immunoglobuline E) peuvent se développer dans le sang, sans conduire pour autant à une réaction allergique. Les personnes concernées sont alors prédisposées à une allergie (sensibilisation). C’est seulement lors du deuxième contact avec l’allergène que les symptômes allergiques se déclarent.

Les personnes allergiques souffrent le plus souvent de troubles respiratoires (asthme), de rhume (rhinite), d’irritation des yeux et de conjonctivite, d’éruptions cutanées (eczéma, dermatite de contact) ainsi que de diarrhées (allergies de types I et IV). Il peut arriver, dans de rares cas, que les processus allergiques altèrent les globules sanguins, les tissus ainsi que les organes (allergies de types II et III).

Allergies dans les espaces intérieurs

Dans les espaces intérieurs, les allergies sont principalement provoquées par les acariens, les chats ainsi que d’autres animaux domestiques, les moisissures et, dans les régions plus chaudes, par les blattes. Les allergènes se répandent dans l’air ambiant, engendrant rhume ou asthme de types allergiques. En revanche, les substances chimiques comme les parfums sont des allergènes qui se déclarent avant tout lorsque la peau entre en contact avec des cosmétiques, des habits ou des produits de nettoyage, par exemple.

Chez les personnes fortement prédisposées, ces substances peuvent déclencher des réactions allergiques par leur simple présence dans l’air ambiant. Il arrive par la suite qu’un patient souffre d’autres allergies qui peuvent être provoquées notamment par des allergènes apparentés, mais aussi par d'autres types d'allergènes. Des patients allergiques aux gants en latex, par exemple, peuvent également développer une allergie aux figuiers, ces arbres diffusant un allergène analogue. Comme les allergies ont un caractère spécifique, une personne ne réagit donc qu'à un ou à une petite proportion d’allergènes, tout au plus ; par conséquent, on n’observe pas, dans la pratique, de réaction allergique systématique à tous les produits chimiques.

En cas d’allergie, les allergènes sont à éviter

Les personnes allergiques devraient éviter, si possible, d’entrer en contact avec les substances qui leur posent problème. Dans la pratique, cette carence en allergènes n’est toutefois possible, dans la plupart des cas, qu’une fois l’allergie confirmée par un allergologue, l’allergène identifié et les mesures appropriées mises en place. Pour les patients allergiques aux acariens, un climat intérieur sec (taux d’humidité relative de l’air inférieur à 50 %) et une aération fréquente permettent d’endiguer la prolifération des acariens. En outre, il est conseillé de limiter le contact avec l’allergène en lavant fréquemment à 60 °C les oreillers, les « doudous » en tissu ainsi que les duvets, en revêtant les matelas (également celui de son partenaire) dans une housse de protection imperméable aux allergènes (encasing), et en éliminant les tapis et les rideaux.

La légionellose

La légionellose est une maladie provoquée par l’inhalation des bactéries de la légionelle. Ces dernières atteignent les voies respiratoires par le biais de minuscules gouttes d'eau en suspension dans l'air (aérosols) provenant d’installations contaminées : bains bouillonnants, humidificateurs, climatiseurs, fontaines décoratives ou encore conduites d’eau potable, robinets ainsi que pommeaux de douches.

Elles peuvent provoquer une grave pneumonie, parfois mortelle, connue sous le nom de légionellose. Il existe une forme moins grave de la maladie, qui guérit en général spontanément : la fièvre de Pontiac. Les symptômes ressemblent à ceux de la grippe et s’accompagnent parfois de diarrhées et d’un sentiment de confusion. Pour des températures basses de 50 à 55 °C, le réservoir doit être chauffé une fois par semaine au-dessus de 60 °C à l'aide du commutateur anti-légionelle.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.