Les dangers de la foudre

Adopter un comportement adapté permet de sensiblement réduire le risque de blessures dues aux éclairs.


Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin-chef et Chef de clinique du Centre universitaire des urgences (Hôpital de l’Ile, Berne), nous donne plus de renseignements sur les dangers de la foudre.

Monsieur Exadaktylos, que se passe-t-il dans le corps humain si l’on est frappé par la foudre ? 
Fondamentalement, cela dépend si l’impact de la foudre a été direct (possiblement mortel ou ayant des conséquences extrêmement sérieuses) ou indirect (on y survit le plus souvent ou il n’a que des conséquences moins importantes). En cas de coup de foudre, le danger provient du fait que l’influx électrique, après son entrée dans le corps, peut suivre une trajectoire aléatoire, le long des vaisseaux les plus importants (les artères), et frapper une partie du corps au hasard avant de ressortir par un autre endroit. Le corps humain, qui est essentiellement constitué d’eau, est, dans ce cas, un excellent conducteur. A part l’entrée et la sortie du courant électrique qui se manifeste par des blessures et des brûlures localisées, il peut aussi donner lieu à des « cuissons » internes le long du flux du courant électrique.  

Cela semble très dangereux. 
Comme l’on ne voit que de petits points d’entrée et de sortie de l’impact électrique, il est parfois possible de minimiser l’ampleur des dégâts, ce qui peut avoir des conséquences fatales. En plus de la chaleur dégagée par le passage énergétique, la charge électrique peut aussi occasionner des arythmies cardiaques qui peuvent avoir comme conséquence un arrêt instantané du cœur. Il se peut aussi que des contractions musculaires involontaires très fortes provoquent des fractures des os ou des déboîtements d’articulations. Le cerveau, qui est déjà le théâtre d’influx électriques complexes en temps normal peut aussi être endommagé par une telle surtension, de façon à ce que l’on puisse constater des symptômes allant d’altérations momentanées de la conscience jusqu’au coma. Ce n’est pas pour rien que l’on dit « tombé comme s’il avait été frappé par la foudre ». D’autres manifestations peuvent être des occurrences moins dangereuses comme des blessures aux yeux et aux oreilles, occasionnées par l’onde de choc du tonnerre et de la foudre.  

Quelles sont les blessures occasionnées par des coups de foudre les plus fréquentes ? 
Les coups de foudre occasionnent en majorité des dérangements du rythme cardiaque et des blessures au système nerveux. En plus des blessures thermiques décrites ci-dessus, ce sont les « pires » blessures liées à la foudre. 

Quelles sont les conséquences à long terme de ces blessures ? 
Celui qui survit à un coup de foudre n’est pas encore tiré d’affaire. Selon l’énergie qui a été absorbée, les tissus touchés par le parcours de l’influx électrique peuvent encore se nécroser pendant des heures ou des jours après l’impact. Ces tissus « morts » peuvent provoquer des réactions de « rejet » de la part du corps et occasionner de sévères surmenages de l’organisme par exemple des insuffisances rénales. Les troubles du rythme cardiaque peuvent aussi se faire jour avec un effet retardé dans le temps et l’ampleur de dommages au système nerveux ne peut vraiment s’évaluer qu’après un certain temps à la suite d’un coup de foudre.  

Que peut-on faire si quelqu’un a été touché par la foudre ? 
Ne pas se mettre en danger personnellement, car un éclair ne survient que rarement seul. Si l’environnement est sûr, alors vous pouvez entreprendre les mesures habituelles de premiers secours. En cas d’arrêt cardiaque, chaque seconde compte ! Appelez tout de suite une ambulance ou la REGA, même si le patient a repris conscience entre temps. En cas de doute, rendez-vous toujours à un centre d’urgences pour des vérifications. Les éclairs dans les environs développent comme une petite bombe contenant une énergie thermique et mécanique extrêmement élevée, et on n’est pas toujours sûr d’avoir été vraiment touché ou non.  

Comment se protéger au mieux en cas de foudre et de tonnerre

Adopter un comportement adapté permet de sensiblement réduire le risque de blessures dues aux éclairs.

  • Les bâtiments, en particulier ceux munis de paratonnerres, protègent très bien.
  • Attention : même si la baignoire est mise à terre, il faudrait renoncer à se doucher ou à prendre un bain pendant un orage.
  • Si vous vous trouvez dans un véhicule, la foudre sera détournée par la carrosserie en métal.
  • Les pièces métalliques ne doivent en aucun cas être touchées. Vous n’êtes pas seulement en sécurité en voiture, mais aussi en avion, dans des trains ou dans les cabines de téléphériques.
  • Ne cherchez pas d’abri sur des collines, sous des arbres ou à proximité de mâts isolés, ni sous un parapluie ouvert. La foudre cherche toujours le point le plus haut.
  • Quittez les terrains de golf ou de football, les surfaces de gazon humides transportent la foudre et la transmettent plus loin sans déperdition.
  • Ne touchez à rien de ce qui est métallique comme les parapluies, les cannes de promenade, les clubs de golf, l’argent ou vos clés. Ces objets attirent les éclairs. C’est pourquoi il faut se tenir à une distance minimale de trois mètres de ces éléments.
  • Les barrières en métal peuvent aussi conduire le courant électrique sur plusieurs centaines de mètres si elles ne sont pas mises à la terre.
  • Les granges et d’autres abris de fortune en bois ne sont pas des options valables – parfois ils peuvent même être construits en métal, par exemple les abribus. Si vous ne pouvez éviter d’être proche d’un de ces bâtiments, attendez au centre de la partie ouverte, le plus loin possible des murs et parois.
  • Éteignez votre téléphone portable et éloignez-le de vous. Car la foudre peut être transmise directement de l’appareil à votre corps.
  • Tenez-vous à distance des plans d’eau et des rivières : celui qui nage dans un bassin ou près d’une plage doit immédiatement quitter l’eau, comme celle-ci possède une capacité de conduction très élevée. 


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.