Quand et pourquoi il faudrait désinfecter son volant

Éternuement, toux ou restes de nourriture : les autos sont pleines de bactéries, en particulier sur le volant.


On trouve neuf fois plus de bactéries sur le volant d'une voiture que sur le siège de toilettes publiques. C’est ce qu’ont découvert les chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres il y a déjà plusieurs années. C’est surtout les restes de nourriture qui collent aux mains des conducteurs qui permettent le développement de nids à germes sur le volant et ses armatures. Ceci est surtout le cas pour des voitures appartenant à des réseaux de car-sharing ou pour les voitures de locations ou en prêt qui sont souvent utilisées par un grand nombre de conducteurs. Il s’agit donc de désinfecter sa voiture ou la voiture utilisée occasionnellement de façon régulière.

Et, pendant que nous y sommes, il est important de noter que de faire le plein peut également être nuisible pour la santé. En plus des vapeurs de benzol, les bactéries sont, là-aussi, prêtes à l’attaque. Il y a très peu d’objets du quotidien qui soient aussi infestés de bactéries que le pistolet de la pompe : plus de 70 pourcents des poignées qui ont fait l’objet de l’étude citées ci-dessus ont été désignées comme étant porteuses de souches et de déclencheurs de maladies, et ce de manière importante.

Professeur Exadaktylos, est-ce que nous devrions porter avec nous des produits de désinfection au quotidien afin de maintenir nos mains les plus libres de germes ?
Il devrait être standard de se laver les mains avant de manger ou après un contact avec des « ouvertures corporelles ». Les produits de désinfection sont pratiques s’il n’y a pas la possibilité d’utiliser de l’eau et du savon.

Est-ce que vous recommanderiez de désinfecter le volant lorsque l’on utilise une voiture qui nous est prêtée ou louée ?
L’hystérie n’a pas sa place ici. Les agents pathogènes font partie de la nature et notre système immunitaire s’en accommode d’habitude très bien. Sinon nous serions continuellement malades. Il existe néanmoins certaines bactéries et certains virus qui peuvent pourrir nos vacances assez rapidement. Désinfecter le volant et la boucle de la ceinture de sécurité à l’aide d’une lingette désinfectante ne peut donc jamais faire de mal.

Et lorsqu’on fait le plein, suffit-il de se munir d’un mouchoir ou faut-il employer des gants ?
De nombreuses études démontrent combien notre système de défense est sollicité au quotidien, car des agents pathogènes rôdent partout. Ici aussi, le passage d’une lingette désinfectante sur les mains après avoir fait le plein ne peut pas faire de mal, bien au contraire. Même s’il est aussi important de renforcer notre système de défense de temps en temps.

Est-ce que je devrais éviter les barres de retenue dans le bus et le train et me laver les mains dès que j’arrive sur ma place de travail ou à la maison ?
Pas de panique – ici aussi, il s’agit d’appliquer du bon sens. C’est surtout pendant la période de grippe que je fais plus attention que d’habitude à me laver les mains régulièrement ou à les désinfecter. On trouve de petits tubes de gel de désinfection en pharmacie, ils sont très pratiques.

Est-ce que les virus et les bactéries peuvent vraiment vivre sur une surface de manière prolongée et devenir dangereux pour les humains ?
Oui, malheureusement. Certains agents pathogènes peuvent survivre pendant plusieurs années ou résister même à des variations de températures très élevées. Nous ne devons pas oublier que ces petits organismes ont préexisté l’apparition de l’homme et qu’ils seront encore là longtemps après que l’homme aura disparu de la planète.

De quelles maladies doit-on se protéger en priorité ?
Les personnes bénéficiant d’un système immunitaire sain ne doivent pas trop se faire de soucis. Les personnes ayant un système de défense déprimé, les personnes sujettes à des maladies chroniques, les personnes qui viennent d’être opérées, les nourrissons et les personnes âgées sont plus à risque. Il s’agit souvent du virus de la grippe ou d’agents pathogènes qui provoquent des diarrhées ou des vomissements. La plupart du temps, nous résistons très bien ou nous pouvons nous soigner de ces affections sans séquelles.

Dans les films et les séries, des scénarios de fin du monde sont souvent dépeints. Par exemple dans le film «I am Legend» ou dans la série «The Last Ship», qui traite d’une pandémie virale fatale. A quel point ces scénarios sont-ils réalistes ?
Vous avez oublié mon favori : World War Z avec Brad Pitt. Plaisanterie à part : je ne crois pas aux zombies. Néanmoins, il existe toujours de nouveau des épidémies qui éclatent (Ebola, grippe porcine, grippe saisonnière, etc.) et qui coûtent la vie à de nombreuses personnes. Jusqu’à présent nous avons toujours réussi à redevenir maîtres de la situation. Ce qui nous attend dans le futur, nous ne le savons pas encore. C’est pourquoi, avec mon cher collègue le Professeur Leib de l’Institut pour les maladies infectieuses, nous avons créé un centre pour « les situations biologiques menaçantes », afin de pouvoir être encore mieux préparés à ce qui nous attend dans le futur.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.