Destinations de vacances pour personnes allergiques

Fuire les pollens - un grand nombre de personnes allergiques recherchent soulagement et repos durant la période qui les affecte le plus.


Les réactions liées aux arbres en floraison au printemps ou aux belles prairies vertes en été gâchent souvent le plaisir de nombreuses personnes. Pour certains, il n’y a pas de chose plus agréable que ces visions, mais pour les allergiques, c’est le début d’une parfois longue période de souffrance. Des vacances soulageantes et reposantes peuvent être garanties par le choix d’une destination de vacances à bonne distance des plantes déclenchant des réactions allergiques.

Il n’existe pas de zone sans aucun allergène

A l’heure actuelle, plus de 20'000 agents déclencheurs d’allergies sont répertoriés. Ceux-ci peuvent devenir pénibles et ce également en vacances. D’où le besoin d’une bonne planification d’un voyage – même s’il n’existe aucune zone parfaitement exempte l’allergènes. Même en Antarctique on a retrouvé des poils de chat ou des pollens de graminées portés par les vents du désert d’Arabie. Qui connaît les déclencheurs de ses réactions allergiques possède un avantage clair et peut donc choisir, en toute connaissance de cause, les régions de destinations en fonction de critères de végétation ou climatiques – soit éviter les endroits où ces pollens ne sont pas encore, plus ou jamais fortement concentrés dans l’air.

En route pour les hautes montagnes

Une bonne suggestion pour les personnes allergiques aux pollens est une excursion en haute altitude. La saturation en pollens est bien moindre et souvent d’une durée plus courte à partir de 2000 mètres d’altitude et dans les régions alpines. La floraison des graminées, par exemple, dure à peine plus de deux semaines, alors qu’elle dure jusqu’à plusieurs mois en plaine. Les personnes allergiques aux poussières domestiques profitent, elles-aussi, de séjours en altitude. Déjà dès 1500 mètres, le nombre des acariens dont les déjections déclenchent des réactions pour les individus allergiques diminue. A des altitudes encore plus élevées – à partir de 1800 mètres précisément – ces arachnides ne peuvent carrément plus survivre.

Portez attention au label ECARF

La Fondation Européenne pour la Recherche sur les Allergies (ECARF), d’utilité publique, est de grande utilité pour les personnes allergiques : elle certifie les communes et les stations qui représentent des oasis de calme et qui s’engagent pour un environnement propice aux personnes allergiques. Chez elles, les hôtels et restaurants, boulangeries et autres prestataires de service sont sensibilisés aux besoins spécifiques des personnes allergiques. Ces lieux permettent aussi aux personnes ayant des besoins alimentaires particuliers de se sentir chez elles.

Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur de clinique du Centre universitaire des urgences de l’Hôpital de l’Ile (hôpital universitaire de Berne) nous donne des indications sur le thème des pollens.

Monsieur Exadaktylos, est-ce qu’on peut éviter une allergie aux pollens ?
Pour répondre aux symptômes classiques d’une allergie aux pollens, votre médecin traitant peut vous prescrire des sprays nasaux, des gouttes pour les yeux ou des comprimés antiallergiques. Des substances actives de médecine complémentaire sont également souvent mises à contribution. La meilleure prévention reste l’évitement des déclencheurs des réactions allergiques. Le choix de la meilleure forme de thérapie est à discuter avec votre médecin traitant, ou, dans les cas les plus sévères, avec un praticien spécialiste des allergies.

Est-ce que les réactions allergiques qui en résultent peuvent mettre la vie des patients en danger ?
Pour les personnes qui souffrent de surcroit d’autres problèmes liés à des réactions du système immunitaire, d’autres allergies ou d’asthme sévère, un accès allergique peut provoquer une réaction très forte. Ceci ne se produit que très rarement mais, dans ce cas, il y a lieu de consulter en urgence.

Comment peut-on traiter les causes du rhume des foins ? Ou peut-on même se faire vacciner pour cette affection ?
Il n’existe pas de vaccin. Une thérapie immunitaire de désensibilisation est une possibilité de solution de traitement pour diminuer les symptômes. Ce traitement se déroule comme suit : après l’identification des pollens déclenchant la réaction allergique, des substances similaires sont injectées sous la peau du patient en doses graduellement croissantes. Alternativement, le patient peut aussi être amené à ingérer des gouttes ou des comprimés. Le but des deux thérapies est d’habituer le corps à la présence d’allergènes et de provoquer une défense immunitaire contre ceux-ci. Ceci permet d’être prêt en cas de contact avec l’agent déclenchant. Les symptômes classiques d’une allergie aux pollens est une réaction défensive excessive de la part du système immunitaire en conséquence d’une attaque surprise de la part des pollens. De nombreuses autres méthodes existent en parallèle.

Est-ce que les Est-ce que les bébés et les nourrissons peuvent déjà être sujets au rhume des foins ?bébés et les nourrissons peuvent déjà être sujets au rhume des foins ?
Même si l’allergie est une affection présente dès la naissance, en règle générale les enfants ne présentent des symptômes d’allergies aux pollens qu’en fin de première enfance ou juste avant l’âge de scolarisation. Mais même des bébés dès l’âge d’un an peuvent déjà présenter des accès de rhume des foins. Ceci est à mettre en rapport avec la maturation du système immunitaire.

Est-ce que les personnes présentant une allergie aux pollens sont plus prônes à des maladies comme l’asthme par exemple ?
Il existe des rapports directs et croisés entre les allergies aux pollens et les maladies de type asthmatique. Votre médecin traitant est votre meilleur interlocuteur dans ce cas.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.