Alcool

L'alcool reste une des principales causes d'accidents dans notre pays : 17% des accidents avec blessés graves ou personnes tuées sont dus à l'alcool.

Même à petite dose, l'alcool ralentit les réflexes et augmente le risque d’accident

En Suisse, le taux d'alcool maximal autorisé au volant est de 0.5 pour mille (alcool dans le sang) qui équivaut à 0.25 mg/l (alcool dans l’air expiré). Les sanctions en cas de conduite en état d'ébriété se sont renforcées ces dernières années.

Alcool et conduite ne font pas bon ménage.

Taux d’alcool autorisé en Suisse : 0.5‰

Consommé avec modération, l’alcool est un plaisir qui n’a rien de répréhensible en soi. Mais la consommation d’alcool reste incompatible avec la conduite. En Suisse, le taux d'alcool dans le sang autorisé par la loi est de 0.5‰ (hors nouveaux conducteurs, voir ci-dessous).

Un verre (3 dl) de bière ou d’alcopop à 5° provoque déjà un taux d’alcool entre 0.2 et 0.5‰. Quand on sait qu’une alcoolémie de 0.2‰ diminue déjà la capacité de conduire, on comprend bien l’importance de rester sobre si on doit prendre le volant. Il en va de sa propre sécurité et de celle des autres.

Alcool interdit aux nouveaux conducteurs

Les conducteurs entre 18 et 24 ans causent statistiquement plus d’accidents liés à l’alcool que les autres conducteurs et en sont donc aussi les principales victimes. Ces jeunes conducteurs – par définition peu expérimentés – ont une tendance à se surestimer. L’alcool renforçant le goût du risque et diminuant les facultés de réaction, le risque d’accident grave est particulièrement élevé pour cette tranche de la population.

Depuis le 1er janvier 2014, les nouveaux conducteurs sont soumis à l’interdiction totale de conduire sous l’influence de l’alcool (taux d’alcool avoisinant le 0 pour mille qui se traduit par une limite fixée par la loi à 0.1 ‰. Cette tolérance est liée à l’absorption de certains aliments tels que fruits pouvant faire très légèrement monter le taux d‘alcool). Cette interdiction vise à épargner des vies et à éviter des blessés graves.

Les groupes suivants sont également soumis à cette interdiction :

  • Chauffeurs professionnels
  • Élèves conducteurs
  • Moniteurs de conduite
  • Accompagnants lors de courses d’apprentissage

Notre brochure

La consommation d’alcool réduit l’aptitude à la conduite

Même un taux d’alcool inférieur à 0.25 mg/l (alcool dans l’haleine), équivalent à 0.5‰ (alcool dans le sang), a un impact sur la conduite.

Voici les effets que peut avoir l’alcool sur l’organisme :

De 0.2 à 0.5‰

L’attention, l’acuité visuelle et auditive baissent. Le temps de réaction augmente, tout comme la tendance à prendre des risques.

De 0.5 à 1‰

L’équilibre est perturbé, le temps de réaction augmente nettement, la vision de nuit et la concentration diminuent. La levée des inhibitions et la tendance à surestimer ses propres capacités augmentent.

De 1 à 2‰

Troubles de l’élocution, confusion, difficultés d’orientation, vision tubulaire. Les yeux s’adaptent plus lentement à la lumière et à l’obscurité.

Plus de 2‰

Trous de mémoire, troubles de la conscience, perte de coordination motrice. Risque d’intoxication alcoolique aiguë avec paralysie et arrêt respiratoire.

Taux d’alcool selon le poids et le sexe

Taux approximatif d'alcoolémie dans le sang par rapport au poids et au sexe de la personne (valeurs indicatives) :

Hommeszoom
Hommes
Femmeszoom
Femmes
 

Alcool + drogues, médicaments ou fatigue = danger accru

L’alcool modifie notre perception et réduit notre capacité de conduire. Associé à d’autres substances comme la drogue ou les médicaments, il constitue un mélange extrêmement dangereux pour la conduite. Ces substances agissent sur le système nerveux central et altèrent fortement la capacité de conduire.

De même, la fatigue, le stress, l’humeur ou un état de santé altéré renforcent l’effet de l’alcool et peuvent engendrer un comportement à risque au volant.

Nouvelle unité de mesure

Depuis le 1er octobre 2016, une nouvelle méthode de contrôle de l’alcoolémie a été introduite sur nos routes : l’éthylomètre. Avec une nouvelle unité de mesure : on parle dorénavant de milligrammes d’alcool par litre d’air expiré (mg/l) au lieu des pour mille (‰).

Les valeurs obtenues avec l’éthylomètre peuvent servir de preuve légale, ce qui évite dans la plupart des cas la prise de sang.

Tableau d’équivalence :

Alcool dans le sang Alcool dans l'air expiré

0.5‰

0.25 mg/l

0.8‰

0.4 mg/l

0.1‰

0.05 mg/l

Pour les usagers, seule l’unité de mesure change s’ils doivent ≪ souffler dans le ballon ≫. Le ≪ 0.5 ≫ et le ≪ 0.8 ≫ ‰ ne vont pas disparaître, puisque le résultat des prises de sang continuera à être exprime en ‰. Les deux valeurs (mg/l et ‰) vont donc coexister, selon la méthode de contrôle utilisée (dans l’air expiré ou dans le sang).  Le taux limite d’alcool de 0.5‰ reste le même ainsi que les sanctions.

Questions-réponses

 
 
 
 

Saviez-vous que…

  • Diluer l’alcool dans de l’eau, du jus de fruits ou du soda ne diminue pas la quantité d’alcool absorbée.
  • Les drogues, les médicaments, le stress ou la fatigue augmentent les effets de l’alcool.
  • L’alcool est trompeur, même à petite dose : il a un effet désinhibiteur et euphorisant qui modifie la perception des risques (vitesse, distance, conditions de circulation, etc.).

Nos conseils

  • Si vous conduisez, ne buvez pas d’alcool.
  • Si vous souhaitez tout de même consommer de l’alcool, prenez les transports publics ou désignez avant la consommation une personne qui renoncera à l’alcool pour conduire au retour.
  • Ne combinez pas alcool et médicaments ou drogue. De même ne consommer pas d’alcool si vous êtes déjà fatigué, stressé ou malade et devez prendre le volant.

Sanctions en Suisse

Il existe trois degrés de gravité dans la loi en cas de conduite en état d’ébriété :

De 0.5 à 0.79‰ :

  • Amende élevée
  • Avertissement

De 0.5 à 0.79‰ avec autre infraction commise ou récidive après moins de 2 ans :

  • Retrait de permis d’un mois (minimum)

0.8‰ et plus :

  • Permis saisi sur-le-champ. Retrait de permis pendant au moins 3 mois avec amende/peine pécuniaire et, le cas échéant, une peine privative de liberté pouvant aller jusqu’à 3 ans – avec ou sans sursis.

Récidive :

  • Les peines sont plus lourdes et la durée minimale du retrait de permis plus importante. Le permis peut même être retiré pour une durée indéterminée (retrait de sécurité).

Nouveaux conducteurs (permis de conduire à l’essai) : lors du premier retrait de permis, la période probatoire est automatiquement prolongée d’une année, en plus des sanctions mentionnées précédemment. Si un second retrait de permis est prononcé durant la période probatoire, le permis de conduire à l’essai est annulé.

Ces informations sont données à titre indicatif.

En Europe, les taux maximaux d'alcoolémie varient entre 0.0 et 0.8 pour-mille

Les législateurs de la majorité des voisins directs de la Suisse imposent un taux d'alcool maximal de 0.5 pour-mille, à l'exception du Liechtenstein (0.8) et de l'Autriche (< 0.5, donc 0.49 pour-mille). La Norvège et la Suède ainsi que la Pologne et l'Estonie imposent une limite de 0.2 pour-mille. Dans la plupart des pays d'Europe de l'Est, le conducteur n'a pas droit à la moindre goutte d'alcool puisque le taux limite y est de 0.0 pour-mille.

Pour plus d’informations : limites d'alcoolémie en Europe

Vidéos

 

À découvrir également

Nouvelle méthode de mesure.

Ethylomètre

Nouvelle méthode de mesure.

Taux limites d'alcoolémie en Europe.

Limites d'alcoolémie

Taux limites d'alcoolémie en Europe.

Taux d’alcool indicatif selon poids et sexe.

Drink or drive

Taux d’alcool indicatif selon poids et sexe.