Carte de membre
TCS Mastercard
Facture

02.12.2020

Lorsque Cassiopée tombe le voile

Rien ne vaut un atelier de photographie stellaire pour se familiariser avec les finesses de son appareil. Tout cela au milieu d’un cadre magique où se côtoient astres et montagnes.
02 décembre 2020
Sternenfotografie
Les participants à l’atelier, à la recherche de l’image parfaite. Photo: ME

La dernière télécabine est enfin redescendue et le silence commence à s’installer sur le Bettmerhorn (VS). Peu avant, la salle, remplie, bourdonnait encore. Il est un peu plus de 17 h désormais et seules les machines à café du restaurant panoramique se manifestent parfois. Il n’y a plus personne ici à part nous. Nous, c’est-à-dire le photographe Markus Eichenberger et quatre profanes en quête d’immortalisations stellaires. Alors que le ciel plonge dans l’obscurité au-dessus des cimes enneigées, nous étendons nos sacs de couchage à même le sol, entre les rangées de tables. L’inconfort de la literie ne rebute personne car la nuit sera courte. Le programme de Markus, comme le ciel, est limpide: un peu de théorie à 18 h 30, puis le repas du soir, sortir de 21 h à minuit pour prendre des photos, un peu de repos, se lever à 2 h du matin pour mitrailler encore et se recoucher afin d’être fin prêts pour le lever du soleil. 

Le blues du banquier
A l’origine, Markus était un banquier d’affaires dont la carrière a vite connu une ascension fulgurante. Mais un burn-out l’a contraint à choisir une autre voie. Un voyage improvisé en Afrique s’est prolongé en périple de 15 mois sur ce continent, mais également au Moyen-Orient, en Inde et au Népal. En manque d’argent, il a bien tenté de reprendre son métier. Mais sa soif de découvrir d’autres lieux l’a bientôt conduit en Chine, où il a travaillé pour un groupe de médias tout en s’initiant à la photographie. Il s’est alors mis à immortaliser des stades pour Getty Images. Et cet autodidacte a eu du flair, car ses photos se sont vendues dans le monde entier durant les Jeux olympiques. Après d’autres escales à Londres, Dubaï et Barcelone, il vit désormais en Argovie et travaille depuis cinq ans comme photographe et cinéaste maintes fois primé. La photographie stellaire le passionne car elle oblige le photographe à se réinventer pour survivre, comme il l’explique. Ses ateliers «Chasing Stars» sont organisés en hiver et en été, en période de nouvelle lune.

Notre instructeur donne ses consignes: «Réglez l’ouverture sur 2,8 ou moins, la vitesse d’obturation sur 10 à 15 secondes et la valeur ISO sur 6400». Pour lui, la composition idéale d’une image doit contenir un tiers de montagne et deux tiers de ciel étoilé. Photographier des étoiles semble être dans mes cordes. Les trois autres participants au cours sont ici pour des raisons différentes. Alois, 66 ans, a assisté à une conférence de Markus et a ensuite réservé cet atelier. A 44 ans, Philipp souhaite, lui, approfondir ses connaissances sur la photographie d’étoiles. Et enfin Paul, un talentueux photographe amateur de 78 ans, qui s’est spécialisé dans les images microscopiques,
s’est mis en tête d’orner d’étoiles ses prochaines cartes de Noël.

Sternenfotografie
A vous couper le souffle: le Cervin à l’aurore.

Une nuit magique 

Une délicieuse fondue au fromage constitue un bon fortifiant pour toutes ces heures que nous allons passer dehors. La chance est avec nous, car il ne fait pas très froid (- 3 degrés) et une belle nuit claire de février nous est promise. Perchés dans ce restaurant, à 2647 mètres d’altitude, et entourés par l’obscurité, le reste du monde semble bien loin, du moins jusqu’à ce que la première dameuse ne vienne tourner dans les environs.
Alors que nous sortons et préparons nos trépieds, peu avant 21 h, la voie lactée est magnifiquement visible au-dessus du glacier d’Aletsch. Cassiopée, une constellation particulièrement brillante, est rapidement identifiée par sa forme en W, vite confirmée par l’application «Sky Guide». En direction de Brigue, trois étoiles brillent toutes proches les unes des autres: il s’agit de la ceinture d’Orion. Et le restaurant Bettmerhorn, faiblement éclairé derrière nous, nous apparaît tel un OVNI qui plane seul dans la nuit. Les sujets sont multiples, ils nous enchantent, nous les photographions inlassablement. Markus distille de précieux conseils: «Les étoiles bougent, il est donc difficile de déterminer si une image est nette lorsque l’on ne regarde qu’elles. Utilisez les contours d’une montagne pour vous aider, si ceux-ci sont nets, l’image le sera également».
Les deux heures passées dans notre sac de couchage nous paraissent bien courtes, avant que nous ne piétinions à nouveau la neige dans l’obscurité. Les phares des dameuses ne perturbent plus notre champ de vision. Et les étoiles se sont déplacées entretemps, telle la poignée de casserole redressée de la Grande Ourse.

Sternenfotografie
Vue spectaculaire depuis le Bettmerhorn vers l’est. Photo: ME

Teintes magiques

A 6 h 15, le jour se lève lentement. Nous immortalisons d’un air envoûté le Cervin et le Weisshorn. Le ciel vire sensiblement d’un jaune soufre doux à un orange plus ardent, qui fait finalement place à un rose intense. Les couleurs sont magiques. De retour au restaurant, nous nous asseyons à table, fatigués. Mais le manque de sommeil en valait largement la peine. La musique retentit soudain en même temps que le bourdonnement d’un aspirateur. Sans que nous le remarquions, l’équipe du restaurant est de nouveau là, se préparant à une nouvelle journée ensoleillée. La ruée est attendue. Nous buvons un café ensemble pendant qu’à l’extérieur un parapentiste s’élance. La vie, ici, ne débute qu’à 9 h du matin, heure à laquelle les télécabines et les téléskis se remettent en marche.

Reportage: Juliane Lutz

ATELIERS CHASING THE STARS
A partir de janvier, des ateliers auront à nouveau lieu sur le Bettmerhorn et l’Eggishorn.
Tarifs: 400 fr. (200 fr. pour les amateurs d’astronomie), y compris matériel de formation, repas et hébergement.

markuseichenberger.com

Sternenfotografie
 
Partager
durckenE-MailFacebookTwitter

Autres articles de la rédaction Touring

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.