Soigner des plaies dues à des coupures et à des déchirures

Lesquelles peuvent être traitées par soi-même, et lesquelles non ?


C’est si vite arrivé… au lieu de graver une planchette de bois, on finit avec une coupure dans la main. Ou une maladresse déclenche soudainement une plaie à la tête. Quelles blessures peuvent être traitées par nos propres moyens et lesquelles doivent impérativement être montrées à un médecin ?

Comment la peau se répare-t-elle?

Dans notre vie quotidienne, si nous nous blessons, alors notre corps essaie de se réparer. La peau démontre dans ce domaine des moyens très différents pour la guérison vulnéraire :

Guérison de plaies primaire

Dans les situations où les plaies sont propres, non infectées et qu’elles ont des bords bien nets pas trop éloignés les uns des autres (par exemple en conséquence d’une blessure par coupure), il n’y a pas un besoin excessif de créer du tissu conjonctif pour fermer la plaie. Ces plaies guérissent en peu de jours et ne laissent que des petites cicatrices fines – si elles ne disparaissent pas complètement).

Guérison de plaies secondaire
Si les bords de la blessure ne sont pas suffisamment rapprochés ou s’il s’agit d’une plaie qui nécessite plus de tissu conjonctif pour se refermer, alors la guérison s’opère au travers de la création d’un tissu « de granulation ».

Comment fermer la blessure en cas de plaie primaire ?

La guérison des plaies primaire peut être soutenue par le fait de rapprocher les bords de la blessure au moyen d’une suture ou par la pose de bandelettes vulnéraires ne provoquant pas de tension. Les bords doivent être bien « collés » bord à bord. La suture d’une plaie est le fait de personnel médical spécialisé, les bandelettes vulnéraires (sparadraps ou steristrips) peuvent être appliquées par des sauveteurs non professionnels.

Ceci peut en particulier faire du sens dans les cas de petites plaies chez les enfants, car la suture de la blessure pourrait être plus traumatisante que la blessure elle-même ou lors de voyages à l’étranger si une visite chez le médecin n’est pas possible. Ces bandelettes de sparadrap non élastiques se collent sur la plaie de telle manière à ce que les bords soient bien en face l’un de l’autre. La guérison primaire de la plaie peut ainsi grandement être facilitée.

Conditions préalables à l’application de bandelettes vulnéraires

  • Le traitement de la plaie n’intervient pas plus de 6 heures après la blessure.
  • Les bords de la plaie peuvent être rapprochés et les tissus environnants sont sains. Il n’y a pas de perte de peau à proprement parler. Les plaies qui se prêtent bien à ce traitement sont particulièrement les coupures propres et nettes.
  • La bandelette vulnéraire colle suffisamment bien à la peau environnante.
  • La personne traitée ne présente pas d’allergie à la matière constituant la bandelette vulnéraire (allergie aux sparadraps).
  • Si une bandelette vulnéraire est utilisée pour le traitement d’une petite plaie alors qu’elle ne serait pas nécessaire, il n’y a pas de conséquences négatives - Il vaut mieux les utiliser trop souvent que pas assez.

À respecter impérativement :
Pour des plaies de plus grandes dimensions, les bandelettes vulnéraires ne suffisent pas, de par leur faible stabilité, et il faut alors pratiquer une suture. 

Conseils en cas de blessures profondes

Les plaies profondes doivent être examinées par un médecin. Les blessures dues à des morsures ou les plaies très sales présentent un risque d’infection et nécessitent un avis médical et des soins adaptés. Si l’on soupçonne une infection, consulter le médecin généraliste. Une infection se repère par l’un ou plusieurs des cinq symptômes suivants : chaleur, rougeur, renflement, douleur, dérangement fonctionnel.

Des bandelettes vulnéraires, tout comme des sparadraps et d’autres matériaux pour le traitement des plaies peuvent se commander auprès de l’Association suisse des samaritains.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.