Carte de membre
TCS Mastercard
Facture


Découvrir la Suisse en camping-car

Les campeurs écrivent aux campeurs! En route en camping-car – récit d’un voyage à la découverte de la Suisse

Les campeurs écrivent aux campeurs!

Auteur: Markus J.J. Jenni, membre de TCS Camping et adepte de voyages en camping-car depuis plus de 30 ans, principalement en France, en Italie, en Espagne et au Portugal. Cette fois-ci, pour varier les plaisirs, il part à la «découverte» de notre belle Suisse.

1. Du lac de Constance au Tessin

Nous sommes en automne 2020. Un magnifique été indien. La météo est au beau fixe et il fait encore très chaud. Le ciel est bleu. Nous recevons un appel d’un couple d’amis allemands. Ils viennent d’arriver au Tessin en provenance de l’Italie et se trouvent à Lugano, sur l’aire locale pour camping-cars. Le lendemain, ils mettront le cap sur le nord pour se rendre sur la nouvelle aire à LOCARNO, où ils passeront la nuit. «Avez-vous le temps et l’envie de nous rejoindre ici demain?» demande Thomas. Bien sûr, nous sommes partants! 

C’est l’occasion idéale de retrouver des amis chers avec qui nous avons déjà passé de nombreux moments conviviaux en France, en Espagne et au Portugal. Aujourd’hui, nous allons donc préparer notre camping-car. Une opération qui ne nous prend pas beaucoup de temps, puisque notre camping-car est toujours prêt au départ – été comme hiver. Réservoirs de gaz et de diesel remplis. Réservoir d’eau plein. Batteries chargées à 100%. Tout est prêt. Comme nous formons une équipe bien rodée, mon épouse, Malu, et moi-même savons quels sont nos rôles respectifs. Il ne reste plus qu’à charger les vêtements, la nourriture et une réserve suffisante d’eau potable. Ensuite, nous pouvons démarrer.

Le lendemain, à 9 h, nous démarrons depuis Uttwil, au bord du lac de Constance. Nous devrions atteindre notre destination, à savoir l’aire pour camping-cars de Locarno, dans environ 3 heures et demie. Le trajet se déroule sans le moindre accroc. Mais il n’y a aucune signalisation indiquant cette nouvelle aire. Finalement, nous apercevons quelques camping-cars stationnés sur un parking entouré de murs. Et nos amis qui nous attendent déjà. Les retrouvailles sont chaleureuses!

Aire pour camping-cars à Locarno

Conseil pour les camping-caristes qui se rendent sur l’aire de Locarno pour la première fois: entrer «Via della Posta» dans le GPS. Suivre ensuite le panneau d’entreprise «SCHINDLER». De quoi trouver aisément l’entrée quelque peu étroite de l’aire pour camping-cars. Celle-ci est bien équipée en termes d’approvisionnement et d’élimination, sans oublier la borne de paiement (uniquement des pièces de 1, 2 et 5 francs!). Pas d’électricité.

L’emplacement est idéal. Il y a des restaurants ainsi qu’un magasin BIO bien achalandé à proximité immédiate. Très calme la nuit. Le terrain est éclairé. Une pelouse avec deux bancs et une table en granit invitent les visiteurs à se réunir en toute convivialité, à l’ombre des arbres. Prix: CHF 20.– pour 24 heures. Durée maximale du séjour: 24 heures. Le centre-ville de Locarno ne se trouve qu’à quelques minutes à pied. Le chemin qui y mène traverse un petit parc et longe ensuite le lac.

Excursion dans le val Maggia

Cevio en Tessin
Image: Cevio en Tessin

Le lendemain, nous reprenons le volant du camping-car et faisons tous ensemble une excursion coup de cœur dans le féerique valMaggia. 

Conseil: vous trouverez une aire pour camping-cars à Brignasco. Très beau terrain sur une prairie bien stabilisée. Le site est habituellement utilisé comme aire d’atterrissage pour hélicoptères. Il a été aménagé par la commune comme aire pour camping-cars à titre d’essai, avec installations d’approvisionnement et d’élimination. Pas d'électricité. Situation optimale. Près d’une imposante cascade qui invite à se prélasser, à s’émerveiller, voire peut-être à méditer. Bien entendu, une promenade dans le petit village à proximité en vaut également la peine. C’est donc ici que nous passons la nuit.

Sur le chemin du retour, nous faisons une halte à Cevio. Stationnement pratique, même pour les camping-cars plus volumineux. Impressionnant: les anciennes maisons aux façades ornées de fresques artistiques. 

Val Verzasca

Nous poursuivons notre route. En direction du val Verzasca. À Brione, il existe également une aire romantique pour camping-caristes et leur «maison à quatre roues». Une destination exceptionnelle pas uniquement pour les inconditionnels du camping, mais aussi pour les amoureux de la nature et les fins gourmets. En effet, un agriculteur BIO produit un délicieux fromage de chèvre (bio) tout près de l’aire pour camping-cars. Le magasin de la ferme In Sü La Scima, se trouve à seulement cinq minutes à pied!

Nos amis ont réservé un camping à Tenero pour cette nuit. Ma femme et «chef de navigation» Malu et moi-même souhaitons cependant rentrer chez nous, au bord du lac de Constance.

Bilan de notre «visite éclair» au Tessin

Nous avons déjà visité si souvent notre «bella Ticinese», et pourtant, chaque fois, les expériences que nous y faisons constituent un enrichissement intense et durable de notre existence. Nous découvrons toujours de nouveaux endroits enchanteurs, des gens sympathiques ainsi que des restaurants authentiques ou des grotti romantiques.

Il vaut la peine de prévoir suffisamment de temps pour une virée au Tessin. Ou alors s’y rendre plusieurs fois, même pour un court séjour, comme nous l’avons fait cette fois-ci. Et pourquoi pas en renonçant à prendre l’autoroute? L’itinéraire à l’écart de la «voie rapide» a en effet beaucoup à offrir.

2. Du lac de Constance à l’Oberland bernois, au Valais et dans le magnifique Jura

Toutes les conditions sont réunies pour poursuivre notre tour de Suisse en camping-car. Pas d’autres rendez-vous (impératifs). Pas de touristes asiatiques dans les grandes attractions touristiques suisses. Pas de mauvais temps en vue. Au programme: du temps à profusion, une météo radieuse et l’envie irrésistible de profiter de cette rare opportunité pour enfin visiter, en toute sérénité, le Jungfraujoch, le Cervin et, dans le Jura, le Creux du Van.

Les gorges de l’Aar

Les gorges de l’Aar
Les gorges de l’Aar / photo: Malu Jenni

Au départ du lac de Constance, nous empruntons le col du Brünig pour rejoindre Meiringen et poursuivons notre périple jusqu’aux célèbres gorges de l’Aar. Nous parquons notre camping-car au Camping Aareschlucht, à Innertkirchen, où nous avons prévu de passer la nuit.

Nous nous réjouissons de sillonner ces gorges fascinantes que l’Aar a façonnées dans la roche pendant des millénaires. Cerise sur le gâteau: en fin d’après-midi, il n’y a qu’une poignée de visiteurs qui partagent ce spectacle avec nous. Du coup, nous avons pu nous promener tranquillement d’une curiosité à l’autre. À couper le souffle!

Saisis par tant d’impressions époustouflantes, nous prenons la direction d’Interlaken après une bonne nuit de sommeil. Notre objectif: monter au sommet du Jungfraujoch, mondialement connu. Les campeurs sont nombreux en cette saison, mais nous trouvons malgré tout une parcelle ensoleillée au Camping Alpenblick.

Au sommet du Jungfraujoch

Au sommet du Jungfraujoch - Markus uns Malu Jenni
Malu et Markus Jenni au sommet du Jungfraujoch / photo: Malu Jenni

Le lendemain matin, nous prenons le trolleybus pour nous rendre à Interlaken-Ost. De là, nous prenons le chemin de fer pour Grindelwald. Une fois sur place, nous embarquons dans l’historique train à crémaillère qui nous conduit au Jungfraujoch. Chose totalement inédite: il n’y a que peu de touristes qui font le déplacement. De quoi admirer en toute tranquillité la vue imprenable sur les montagnes majestueuses – l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau – ainsi que l’univers alpin environnant. 

Et puis, le moment tant attendu est là! Nous sommes arrivés au Jungfraujoch! «Très impressionnant...» déclare ma chère épouse Malu, qui n’a pas vraiment l’habitude de ce genre de paysage. Elle a grandi dans la plaine, dans la «baie de Cologne». En revanche, ce panorama fait surgir en moi des images du passé. Quand j’étais jeune, je survolais souvent nos splendides montagnes en tant que pilote privé, aux commandes d’un «Piper Cherokee 140» – avec des clients ou des amis, dans le cadre d’un tour des Alpes.

De retour dans le camping-car, nous profitons pleinement de la soirée. Plus concrètement: nous célébrons cette journée de toute beauté autour d’un bon souper accompagné d’un cru valaisan. C’est précisément dans le Valais que nous avons prévu de nous rendre le lendemain.

Direction le Valais via le col du Grimsel

Les rayons du soleil nous réveillent de bonne heure. Nous sommes impatients de franchir le col. Nous empruntons donc le col du Grimsel afin de poursuivre notre tour de Suisse en Valais.

le col du Grimsel
Le col du Grimsel / photo: Malu Jenni

Le périple continue sur une route de col sinueuse, mais parfaitement praticable, le long du Rhône, jusqu’à Mörel-Filet. Là, nous posons nos valises au camping Tunetsch. Un camping plus petit, mais très agréable. Le point de départ idéal pour des randonnées, etc.

Réserve naturelle Pro Natura de la forêt d’Aletsch et glacier d’Aletsch

glacier d’Aletsch
Markus et Malu Jenni sur le glacier d'Aletsch / photo: Malu Jenni

«J’aimerais absolument visiter la fameuse forêt d’aroles...» dit ma femme. Nous enfilons illico de bonnes chaussures de randonnée et nous mettons en route. 

Nous rejoignons aisément la station amont en télécabine. De là, nous suivons le panneau signalisant le centre Pro Natura, toujours à une altitude d’environ 2000 m.

La réserve naturelle Pro Natura de la forêt d’Aletsch, qui s’étend au pied du géant blanc, compte parmi les forêts alpines les plus belles de Suisse. Outre les aroles, la forêt d’Aletsch abrite également de nombreux autres êtres vivants. Ainsi, le cerf élaphe, le chamois, le casse-noix moucheté et le rhododendron ferrugineux peuvent être observés fréquemment.

Nous traversons la féerique forêt d’aroles – sereinement, mais toujours à l’affût – et faisons le plein d’énergie dans ce cadre véritablement unique: aroles, mélèzes, air cristallin, petits ruisseaux avec de l’eau potable (encore) propre, sans oublier une biodiversité fascinante, à peine visible, mais palpable.

Rarogne et les bisses

Le lendemain matin, nous mettons le cap sur Rarogne et passons la nuit au Camping Santa Monica. Un camping convivial doté d’un excellent service. Ici, nous comptons faire le plein d’action! À commencer par une belle randonnée à Eischoll. En marchant énergiquement, nous finissons par découvrir les fameuses bisses. Les bisses, canaux d’irrigation chargés d’histoire que l’on trouve dans le canton du Valais, garantissent des randonnées et promenades vraiment pittoresques.

En fin d’après-midi, nous flânons à travers Rarogne et visitons l’église troglodyte St. Michael – sur recommandation de collègues campeurs. Une autre journée qui nous laisse bouche bée.

À la conquête du Cervin

À la conquête du Cervin
Le Cervin - photo: Malu Jenni

Le suspense est à son comble! Aujourd’hui, nous souhaitons visiter le Cervin. Nous démarrons donc très tôt et rejoignons finalement le camping de Täsch. Celui-ci grouille déjà de campeurs enthousiastes adeptes de randonnée. Mais c’est notre jour de chance. Une parcelle ensoleillée est encore disponible. Nous comptons y rester deux nuits. 

Tôt le lendemain matin, nous prenons le chemin du Cervin, équipés de bonnes chaussures et des vestes chaudes. En train, le trajet de Zermatt à Sunnegga dure environ 30 minutes. Quel spectacle!

Bien entendu, nous ne manquons pas de faire une randonnée sur le «sentier des marmottes» et profitons du temps splendide, de l’indescriptible paysage alpin et des autres amoureux de la nature, qui ont tous le sourire aux lèvres... En revanche, nous ne rencontrons pas de marmottes. Mais le temps passe très vite et nous devons rentrer au camping, à Täsch. Un peu fatigués par la randonnée, mais comblés, nous savourons cette soirée au pied du Cervin en dégustant un délicieux souper devant notre camping-car et en discutant avec d’autres campeurs, tout aussi épris de la région que nous.

Le lac Souterrain

Après cette expérience inoubliable, nous continuons de longer le Rhône vers l’ouest et nous nous arrêtons pour une nuit sur l’aire pour camping-cars de Saint-Léonard.

Sur place, nous visitons le fameux lac Souterrain, le plus grand d’Europe. Ensuite, à proximité immédiate de l’aire pour camping-cars, nous dégustons des crus minutieusement élaborés par un vigneron autochtone. Santé!

3. Le Jura et le Creux du Van

Creux du Van
Creux du Van - photo: Malu Jenni

Le lendemain, nous avons rendez-vous avec des amis camping-caristes de longue date. Il est grand temps de poursuivre notre «tour de Suisse». Nous nous dirigeons vers l’ouest, en direction du massif du Jura. Nous passons par Martigny et Lausanne pour rejoindre le féerique lac de Neuchâtel. C’est ici que nous retrouvons nos chers amis, Gino et Emilie, au camping de la Tène, à Neuchâtel. 

Ensemble, nous avons prévu de visiter le célèbre Creux du Van. Une excursion qui tombe à pic pour les camping-caristes téméraires. Possibilité de passer la nuit. Pas d’installation de ravitaillement/d’évacuation et pas d’électricité. Forts vents fréquents. Restaurant original. Possibilité de faire de fantastiques randonnées. Beaucoup de Suissesses et de Suisses ne connaissent pas encore cette grandiose formation rocheuse. Nous la découvrons d’ailleurs pour la première fois. nous aussi. Et nous sommes étonnés, impressionnés et saisis par cette paroi rocheuse massive d’une hauteur vertigineuse de 160 m.

Nous avions prévu de passer la nuit au sommet, dans nos camping-cars. Mais un vent violent se lève et de sombres nuages orageux annoncent des averses. Nous redescendons donc dans la vallée pour passer la nuit quelque part en cours de route. Dans un petit camping privé près d’une ferme (bio), dans la vallée du Creux de Van, nous profitons de la chaleur du soir en dégustant un repas simple.

Retour à la maison

Le lendemain matin, nous mettons très tôt le cap sur la Suisse orientale, pour retrouver notre joli lac de Constance. Ce «tour de Suisse» a été pour nous une expérience absolument exceptionnelle.

Remarque finale

Merci, chers amis camping-caristes. Merci à toi, fidèle camping-car. Et merci la Suisse pour toutes ces facettes époustouflantes!

La Suisse est en effet un pays fascinant, de plus en plus prisé également par les camping-caristes. Avec de nombreuses attractions uniques au monde. On comprend facilement pourquoi le tourisme joue un rôle si important pour notre pays et pourquoi tant d’étrangers venus des quatre coins du monde rêvent d’y passer quelques jours.

Le «tour de Suisse» en camping-car a été une véritable source d’inspiration et d’enthousiasme pour moi-même, ma femme et nos amis. Il y a tant de temps forts à découvrir dans notre belle Suisse – dont bon nombre sont parfaitement accessibles en camping-car.

À l’avenir, au lieu de parcourir des milliers de kilomètres à l’étranger, ma femme et moi-même voyagerons plus souvent dans notre magnifique pays, les yeux émerveillés et le cœur ouvert. J’ai constaté une autre chose très positive lors de ce «tour de Suisse»: dans l’intervalle, de plus en plus de communes suisses semblent avoir réalisé que l’aménagement d’aires pour camping-cars peut s’avérer «payant» au sens propre du terme. Super. Continuez sur cette lancée!

À vous tous, chères lectrices et chers lecteurs, je souhaite: bonne route à tout moment. Restez joviaux et en bonne santé. 

Avec mes salutations les plus cordiales – depuis mon camping-car
Markus J. J. Jenni

Avez-vous trouvé cet article utile?
Oui
Non
100%
des utilisateurs ont trouvé cet article utile
81 évaluations
 

En savoir plus

Newsletter
Réseaux sociaux
FacebookInstagramTwitterLinkedInYouTube
Magazine Touring
Magazine Touring
Applications
Nouveaux produits & jubilés
50 Jahre Rechtsshutz
60 Jahre ETI Schutzbrief
Mitgliedschaft Familien
 
Merci de patienter un instant
Votre commande est en cours de traitement.