Le TCS teste des assistants d'évitement

Un freinage d'urgence assisté peut-il réellement empêcher une collision avec une voiture à l'arrêt ou un piéton ?


Le TCS a testé en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (bpa) des systèmes d'assistance à la conduite proposés par trois constructeurs automobiles (BMW M550d xDrive, Volvo XC40 D4 AWD et Ford Focus 1.5d ST Line) afin de savoir si une collision avec une voiture à l'arrêt ou un piéton pouvait être empêchée grâce à l'assistant d'évitement. Il a également été testé si l'assistant au freinage d'urgence intervenait sur la route si le conducteur ne faisait rien.

L'assistant d'évitement de Ford ne réagit pas aux piétons

L'assistant d'évitement de Ford se base sur un capteur radar placé derrière la grille du radiateur et une caméra installée derrière le pare-brise. Il s'enclenche à chaque démarrage du moteur, mais peut être désactivé via l'ordinateur de bord.

  • Lors d'une manœuvre d'évitement, le système aide le conducteur en adaptant le couple de braquage et soutient le retour à la trajectoire si le conducteur participe activement.  
  • Lors des essais, l'assistant de freinage d'urgence a certes réagi de manière fiable au mannequin représentant un piéton, mais l'assistant d'évitement n'est pas intervenu. Selon les explications de Ford, l'assistant d'évitement est conçu de sorte à identifier principalement d'autres véhicules.

Le dispositif de Volvo ne réagit pas aux pylônes

Les systèmes d'assistance au freinage d'urgence et de reconnaissance ainsi que l'assistant anticollision du dispositif Volvo City-Safety travaillent également avec des capteurs radars et une caméra. Un freinage automatique aide le conducteur à éviter un obstacle.

  • Le test effectué avec la Volvo a révélé que l'assistant de freinage d'urgence ne réagissait pas aux pylônes. Incapable d'analyser un objet rigide, le système reste passif pour éviter un freinage non nécessaire.
  • En revanche, il a parfaitement identifié le mannequin à forme humaine.
  • Après des changements de voie répétés à plusieurs reprises, les assistants étaient tout à coup inactifs. Selon Volvo, le système City-Safety cesse de fonctionner pour un certain temps après plusieurs interventions se suivant rapidement, car il considère comme irréaliste cette multiplication de manœuvres de freinage et d'évitement.

L'assistant de freinage de BMW ne reconnaît pas le piéton immobile

La BMW série 5 surveille son environnement moyennant une caméra stéréo et des capteurs radars et ultrasons. Elle offre une armada d'assistances: avertissement au trafic transversal, assistant au changement de voie, alerte de franchissement de ligne avec avertissement actif en cas de risque de collision latérale ainsi que, précisément, assistant d'évitement. Ce dernier avertit et intervient activement s'il est possible d'éviter latéralement un obstacle.

  • L'assistant de freinage d'urgence n'a cependant pas reconnu le mannequin rigide à forme humaine.
  • Les experts ont alors simulé au moyen de cordes un mouvement de marche avec le mannequin, ce que le système a parfaitement identifié. 
  • Lors des manœuvres d'évitement, l'assistant correspondant a lancé un avertissement acoustique avant d'intervenir sur le volant pour contourner aussi bien la voiture que le mannequin.

Les systèmes d'assistance ne fonctionnent que si le conducteur reste attentif

Ce test a révélé qu'un assistant de freinage d'urgence peut minimiser l’impact, voire empêcher une collision sans que le conducteur n'intervienne. En revanche, l'assistant d'évitement ne fonctionne que si le conducteur participe activement à toute la manœuvre de changement de voie. En résumé: les systèmes d'assistance à la conduite offrent un certain potentiel de sécurité, à condition que le conducteur reste constamment concentré au volant. Celui qui se fie au sentiment d’être totalement en sécurité s’expose à des situations dangereuses. 

Comme leur nom l'indique, les assistants assistent le conducteur, mais ne le remplacent pas. Leur fonction peut aussi être entravée par le brouillard ou des chutes de pluie et de neige. Notons enfin que, légalement, un système d'assistance routière ne dégage pas le conducteur de sa responsabilité.

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.