10 idées fausses face aux occasions

Le TCS a relevé les 10 principales erreurs commises lors de l'achat d'un véhicule d'occasion et propose des conseils pratiques.


En Suisse, environ 750'000 véhicules d'occasion changent de propriétaire chaque année. La plupart au printemps et en été. Le TCS a examiné les 10 idées fausses principales concernant les voitures d'occasion.

1. C'est beau, donc c'est bon

Cette règle ne s'applique évidemment pas dans tous les cas. Bien que la présentation extérieure d'un véhicule informe aussi sur son état, gare aux éléments paraissant trop neufs. Une course d'essai est indispensable et, en cas de doute, demander un test dans un centre technique du TCS.

2. Le leasing est recommandé pour les voitures d'occasion

En plus des mensualités de leasing, il faudra payer le carburant, l'assurance, l'impôt, les pneus, l'entretien et les réparations. Mieux vaut donc choisir un modèle moins cher : peut-être plus petit et moins récent, mais payé comptant.

3. Le prix neuf détermine le prix de vente

Depuis plusieurs années déjà, les acheteurs profitent d'actions, de rabais et de bonus grâce à la concurrence et à la force du franc suisse. Ce qui compte, ce n'est pas l'ancien prix catalogue, mais la valeur actuelle de la voiture. Donc toujours comparer les prix de voitures de démonstration ou d'occasion avec garantie d'usine aux prix actuels des voitures neuves.

4. Une pareille occasion ne se présentera jamais plus

Le marché des occasions est grand et chaque jour de nouvelles offres viennent s'y ajouter. Il vaut donc la peine de prendre son temps et de comparer soigneusement les propositions.

5. Les particuliers n'ont pas besoin de révéler que la voiture a été accidentée

L'obligation légale d'annoncer un éventuel accident vaut aussi pour les particuliers. Cela ne concerne toutefois pas des dégâts légers ou des réparations de peu d'importance. En cas de doute, consulter un expert du TCS ou un garagiste.

6. Les occasions ne posent que des problèmes

Le risque d'avoir à affronter des réparations est plus grand avec une voiture d'occasion, mais en contrepartie la perte de valeur est plus petite. Bien que de nombreuses occasions soient en parfait état et ne posent pas plus de problèmes que des voitures neuves, il est recommandé d'exiger une garantie minimale sur les pièces et la main-d'œuvre.

7. Les contrats de vente doivent toujours être écrits

Un contrat ne doit être écrit que si la loi l'exige. Tel n'est pas le cas pour le contrat de vente, si bien qu'un reçu suffit. Le TCS conseille tout de même de conclure un contrat de vente par écrit et propose un modèle de contrat : contrat de vente.

8. Toutes les occasions sont accompagnées d'une garantie

La garantie peut également être exclue. Le TCS recommande une garantie minimale « pièces et main-d’œuvre » pour les modèles anciens. Avec une surenchère, il est souvent possible d'obtenir une garantie.

9. « Expertisée » est un signe de qualité

La mention « expertisée » signifie uniquement que la voiture répond aux exigences de sécurité en vigueur et qu'elle ne devra pas être présentée au contrôle périodique pendant 2 à 3 ans. En cas de doute, un test d'occasion dans un centre technique du TCS est recommandé.

10. Les occasions de particuliers sont plus avantageuses

Le tarif Eurotax offre une estimation précise de la valeur des occasions. Par analogie au change de devises, les garages appliquent un tarif pour l'achat ou l'échange et un tarif pour la vente avec une garantie minimale pièces et main-d'œuvre. Les prix des véhicules échangés entre particuliers devraient se baser idéalement sur une valeur moyenne.

Offres du TCS

Réseaux sociaux
Newsletter
Applications
Magazine Touring