Le TCS examine les aspects sociétaux de la conduite automatisée

La conduite automatisée est promise à un bel avenir. Tandis que les questions techniques font l'objet de recherches de plus en plus intenses et précises, les aspects sociaux et sociétaux ne sont toutefois guère analysés. Le TCS entend combler cette lacune. Il a chargé son Académie de la mobilité de mener une enquête, la première du genre, sur les changements des schémas de mobilité que la conduite automatisée peut provoquer.

15 octobre 2018

La conduite automatisée suscite de fortes attentes. Elle pourrait accroître la mobilité de personnes très jeunes et de personnes âgées, argumente-t-on souvent. En revanche, les opinions divergent sur la question de savoir si la conduite automatisée augmente ou réduit le trafic. Il n'existe guère de bases scientifiques à ce sujet. L'Académie de la mobilité du TCS a donc été chargée d'examiner ces aspects sur la base de quelques exemples concrets dans le cadre du projet "SIMCar".

Pour simuler une conduite automatisée, plusieurs personnes sélectionnées selon certains critères ont à disposition durant trois semaines une voiture avec un chauffeur spécialement formé. Ce dernier peut certes conduire le véhicule, mais il n'a pas le droit de s'entretenir avec les passagers ou de les assister de quelle que manière que ce soit. Divers paramètres des trajets sont enregistrés moyennant une app et un livre de bord. Les données ainsi récoltées sont comparées avec les habitudes de mobilité d'avant l'essai. "Nous obtiendrons ainsi pour la première fois des informations concernant les effets sociaux et sociétaux de la mobilité automatisée", explique Maik Hömke, responsable du projet "SIMCar" auprès de l'Académie de la mobilité, qui poursuit: "Il sera intéressant de constater dans quelle mesure les habitudes de mobilité des différents usagers de la route sont modifiées par le véhicule mis à disposition. Choisiront-ils la voiture automatisée à la place du bus ou du tram? Ou emprunteront-ils la voiture automatisée juste pour se rendre depuis leur domicile à l'arrêt du bus?" Maik Hömke entend ainsi obtenir des réponses à des questions de ce genre grâce au projet "SIMCar".

Le projet "SIMCar" débute en octobre 2018 en se limitant à l'agglomération zurichoise. Les résultats des recherches sur les éventuels changements des habitudes de mobilité provoqués par la conduite automatisée seront disponibles au printemps 2019.

 

Bild
Laurent Pignot
Laurent Pignot
Téléphone +41 58 827 27 16
Téléphone +41 76 553 82 39
Partager
durckenE-MailFacebookTwitter
Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.