Test premiers secours

Le TCS a testé, en collaboration avec l’alliance suisse des samaritains, les compétences de la population suisse en matière de premiers secours. Les résultats sont inquiétants.

Quel intérêt d’évaluer les connaissances sur les premiers secours ?

Plus de 50% des morts sur la route en Europe décèdent dans les premières minutes après l’accident. Ce nombre pourrait être fortement réduit si tout un chacun connaissait les gestes de premiers secours adéquats à appliquer durant ce laps de temps critique.

Mais quelles sont donc les connaissances des conducteurs en la matière ? Sont-elles suffisantes pour une action rapide et compétente ? Le TCS et ses partenaires européens ont voulu en avoir le cœur net et ont mis sur pied une étude sur les compétences en matière de premiers secours. Cette étude a eu lieu pour la Suisse en collaboration avec l’alliance suisse des samaritains.

Source: Alliance suisse des samaritains

Méthodologie

Cette enquête s’est déroulée dans 14 pays entre avril et août 2012 : Belgique, Danemark, Allemagne, Finlande, France, Italie, Croatie, Autriche, Portugal, Serbie, Slovénie, Espagne, République tchèque et Suisse. Dans chacun des pays, 200 automobilistes, répartis en 3 tranches d’âge, ont été interrogés. Le test était composé de 10 questions, incluant 2 exercices pratiques. Les questions étaient posées de manière ouverte. En Suisse, l’enquête s’est déroulée à Bâle, Melide et Genève avec l’appui des sections TCS respectives et des samaritains.

Résultats

Résultats Europe

Près de deux tiers (65.8%) des personnes interrogées se sentent capables de donner les premiers secours. Après enquête, ce sont en fait à peine 18% des répondants qui connaissent effectivement quelles étapes suivre en cas d’urgence. 32% des personnes interrogées n’ont par ailleurs jamais suivi un cours en la matière.

L’état des connaissances et des compétences est clairement insuffisant :

42.3%

ne connaissent pas le numéro d’urgence européen 112

71.2%

ne savent pas comment évaluer l’état d’un blessé

71.3%

ne connaissent pas les étapes à suivre, dans le cas d’un blessé inconscient qui ne respire pas, pour effectuer une réanimation cardio-pulmonaire

75.5%

ne savent pas comment aider une personne avec une plaie qui saigne abondamment

63.5%

ne sont pas capables de mettre une personne inconsciente en position latérale de sécurité

80.3%

ne sont pas en mesure d’effectuer en pratique la réanimation cardio-pulmonaire

Résultats Suisse

Le tableau n’est guère plus réjouissant en Suisse où un peu moins de la moitié des participants (47.6%) se sent capable de donner les premiers secours. Presque 20% des personnes interrogées connaissent effectivement quelles étapes suivre en cas d’urgence et 18% n’ont jamais suivi un cours.

Malgré l’obligation de suivre un cours de premiers secours pour l’obtention du permis de conduire, les résultats font froid dans le dos :

82.0%

ne connaissent pas le numéro européen d’urgence 112 (70% connaissent cependant le 144, valable uniquement en Suisse)

62.8%

ne savent pas comment évaluer l’état d’un blessé

72.0%

ne connaissent pas les étapes à suivre, dans le cas d’un blessé inconscient qui ne respire pas, pour effectuer une réanimation cardio-pulmonaire

80.5%

ne savent pas comment aider une personne avec une plaie qui saigne abondamment

59.1%

ne sont pas capables de mettre une personne inconsciente en position latérale de sécurité

91.5%

ne sont pas en mesure d’effectuer en pratique la réanimation cardio-pulmonaire

Chacun peut sauver des vies, s’il se souvient des gestes appropriés. Malheureusement, les connaissances semblent s’évaporer rapidement pour les personnes qui ont suivi un cours. Une possibilité d’améliorer cette situation est de suivre volontairement un cours de rappel sur le sujet.

Conseils en cas d'urgence

Voici quelques conseils en cas d’urgence. Attention : Ceci ne remplace en AUCUN cas un cours dispensé par des instructeurs diplômés.

1. Votre propre sécurité

Pensez en tout temps à votre propre sécurité pour éviter de vous retrouver victime à votre tour. Et n’oubliez pas, le pire que vous pouvez faire, c’est de ne rien faire.

2. Sécuriser et évaluer

Sécurisez le lieu de l’accident (à l’aide d’un triangle de panne par exemple). Évaluez l’état du blessé :

  • Parlez-lui, vérifiez s’il est conscient.
  • Vérifiez s’il respire.
  • Examinez la présence de plaies qui saigneraient abondamment.

3. Avertir les secours

Avertissez les secours à l’aide d’une borne d’appel d’urgence orange quand elle est disponible ou avec votre téléphone mobile dans les autres cas. Indiquez les informations suivantes :

  • Où a eu lieu l’accident
  • Que s’est-il passé
  • Combien de personnes sont impliquées
  • Quelles sont les blessures constatées
  • Suivez les instructions de la personne au bout du fil

4. Donnez les premiers secours aux blessés

La victime est inconsciente et ne respire pas normalement

Mettez la victime sur le dos, si possible sur un sol suffisamment dur.

Pratiquez la réanimation cardio-pulmonaire :

  • Placez la base de votre main au milieu du thorax du blessé.
  • Placez la seconde main par-dessus.
  • Variante 1 : Compressez 30x le thorax d’environ 5 cm avec les bras tendus à une fréquence d’environ 100 compressions par minute.
  • Effectuez 2 insufflations (dans le nez ou la bouche).
  • Continuez en alternant 30 compressions et 2 insufflations jusqu’à la prise en charge par les secours.
  • Variante 2 : Effectuez 100 compressions thoraciques à la minute sans insufflations jusqu'à l'arrivée des secours.

La victime est inconsciente mais respire normalement

  • Positionnez le blessé en position latérale de sécurité.
  • Vérifiez régulièrement sa respiration.

La victime saigne abondamment

  • Allongez la personne sur le dos.
  • Levez le membre touché et si possible appuyez sur l’artère qui amène le sang dans cette région du corps.
  • Appliquez un pansement compressif (pas un garrot, le sang doit encore pouvoir circuler).

Parlez aux blessés, ne les laissez pas seuls.

Ne vous attroupez pas pour regarder ce qui se passe, c’est irresponsable et dangereux.

Si vous êtes bloqué dans un bouchon avant un accident, pensez à laisser un corridor pour que les véhicules de secours aient la possibilité d’accéder au lieu d’accident.

Quelques réponses aux questions posées

Auriez-vous répondu correctement ?