25.06.2018

Saarland: Rivière bucolique et acier en fusion



25 juin 2018

Frontalier de la France, le Land allemand de la Sarre est souvent l’objet d’une certaine condescendance. A tort, car ce petit Etat épris de ses particularismes concentre sur 2570 km2 une diversité peu commune alliant nature et héritage industriel.

En vain chercherait-on plus sublime belvédère sur la Saare que la plateforme de Cloef. Sous nos yeux éblouis, la rivière aux teintes bleu-vert lovée dans une verdure foisonnante décrit sa légendaire boucle à 180 degrés, arc de cercle le plus illustre d’Allemagne. Ce caprice de la nature s’insère dans un écrin densément boisé entre Merzig et Mettlach. Après de longues minutes de contemplation, nous poursuivons notre randonnée. 

Au cours des 15 dernières années, la Sarre, territoireconfetti à l’échelle de l’Allemagne, s’est imposée comme une destination très prisée des marcheurs, lesquels jouissent d’un réseau totalisant 65 itinéraires: «Ils sont très divers, à l’écart de l’asphalte et bien signalisés, même si on ne dispose pas de carte», explique Peter Klein, directeur de Saarschleifenland, tandis qu’il nous emmène d’un pas rapide sur un parcours de 16 kilomètres arpentant les alentours de la boucle de la Sarre. Les panneaux indicateurs signalent également les auberges, ce qui ne surprend pas dans une région célébrant depuis toujours la bonne chère. «Le principal, c’est un bon repas», dit la sagesse locale. 

Chemin faisant, nous apercevons le cours d’eau à travers les arbres ainsi que la silhouette caractéristique du château de Montclair. L’édifice en ruines est accroché à un flanc de colline. Le tracé que nous empruntons descend ensuite en direction de Mettlach, siège du célèbre fabricant de céramique Villeroy & Boch, avant de remonter jusqu’au château de Montclair. Après une nouvelle descente en direction du fleuve, Peter Klein agite la cloche signalant au bac notre intention de gagner l’autre rive. Plus tard, de retour à l’hôtel Saarschleife, le copieux repas du soir constitue une récompense bien méritée.

Puissance de l’acier

Après la quiétude d’une balade en pleine nature, on ne pouvait imaginer contraste plus saisissant que le complexe sidérurgique de Völklingen. Fondé en 1873, il occupa jusqu’à 17 000 ouvriers avant de fermer ses portes en 1986, victime de la concurrence mondiale et de la crise de l’acier. Alors que la Sarre comptait jadis une trentaine d’usines sidérurgiques, seule l’exploitation de fonte brute de Dillingen demeure aujourd’hui en activité. L’aciérie de Völklingen fut le premier site industriel à figurer au Patrimoine mondial de l’Unesco, en 1994. Et pour cause: il permet de découvrir les conditions dantesques dans lesquelles travaillaient les métallurgistes, chaleur torride et vacarme assourdissant. 

Un itinéraire didactique de près de 5 kilomètres emmène le visiteur à travers les installations démesurées qui conjuguaient la force du feu, de l’air et de l’eau en vue de produire un matériau indestructible. Par ses dimensions phénoménales et son entrelacs de conduits, tuyaux, plateformes et élévateurs, le site constitue un environnement idéal pour des performances artistiques contemporaines. Ici et là, la nature reprend ses droits, ce qui confère une aura de magie supplémentaire, même si une micro-activité sidérurgique persiste grâce à quelques tubulures reliées à l’usine voisine où travaillent encore 4500 personnes.

Fans de grillade

Confortablement installés dans le vélo-taxi de Manuel Hüther, nous partons à la découverte de Sarrebruck, cheflieu
de la Sarre. Défilent successivement le Bürgerpark, aménagé dans l’ancien port houiller, la grue de chargement de la Sarre, le mur aux graffitis long de 450 mètres et le Parlement. Nous traversons ensuite la zone de détente de Staden et voyons sur la Sarre naviguer d’étranges embarcations circulaires. «On les appelle les barbecues flottants, ou BBQ-Donut. Elles sont dotées d’un moteur hors-bord. On peut les louer», précise Manuel Hüther. Tirant leur nom du barbecue au charbon de bois posé en leur centre, elles témoignent du goût immodéré des Sarrois pour les grillades – tout comme les nombreux distributeurs automatiques de viande et de saucisses dans les rues.

Gardant le meilleur pour la fin, notre guide nous présente un endroit peu connu du Staden: un ancien bunker que les autochtones avertis investissent lors des belles soirées d’été. Dans la réserve ornithologique de St-Arnual, on se croirait en pleine campagne; non loin de là vibrionne pourtant le quartier en pleine expansion de Lyoner.

Ville verte par excellence, Sarrebruck offre une succession de contrastes remarquables. Alors que la place Ludwig forme un ensemble baroque d’une grande pureté – notamment grâce à l’église éponyme, la pièce maîtresse de l’architecte Friedrich Joachim Stengel –, le quartier alternatif de Nauwieser offre quant à lui un visage tout différent. Ils disposent de nombreux bistrots populaires, le point de rendez-vous de la clientèle branchée. Manuel Hüther nous dépose au marché de St-Johann, vaste zone piétonne peuplée de terrasses de cafés.

Reine de la confiture

Après ces pérégrinations urbaines, nous nous plongeons avec délice dans la réserve de biosphère de Bliesgau, laquelle déroule son paysage champêtre émaillé de demeures conservées dans leur style d’origine, réminiscences de la campagne anglaise. Les amateurs de confitures ne manqueront pas de rendre visite à Christine Breyer, à Kleinblittersdorf-Bliesransbach. Hobby à l’origine, elle rencontra un tel succès qu’elle créa sa propre marque de confitures – Mali’s Délices – et approvisionne désormais la chaîne de magasins Rewe – également en pesto fait maison. Et à Blieskastel, autre bijou baroque, les gourmets réserveront une table chez Cliff Hämmerle… sans forcément se ruiner puisque le repas de midi à trois plats est affiché à partir de 36 euros. Oui, il fait bon vivre dans la Sarre.

Plus d'articles de la rédaction du magazine Touring

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.