29.08.2018

L’appel de la mer à Guernsey



29 août 2018

D’innombrables plages, un charme tout britannique et une cuisine d’inspiration française, tels sont les atouts de Guernesey, deuxième des îles Anglo-Normandes. La visiter, c’est l’adopter. Key West en Floride et Zandvoort aux Pays-Bas sont d’autres valeurs sûres pour des vacances inoubliables en bord de mer.

Les galets malmènent les pieds, mais la vue est grandiose. Depuis la plage de la baie de Fermain, on distingue, à gauche, l’île de Sercq et, au loin à travers la brume, les contours de Jersey. Autrefois, les contrebandiers hantaient ces lieux. De nos jours, autochtones et touristes se les disputent. Les plus intrépides d’entre eux s’essaient à la baignade. Il faut en effet être endurci: le soleil a beau briller souvent, la température de l’eau atteint rarement les 20 degrés. Pour se réchauffer après la trempette, rien de tel qu’une tasse de thé au Fermain Beach Café. Comme cet homme qui revient de sa séance de natation quotidienne. Il habite tout près de la baie et s’y rend tous les jours, dit-il en se frottant énergiquement les bras. 

A elles seules, les 27 plages de Guernesey sont une raison d’y passer des vacances. Elles changent sans cesse, au fil des marées – le marnage peut atteindre les dix mètres. Pour un premier repérage des lieux, on peut sauter dans le bus 91 ou 92 et faire le tour de l’île, au prix modique d’une livre. En une heure et demie, on découvre le caractère très rural de l’endroit, les rues étroites, les fermes isolées, les villages fleuris et les grands domaines. Malgré sa forte densité démographique – près de 60 000 habitants pour 78 km2 – Guernesey est étonnamment verte.

En haut des falaises

Ceux que la baignade n’attire pas pourront se promener sur les falaises, écouter les cris des mouettes et admirer la vue sur la mer, les baies et les promontoires rocheux. On pourrait pratiquement faire le tour de l’île à pied. Le livret Tasty Walks Guernsey compile pas moins de 18 circuits qui passent par des curiosités créées tant par la nature que par la main de l’homme. En chemin, cafés et restaurants sont légion. Si les habitants de l’île aiment la nature, ils n’en tirent pas moins une légitime fierté de leur cuisine. 

Ici, à 23 kilomètres de la côte normande, la gastronomie française a la cote. Apprêtés de diverses manières, poissons et fruits de mer tiennent également le haut du pavé. Tout comme les produits dérivés du lait crémeux des vaches Guernesey, dont la viande, trop coriace, n’est guère consommée. Ici, on est bien plus proche de la France que de la Grande-Bretagne, et pourtant, la francophilie reste circonscrite aux plaisirs de la table et à certaines dénominations de rues et de localités. L’époque où les habitants parlaient encore le franco-normand est bien révolue: depuis la Première Guerre mondiale, l’anglais règne en maître. 

Guernesey est d’ailleurs éminemment britannique. Preuve en est l’humour poli des insulaires et le kipper – hareng rouge ouvert, fumé et salé – servi au petit-déjeuner. Au chapitre des boissons non alcoolisées, on trouve bien sûr le sacro-saint thé. Reste la météo – bien plus clémente qu’en Angleterre.

Histoire vivante

Chaque midi, un coup de canon retentit: du haut de la forteresse de Saint-Pierre- Port, deux messieurs en uniforme rouge perpétuent une tradition ancienne. L’île abrite également des monuments historiques, tels que le Manoir de Sausmarez, possession de la grande famille du même nom depuis 1748. Avec un peu de chance, Lord Peter Sausmarez, homme d’un certain âge affectionnant les pantalons rouges, emmène les touristes pour une visite guidée du parc des sculptures, ou de la maison de maître, hantée à ce qu’il paraît. 

Il raconte fièrement que son aïeul Philip sillonnait les mers bien avant James Cook, et que ce dernier aurait même utilisé les cartes de son précurseur. C’est cette même famille illustre qui prêta à Victor Hugo la moitié de la somme nécessaire pour la construction de sa maison à Saint-Pierre-Port. L’écrivain remboursa sa dette au bout de quatre ans seulement. Banni de son pays pour des raisons politiques, il vécut à Guernesey de 1856 à 1870. C’est là qu’il paracheva «Les Misérables». Aujourd’hui propriété de l’Etat français, Hauteville House, sa demeure, est une véritable oeuvre d’art qui témoigne des nombreux talents du grand écrivain.

Quiétude insulaire

Île Sark

Autre atout de Guernesey: la proximité de Sercq. Totalisant 500 âmes, cette île enchantée est gouvernée par le seigneur de Sercq, dont le titre est transmis de père en fils. Ici, les seuls moyens de locomotion sont les tracteurs, les voitures à cheval ainsi que les vélos. On se déplace également à pied, dans des allées, le long de massifs d’hortensias sauvages ainsi que sur le chemin tortueux qui longe la crête rocheuse de la Coupée jusqu’à Little Sark. 

Les plus chanceux profitent d’un tour guidé avec Jane. Cette ancienne enseignante raconte la vie sur cette île où nombre d’habitants exercent plusieurs métiers: par exemple, le sympathique grutier est ici également menuisier et, au besoin, juge non professionnel. Jane montre la minuscule prison ainsi que la résidence du seigneur. Elle emmène également les visiteurs à travers champs vers des points de vue particulièrement spectaculaires. «Isle of Sark – a world apart», peut-on lire sur un panneau placé là où accostent les bateaux en provenance de Guernesey. On ne saurait mieux dire.

BON À SAVOIR

Hébergement

  • Hotel Duke of Richmond: établissement élégant à Saint-
  • Pierre-Port Old Government House: meilleur établissement de l’île, charme ancien, aménagements somptueux
  • Stocks Hotel: bel établissement à l’écart, sur l’île

Boire et manger

  • Village East Restaurant: délicieux sandwiches, burgers et salades, vue sur le port.
  • Octopus: réputé pour son poisson et ses fruits de mer, sur le port
  • La Reunion: cuisine anglaise revisitée, vue sur Cobo Bay.

Prestations

  • Rolf Meier Reisen propose des circuits guidés et des arrangements individuels sur les îles Anglo-Normandes. Vols et 7 nuits à l’Hotel Duke of Richmond, dès 1755 fr.
Partager

Plus d'articles de la rédaction du Touring

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.