Carte de membre
TCS Mastercard
Facture

Vous êtes sur les pages de :
Choisir une section
Genève
Appenzell AR
Argovie
Bâle
Berne
Bienne-Seeland
Fribourg
Genève
Glaris
Grisons
Jura - Jura bernois
Jura neuchâtelois
Neuchâtel
Schaffhouse
Schwytz
Soleure
St-Gall - Appenzell IR
Tessin
Thurgovie
Uri
Valais
Vaud
Waldstätten
Zoug
Zurich
Camping Club
Canoë Club
 

Autoroute du Chablais, le projet du bon sens

Ce projet visant à désenclaver le Chablais haut-savoyard du reste du département est l’une des mesures clés du projet d’agglomération du Grand Genève. L'impact sur la circulation à Genève sera limité. Il pourrait même devenir extrêmement positif, moyennant quelques aménagements supplémentaires.

18 février 2020

Nous regrettons la décision prise par le Conseil administratif de la Ville de Genève de s’opposer activement au projet d’autoroute à péage entre Machilly et Thonon en 2024. Cette réaction épidermique frise non seulement l’ingérence, mais révèle avant tout la méconnaissance des véritables enjeux de mobilité du Chablais haut-savoyard.

Cet axe routier figure dans le projet d’agglomération du Grand Genève depuis des années, parmi de nombreuses autres mesures consacrées aux transports individuels motorisés, mais aussi au vélo, à la mobilité douce et aux transports publics. La mise en place et le lancement en décembre dernier du Léman Express est l’expression la plus forte de ce désenclavement progressif de cette région. Les opposants voient en ce tronçon autoroutier un concurrent direct du rail pour le trafic pendulaire. Or, une brève analyse du tracé montre clairement que les motifs de déplacement ne seront pas du tout les mêmes.

Un axe de contournement
L'autoroute, partant de Thonon en passant par Perrignier et Bons-en-Chablais rejoint une 2x2 voies existante à Machilly, qui s'arrête au Carrefour des Chasseurs. La prolongation naturelle de cet itinéraire s’effectue par une trois-voies rapide permettant de rejoindre l’Autoroute Blanche, en direction d’Annecy ou de Chamonix. Un cheminement qui n’a aucun attrait pour un pendulaire à destination de Genève. Les moyens de rejoindre les principaux pôles d’accès sont en effet déjà fortement saturés (douane de Thônex-Vallard, Bardonnex, traversée d’Annemasse, etc.) et le détour bien trop important. En outre, aucun aménagement n’est prévu à ce stade pour favoriser l’accès aux petites routes de campagne. Contrairement à ce que clament les opposants à ce projet d’autoroute, celle-ci n’est pas destinée aux frontaliers, mais au trafic entre le Chablais et le reste du département.
A contrario, ce nouveau tracé offre même une nouvelle opportunité pour les habitants de la rive gauche entre Annemasse, Thônex et Hermance de rejoindre le Valais ou la Riviera par le Chablais plutôt que par le Pont du Mont-Blanc et l'Autoroute A1. Rappelons également que sur proposition du TCS Genève, le Conseil consultatif de la Traversée du lac a préconisé que celle-ci soit raccordée au Carrefour des Chasseurs, plutôt qu’à Thônex-Vallard.

Des mesures complémentaires pour les pendulaires
Les projections montrent que la majeure partie des travailleurs frontaliers du Chablais résident près du bord du lac et continueront de rejoindre Genève par la route de Douvaine, ce qui sera beaucoup plus rapide que d'aller chercher l'autoroute. Pour encourager le transfert modal, la réalisation rapide d’un bus à niveau de service (BHNS) sur la route départementale 1005 entre Veigy-Foncenex et Thonon-les-Bains s’avère aussi primordial.
Une autre proposition consiste à renforcer l’accès au Léman Express, par la construction d’une gare, doublée d'un gros parking d'échange au Carrefour des Chasseurs, là où se terminent les voies rapides venant de Thonon, Chamonix et Annecy. Les travailleurs en provenance des différentes vallées auraient ainsi l’opportunité d’accéder au train rapidement, en évitant de circuler en agglomération.

 
Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.