Vous êtes sur les pages de :
Choisir une section
Genève
Appenzell AR
Argovie
Bâle
Berne
Bienne-Seeland
Fribourg
Genève
Glaris
Grisons
Jura
Jura neuchâtelois
Neuchâtel
Schaffhouse
Schwytz
Soleure
St-Gall - Appenzell IR
Tessin
Thurgovie
Uri
Valais
Vaud
Waldstätten
Zoug
Zurich
Camping Club
Canoë Club
 

Une ceinture routière pour Genève

Pas un jour sans bouchon. Et surtout, des bouchons là où il ne devrait pas y en avoir. Pour résoudre ce problème, la solution s’appelle: ceinture routière.

La mobilité à Genève mérite la plus grande attention. De nombreux moyens sont mis en oeuvre. Le dernier, spectaculaire, s’appelle CEVA. Le TCS Genève applaudit à toutes les initiatives visant à faciliter la mobilité, à offrir le plus large choix aux usagers. Le moment de la route est venu !

Le 5 juin vous votez pour un principe

Les Genevoises et les Genevois sont appelés à voter sur l’initiative IN157. Elle demande d’inscrire dans la Constitution le principe de la Traversée du Lac. Un geste de confiance en l’avenir et une évidence: Genève est l’une des rares villes de cette taille à ne pas avoir de ceinture routière. Il est temps d’amorcer un changement. Le texte ne définit pas la forme (pont, tunnel, tracé) que doit prendre la traversée. Il exprime une volonté de principe. Celui de lutter contre les bouchons, dont les conséquences sont désastreuses pour l’économie. Cela va plus loin : ils sont source de mécontentement, d’une colère sans cesse ranimée, et suscitent des réactions vives. Le peu de moyens à disposition pour changer cet état de fait conduit à des blocages. Pour gagner de manière durable une paix des transports, la réalisation du bouclement routier apparaît indispensable.

Il faut cependant garder à l’esprit le projet de traversée du lac le plus abouti, celui du Conseil d’Etat. Le vote n’entre dans aucun détail, mais il est permis de rappeler ce que les autorités ont imaginé à l’horizon de 2030. La traversée du lac est inscrite dans les documents de planification genevois que sont le Plan directeur cantonal Genève 2030, Mobilités 2030 et le Projet d’agglomération. Il s’agit d’une infrastructure-clé pour le développement futur du canton. Au-delà de son impact général sur l’amélioration des conditions de mobilité dans le canton et la région dans son ensemble, elle joue un rôle déterminant en relation avec nombre de projets de développement, notamment sur la rive gauche. L’accessibilité aux emplois sera ainsi fortement améliorée, notamment dans les secteurs de Vésenaz, des Eaux-Vives, de Chêne- Bourg et de la Pallanterie.

Mobilité combinée

Le plan directeur cantonal repose sur une stratégie combinée de développement de l’ossature des transports collectifs (particulièrement le RER transfrontalier) et des projets de développement du territoire exprimés au sein du Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, visant notamment à désenclaver la rive gauche et renforcer son développement. Ce développement urbain doit en effet être accompagné par de nouvelles infrastructures de transport.

  • Le plan directeur cantonal pose les nécessités suivantes :
  • compléter le réseau ferroviaire pour permettre d’étendre le maillage du RER et de mieux desservir les centres régionaux;
  • réaliser le bouclement autoroutier avec la traversée du lac, ce qui ne veut pas dire que le tronçon à réaliser avec la traversée du lac sera autoroutier. Il s’agira certes d’une route nationale mais il y a trois classes de routes nationales, dont seule la première est une autoroute. La deuxième correspond à une semi-autoroute et la troisième classe est une route limitée à 80 km/h., avec une ou deux voies dans chaque sens. Toutes les possibilités sont ouvertes en ce qui concerne le bouclement entre le Vengeron et l’est du canton;
  • mettre en place des nouveaux axes forts de transports collectifs, en lien avec les nouveaux quartiers.

Il y a donc complémentarité entre le développement urbain attendu, le développement des transports collectifs et le bouclement autoroutier via la mise en service de la traversée du lac.  

Bouclons la boucle

traversée du laczoom

Afin de boucler de manière efficace cette ceinture qui manque cruellement à toute la région, la traversée est parfaitement complémentaire d’un autre chantier planifié: l’élargissement de l’autoroute de contournement. Cela commencera par le tronçon Genève-Aéroport – le Vengeron, pour se poursuivre entre Perly et Bernex, puis entre Perly et l’aéroport et le Vengeron et Coppet. Tous les crédits ne sont pas alloués, mais du moins les nécessités sont-elles reconnues.

Décongestionner la ville

La traversée du lac entraînerait des effets considérables, selon les études officielles :

  • 9% de réduction de la congestion automobile dans le centre-ville par rapport à aujourd’hui;
  • 50% de diminution du trafic
  • sur le pont du Mont-Blanc;
  • 30% de diminution du trafic
  • sur le pont Sous-Terre;
  • 13% de diminution du trafic sur le pont de la Coulouvrenière.

La rive gauche se transforme

La nouvelle réalisation permettra une amélioration directe de la desserte de la rive gauche, en particulier du triangle Cologny – Vésenaz – Thônex. 

Par ailleurs, l’entier du tracé sur la rive gauche se fera en tunnel, en l’occurrence les futurs tunnels de Collonge, de Choulex et de Thônex. Ce choix technique présente des avantages clairs, car il n’y aura pas de tranchée ouverte et, donc, pas d’impact sur le paysage de la rive gauche et pas d’impact sur les zones naturelles sensibles, comme la plaine de la Seymaz qui a récemment fait l’objet d’une renaturation.

Le but de traversée est également de répartir les flux, afin de désengorger les axes saturés et le centre-ville. Des mesures d’accompagnement permettant de pallier ces nuisances seraient mises en place (contournement de bourgs, mesures de canalisations du trafic sur les grands axes existants, etc.). Dans le secteur Arve-Lac, plusieurs communes verront leur trafic diminuer, du fait de la modification des itinéraires permis par le bouclement autoroutier, mais aussi grâce à la réduction de trafic induite sur l’actuelle autoroute de contournement. Les communes de la première couronne urbaine sont particulièrement concernées, mais les communes périphériques pourront également bénéficier de baisses du trafic aux traversées des douanes: on estime que le trafic pourrait baisser de 15% à la douane de Bardonnex.

Améliorer le lien entre les rives

Le nouveau lien entre les deux rives permettra d’améliorer l’accessibilité et la connexion routière de la rive droite. Les gains de temps permis par la traversée du lac ont déjà été estimés :

  • 13 minutes pour aller de Nations à Collonge-Bellerive;
  • 15 minutes pour aller de l’aéroport à Chêne-Bourg;
  • 15 minutes pour aller de Palexpo à Cologny;
  • 20 minutes pour aller de Versoix à Veyrier.

Plusieurs communes de la rive droite verront leur trafic diminuer grâce à la modification des itinéraires et la réduction de trafic sur l’actuelle autoroute de contournement, en particulier le Grand-Saconnex, Vernier et Meyrin.

Faire revivre la ville

Il est difficile d’imaginer un trafic réduit de moitié sur le pont du Mont-Blanc. Cela permettrait d’aménager une voie de tram, par exemple, d’élargir l’espace dévolu aux piétons et aux cyclistes. Les quais pourraient également être enfin remodelés pour le plaisir des habitants et des nombreux visiteurs de Genève.

La place Neuve sortirait de son rôle de demi-giratoire géant pour retrouver une vocation plus conviviale et propice à sa proximité avec les Bastions et Plainpalais. Bien d’autres projets favorisant la mobilité douce, les zones piétonnes, ont déjà été esquissés, conditionnés à la réalisation de la traversée du lac, impossibles sans elle.

Au chapitre des nuisances, les études ont également montré un gain. Les 100’000 habitants aujourd’hui exposés régulièrement aux dépassements d’émission de polluants bénéficieront directement de l’amélioration de la qualité de l’air. De même, 220’000 habitants, soit l’équivalent de la moitié du canton, subissant aujourd’hui le maximum de bruit routier en tireront un bénéfice direct. 

La question du financement

L’initiative aborde le financement. Etant une route d’importance nationale, la traversée du lac pourra être reprise dans l’arrêté fédéral sur le réseau des routes nationales et entrera alors dans le champ de compétence de financement de la Confédération. L’initiative laisse également la porte ouverte à un partenariat avec le secteur privé si cela est nécessaire pour accélérer la réalisation.

TCS section Genève
Quai Gustave-Ador 2
1207 Genève
Téléphone +41 22 735 46 53
Du lundi au vendredi
8h00 à 12h30, 13h30 à 17h00
Partager
Réseaux sociaux
Newsletter
Applications
Magazine Touring