Tunnel routier du Gothard: Seul un 2e tube permettrait de renforcer la sécurité des usagers

Berne, 14 juillet 2015. Le tunnel routier du Gothard ne répond plus aux dernières prescriptions techniques en matière de sécurité. Cet ouvrage de 17 km est l’un des plus longs tunnels bidirectionnels d’Europe, et le danger de collision frontale y est ainsi élevé.

14 juillet 2015

Le tunnel routier du Gothard présente des faiblesses systémiques importantes : un tunnel exigu avec une circulation à double sens, des voies de circulation étroites, l’absence de bande d’arrêt d’urgence. Autant de raisons pour lesquelles cet ouvrage ne répond plus aux standards de sécurité modernes. Il est erroné et irresponsable de la part des adversaires au 2e tunnel d’assainissement de faire croire aujourd’hui que l’on pourrait compenser ces lacunes par des systèmes électroniques installés dans les véhicules.

Si le tunnel devait être construit aujourd’hui, les deux sens de circulation seraient séparés, conformément aux normes en vigueur. La règle s’applique d’ailleurs aussi aux tunnels ferroviaires. C’est pour des motifs de sécurité que notre ancien Conseiller fédéral Moritz Leuenberger justifia face au Parlement, en 2001, le supplément de coûts de 600 millions de francs pour la construction de deux tubes au tunnel de base du Ceneri.

Le TCS ne peut accepter que l’on applique pour la route d’autres règles que pour le rail ! Il rappelle que vu la longueur du tunnel, la charge de trafic en sens inverse, la part élevée de trafic lourd (23%) et les longues rampes d’accès au tunnel, le risque encouru par les usagers est élevé. Seuls deux tubes à une voie de circulation permettront de renforcer de manière significative la sécurité dans le tunnel.  

 
Partager
Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.