Pour une mobilité durable

Nous défendons des solutions pragmatiques et efficaces visant à réduire les nuisances dues au trafic.


Nous sommes appelés à relever d’importants défis dans les domaines de l’énergie et de l’environnement. Ces deux politiques transversales requièrent notamment une bonne coordination des mesures qu’elles mettent en œuvre, afin de garantir la compatibilité et la proportionnalité des interventions publiques. Le choix des « bons » instruments constitue par conséquent un élément central pour évaluer leur efficacité et leurs coûts pour la société.

Nous soutenons une mobilité durable et bien dimensionnée. Il s’agit de réduire les nuisances de la mobilité, sans combattre la mobilité elle-même. Pour cela, nous nous engageons en faveur de mesures techniques à la source et de normes (Euro, CO2) qui constituent la meilleur option pour la population mobile suisse et son économie. 

Projet de Stratégie énergétique 2050

En 2011, une taxe incitative sur les carburants - estimée à 28 centimes par litre - a été retirée de la révision de la Loi sur le CO2, en partie grâce à l’action du TCS ainsi que de ses partenaires des milieux routiers et économiques. Toutefois, la menace de taxes incitatives sur les carburants n’a pas été écartée pour longtemps. La Confédération a déjà remis des mesures similaires à l’agenda, dans son projet de Stratégie énergétique 2050 présenté en 2012.

Argumentaire contre l’introduction de lourdes taxes incitatives

Nous nous opposons à l’introduction de lourdes taxes incitatives sur les carburants pour les raisons suivantes :

  • Elles n’ont que très peu d’impact sur les émissions polluantes et les nuisances de la mobilité.
  • Elles porteraient atteinte à la sécurité du financement de nos infrastructures routières et ferroviaires en entraînant la diminution, voire l’inversion du tourisme de l'essence (qui génère plusieurs centaines de millions de francs par année de recettes fiscales).
  • Elles pénalisent l’ensemble des consommateurs suisses (renchérissement des coûts de transport reporté sur le prix des biens et services).
  • Elles pèsent davantage sur les habitants de zones rurales, sur les pendulaires des périphéries et sur les personnes ayant le plus faible pouvoir d’achat.
Partager
Réseaux sociaux
Newsletter
Applications
Magazine Touring