Les conseils du médecin-chef au sujet de la rougeole

« La seule protection valable, c’est la vaccination »


Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, médecin-chef et directeur de clinique du centre universitaire des urgences de l’Hôpital de l’Île à Berne nous transmet ses conseils sur le thème de la rougeole.

Monsieur Exadaktylos, l’Organisation Mondiale de la Santé, l’OMS, souhaitait éradiquer la rougeole à l’horizon 2010. Pourquoi ne nous y sommes-nous pas parvenu à l’heure actuelle ?
En janvier et février 2019, selon l’OFSP, il y a eu environ 50 cas de rougeole qui ont été répertoriés dans notre pays. Ce qui représente une croissance massive et inquiétante par rapport à la même période de l’année précédente qui comptait 12 diagnostics en Suisse. Environ un tiers des personnes contaminées étaient des enfants de moins de dix ans. 92 pour cent de tous les patients atteints de rougeole n’avaient pas été vaccinés. Ceci nous donne déjà une première indication sur les causes de cette recrudescence de cas d’infections.

Comment se déroule la contamination par la rougeole ?
Afin que le virus de la rougeole puisse se transmettre, il faut une contamination par des aérosols (de fines gouttelettes de fluides corporels, par exemple lors de quintes de toux ou d’éternuements).

Pourquoi est-ce important de procéder à la vaccination contre cette maladie ?
Tout d’abord, l’on peut dire que la plupart des personnes se laissent vacciner ou font vacciner leurs enfants contre cette maladie. Le taux de personnes vaccinées représente environ 87 pour cent chez les enfants de deux ans, et 93 pour cent chez les adolescents de 16 ans (valeurs pour deux doses). En Suisse, l’on procède à une vaccination par deux doses de ROR contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. Ceci protège les personnes à vie des complications de ces maladies. C’est aussi grâce à ce procédé que l’OMS a pu déclarer, en 2017, que la circulation de la maladie avait pu être interrompue à l’intérieur de notre pays. À plus long terme, la rougeole ne peut être proprement éradiquée que si 95 pour cent des enfants ainsi que toutes les personnes adultes nées après 1963 sont protégés par lesdites deux doses de produit.

Comment cela se fait-il que beaucoup de parents considèrent que la rougeole est une maladie bénigne ?
La rougeole n’est pas la varicelle, mais une maladie grave et une infection qui peut avoir des infections concomitantes parfois très sévères comme des inflammations des poumons (pneumonies), des oreilles moyennes (otites) ou des méningites (encéphalites). Comme pendant longtemps, l’on n’a considéré la rougeole que comme un phénomène marginal, sa gravité a pu se perdre dans la mémoire collective.

Que pensez-vous d’une éventuelle obligation de vacciner ?
Je ne suis en règle générale pas favorable aux contraintes, mais pour la rougeole, je recommanderais une très forte incitation à la vaccination, car des évolutions sévères et des épidémies atteignent aussi la société dans son ensemble et peuvent la pénaliser… et de plus que ses symptômes peuvent entraîner la mort. Un rattrapage de vaccination est possible à tout âge et son application est très sûre.

Quels sont les symptômes qui apparaissent lors d’une infection par le virus de la rougeole ?
En général, la rougeole se déroule en deux phases : les premiers symptômes apparaissent habituellement dans un délai de sept à 21 jours après la contamination et ressemblent à des phénomènes grippaux, fièvre, fatigue, douleurs abdominales, inflammations des cavités oto-rhino-laryngologiques, accompagnés de toux et de rhume. Après un léger déclin des symptômes, et après que les virus de la rougeole ont déjà bien affaibli le corps de la personne affectée, alors se déclenche la seconde phase d’attaque sur le système immunitaire, et celui-ci y réagit avec un nouveau pic important de fièvre. Les symptômes décrits ci-dessus, lors de la première phase, s’aggravent encore sensiblement et l’éruption cutanée de la rougeole apparaît enfin et aggrave grandement la perception de douleurs et de mal-être.

La rougeole se voit souvent « importée » de l’étranger. Comment peut-on se prémunir contre cette maladie à l’avenir et quelles précautions faut-il prendre ?
C’est tout à fait juste, c’est aussi de l’étranger que la rougeole pénètre en Suisse. Mais la seule protection efficace est et reste la vaccination.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.