Traitement en cas d’intoxication par de la fumée

La cause de mortalité la plus fréquente lors d’incendies est l’intoxication par les gaz contenus dans les fumées.


La cause de mortalité de loin la plus fréquente lors d’incendies est l’intoxication par les gaz contenus dans les fumées. En général, le monoxyde de carbone est le coupable, car il se crée à l’occasion de feux avec un petit apport d’air. La plupart des victimes d’incendies décèdent la nuit, pendant leur sommeil. Ces personnes s’évanouissent en raison de l’absorption du monoxyde de carbone, qui n’a pas d’odeur et n’est donc pas détectable, avant même de pouvoir s’enfuir.

Le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin-chef et Chef de clinique du Centre universitaire des urgences de l’Hôpital de l’Ile à Berne, nous donne ses explications à ce sujet.

Monsieur Exadaktylos, quels sont les symptômes d’une intoxication par de la fumée ? 
Il n’existe pas d’intoxication par de la fumée « typique » ou « classique ». Sa dangerosité dépend de la composition des objets qui sont brûlés et de la quantité de ceux-ci. La fumée peut être tout à fait inoffensive ou très dangereuse en fonction du mélange de particules qu’elle contient. Les symptômes peuvent être très divers : des malaises, des maux de tête, de fortes quintes de toux et des insuffisances respiratoires, et parfois jusqu’au coma. Fondamentalement, l’on fait la différence entre :

  • Les gaz asphyxiants (entre autres: dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, acide cyanhydrique, etc.). Ces poisons sont subreptices et ont un effet irritant plutôt faible – c’est pourquoi on ne les remarque pas ou souvent que trop tard. Ces gaz démontrent une forte toxicité et peuvent être mortels.
  • Les gaz irritants (chlore gazeux, oxydes de soufre, etc.). Ces gaz ont un haut potentiel d’irritation (quintes de toux fortes), mais ne sont que très rarement mortels.
  • Les gaz de pyrolyse volatils (benzène, éther, etc.). Ces gaz ne se remarquent pas de premier abord, mais, en cas d’exposition prolongée, ils peuvent provoquer des dommages aux organes (ce sont surtout les personnes actives dans l’industrie qui sont touchées).
  • Les particules solides composant la fumée (suie) – celles-ci peuvent, à terme, provoquer des maladies, et entre autres des cancers.

Comment une intoxication par de la fumée est-elle traitée ?
On s’adapte à l’« agent polluant ». En principe, toutes les composantes de la fumée listées ci-dessus ont un ennemi commun : l’oxygène. Ceci veut dire que plus il y a de substances toxiques, moins il y a d’oxygène disponible pour la respiration. C’est ainsi qu’apparait le risque d’étouffer en raison du manque d’oxygène, en particulier dans des situations où les gaz ne sont que très peu irritants. Voilà pourquoi la première mesure à prendre est d’administrer de l’oxygène à 100 pour cent à la personne en danger. Il s’agit là d’oxygène médical qui ne peut être transféré qu’à partir des fameuses bouteilles en acier.

Et s’il n’y a pas d’oxygène à proximité immédiate ?
Si de l’oxygène médical n’est pas disponible, alors il faut emmener la personne à l’air frais. Son visage et ses voies respiratoires doivent être rincés à l’eau claire. Les vêtements qui ont « pris la fumée » devraient être enlevés. S’il est possible de prendre une douche, alors c’est l’idéal. Si des muqueuses ont été fortement irritées par des gaz toxiques ou par la chaleur, cela peut entrainer des difficultés respiratoires. En cas d’urgence, il se peut qu’il faille intuber la victime afin d’assurer le maintien des voies respiratoires libres avant que celles-ci n’enflent.

Est-ce qu’il peut y avoir des conséquences à long terme ?
Selon la cause de l’irritation, il se peut que des lésions dans la région des voies respiratoires ou des dégâts aux organes à plus long terme soient diagnostiqués.

Est-ce que l’on peut aussi s’intoxiquer au moyen de la fumée de cigarette ?
Tant que l’on se trouve dans une pièce bien aérée lorsque l’on fume et qu’il y a suffisamment d’oxygène, il ne devrait pas y avoir de problème. Ceci vaut également pour les nouvelles e-cigarettes. La fumée du tabac a été mise sur la liste des polluants atmosphériques aux États-Unis d’Amérique, en Californie, depuis 2006. Ainsi , là-bas, ce polluant est mis sur un pied d’égalité avec les autres substances.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager
durckenE-MailFacebookGoogle +Twitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.