Implants dentaires

Pourquoi les traitements à l’étranger sont-ils meilleur marché ?


Le Dr med. et Dr med. dent. Jürgen Andreas Zix, médecin spécialisé pour la chirurgie buccale et maxillo-faciale et médecin spécialisé en chirurgie orale à Berne, nous en dit plus au sujet des implants dentaires.

Monsieur Zix, qu’est-ce qu’un implant dentaire ?
La plupart du temps il s’agit, pour un implant dentaire, d’une vis en titane – dans de rares cas, elle peut être en porcelaine – qui est ancrée dans l’os de la mâchoire et qui fait ainsi office de racine artificielle. Le titane n’est pas électromagnétique et on peut donc procéder à des IRM sans devoir se faire de soucis pour ces implants, ou l’on peut encore sans conséquence passer les portiques de sécurité dans les aéroports.

Quand a-t-on recours à un tel implant ?
Un implant est mis en place lorsque l’on souhaite remplacer une dent individuelle, plusieurs dents ou toutes les dents de la mâchoire. Il peut être terminé au moyen d’une couronne ou d’un bridge/pont, ou servir d’ancrage pour la fixation d’une prothèse dentaire.

Quels sont les avantages d’un implant en lieu et place d’une prothèse ou d’un bridge ?
Dans le cas d’un pont dentaire, les dents adjacentes sont taillées ce qui occasionne la dégradation partielle de ces dents. Ceci peut même entrainer la mort de la dent, ce qui peut occasionner encore d’autres problèmes en cascade. De plus, au fil des années, l’une ou toutes les dents qui soutiennent le pont peuvent éventuellement développer une infection par une carie parce que le bridge est plus difficile à nettoyer. Une prothèse partielle est un dentier partiel amovible. Pour la fixer, l’on utilise ce que l’on appelle communément des attaches. Comme celles-ci peuvent être visibles, cela peut occasionner une gêne à la personne qui la porte, en particulier si elle est encore jeune. Et dans le cas d’une prothèse partielle qui ne peut pas s’appuyer sur une dent qui ne se situe pas dans le fond de la bouche, alors la prothèse peut bouger lors de la mastication – ceci peut aussi déranger ou être gênant.

Comment se passe la pose d’un implant ?
L’opération se déroule sous anesthésie locale. La durée du traitement peut varier grandement et dépend entre autres du volume d’os de la mâchoire qui est à disposition. S’il y a suffisamment d’os, alors l’on procède au percement d’un trou dans l’os de la mâchoire, et l’implant sera vissé dans cette cavité par la suite. Si la quantité d’os devait s’avérer insuffisante pour agir de la sorte, alors il existe la possibilité de consolider l’os au moyen de substances osseuses propres au patient et artificielles en construction de type sandwich, en hauteur ou en largeur, ou même de trouver des solutions permettant de remonter la partie inférieure des sinus.

Combien de temps dure un tel traitement et est-il douloureux ?
La durée du traitement dépend des particularités de la mâchoire qui est à traiter. Si les circonstances sont optimales, alors l’opération peut durer moins de 30 minutes et ne fera presque pas mal. Mais s’il est nécessaire de procéder à une reconstruction d’os, il est important que tout soit bien recousu proprement sous la muqueuse, ce qui peut potentiellement déclencher des gonflements importants et des désagréments nombreux et peu agréables. Si lors d’une opération l’on procède à plusieurs implants et que l’on procède à une « greffe » d’os en même temps, alors la durée de l’intervention peut atteindre, voire dépasser 3 heures dans certains cas.

Combien coûte un implant dentaire en Suisse ?
Pour un implant dentaire, y compris la couronne, il faut compter avec une facture d’environ CHF 3'000.- à CHF 5'000.- si vous le faites poser en Suisse.

Est-ce que les frais sont pris en charge par l’assurance ?
Les coûts ne sont pris en charge par l’assurance maladie que dans certains cas bien précis. Par exemple si la pose de l’implant découle d’un accident ou d’une maladie inévitable comme par exemple certains kystes, ou le traitement d’une tumeur dans la zone de la bouche. Voici les quelques cas dans lesquels les assurances entrent en matière.

Un grand nombre de personnes se rendent à l’étranger pour ce type de traitement. Pourquoi les frais associés sont-ils plus bas dans d’autres pays ?
La différence de prix est sans doute liée à des niveaux de salaires plus bas, tout comme des frais d’infrastructure nettement moins élevés. De plus, les matériaux utilisés sont souvent de qualité inférieure, par exemple les implants. De plus, des appareillages médico-dentaires moins chers sont utilisés en dehors de la Suisse.

Est-ce qu’il existe des différences de qualité pour les implants qui ont été posés à l’étranger ?
Les personnes qui sont satisfaites de leur traitement dentaire, nous ne les voyons pas, d’habitude. Néanmoins, il n’est pas rare que je rencontre des personnes concernées qui ont des problèmes, parfois graves, avec des implants qu’ils ont fait poser à l’étranger. Dans ces situations, il s’agit principalement d’implants qui n’ont pas été posés correctement, que ce soit dans une position ou une direction qui ne convient pas ou des implants qui ont été posés alors que la masse osseuse de la mâchoire était insuffisante. Dans ces cas, il faut en général retirer l’implant défectueux. Puis, il ne s’agit plus simplement d’un problème médico-dentaire, mais bien souvent aussi d’un problème financier. Dans la grande majorité des cas, les patients auront de grandes difficultés à faire valoir leurs droits à des remboursements ou à des abattements de factures dans les pays où les implants ont été posés.

Quels sont les risques que l’on accepte implicitement en décidant de se faire soigner en dehors de Suisse ?
En plus des aspects que nous venons d’évoquer, les reconstitutions dentaires, c’est-à-dire les ponts et les couronnes posent également des problèmes. Dans la plupart des cas, celles-ci ne sont pas fabriquées dans les règles de qualité que nous connaissons dans notre pays, et elles sont souvent difficiles, voire impossibles à nettoyer. Cet élément aussi peut dégénérer en une infection de l’implant. Et là aussi le traitement pour y remédier sera de nouveau important. Pour s’assurer d’une intervention valable à long terme au moyen d’un implant, la capacité à le nettoyer et l’hygiène buccale sont l’alpha et l’oméga.

Qui prend en charge les traitements rendus nécessaires suite à des implants acquis à l’étranger ?
La patiente ou le patient se retrouve tout seul devant ce problème. Si la personne touchée devait choisir de se rendre chez un dentiste suisse après l’émergence d’un tel problème, alors il ne se voit que prescrire des antibiotiques et on lui propose un nouveau voyage à l’étranger pour continuer le traitement. Les traitements des inflammations autour des implants sont consommateurs de temps. Ainsi, dans ces cas, il arrive que l’on préfère enlever l’implant, tout simplement. Il n’est pas rare que le dentiste suisse ne soit carrément plus à même de traiter cet implant, car un certain nombre de systèmes d’implants ne sont pas du tout pratiqués dans notre pays.

Ces informations sont des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Partager
durckenE-MailFacebookTwitter

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.