Quoi faire en cas de coup de soleil ou brûlures ?

Quelles sont les mesures de premiers secours en place et quand se rendre chez le médecin ou aux urgences ?


Le Professeur Dr med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin-chef et Directeur de clinique du Centre universitaire des urgences (Hôpital de l’Ile, Berne), nous donne ses conseils pour réagir en cas de brûlures de la peau. 

Monsieur Exadaktylos, comment peut-on faire la différence entre divers types de brûlures et quelles sont les premières mesures que l’on peut prendre pour les traiter ?
Un coup de soleil est par exemple classifié en tant que brûlure au premier degré. Les brûlures présentant des formations de cloques font partie de la catégorie des brûlures au deuxième degré. Et les brûlures qui colorent les tissus en blanc ou en noir représentent des lésions au troisième degré. Toutes ces brûlures ont en commun qu’il s’agit en premier lieu de refroidir la partie de corps touchée, car un effet appelé « afterburn » se manifeste à leur suite.

Qu’est-ce que cela veut dire ?
La brûlure se propage plus profondément dans les couches de la peau, même si l’endroit n’est plus exposé à une source de chaleur directe. De l’eau propre et rafraîchissante ou des tissus humides sont le plus à même, si l’on couvre la partie du corps touchée, de la refroidir et d’en réduire les premières douleurs. En particulier, pour des blessures de plus grande surface, l’eau ne devrait pas être trop froide pour ne pas provoquer une hypothermie en essayant de soulager la brûlure. S’il s’agit de brûlures au premier degré, certaines crèmes et des onguents que l’on trouve en pharmacie peuvent être très utiles. En cas de brûlures « ouvertes », n’utilisez pas de crèmes ou d’onguents, ceux-ci ne rendent que le diagnostic plus difficile.

Est-ce qu’il faut laisser ou retirer les cloques qui se sont formées en raison d’une brûlure ?

Je recommande de laisser les cloques en place. La peau de la cloque (il s’agit de la première couche de l’épiderme de la partie du corps brûlée) protège les tissus mis à nu en dessous. Évidemment, ceci ne s’applique pas si la cloque ou la plaie est très sale. Si une cloque contient beaucoup de liquide et si elle dérange le patient, alors on peut ponctionner cette cloque et en drainer le liquide. Après, il s’agit de protéger la plaie en la couvrant au moyen de bandages ou de sparadraps propres.

À quel moment faut-il consulter un médecin ou se rendre aux urgences ?
Tout d’abord, il s’agit de se faire une « image » complète de la situation : où, quoi, à quelle profondeur et de quelle gravité est la brûlure ? Une paume de la main représente environ un pour cent de la surface du corps. Dans le cas de brûlures de grandes surfaces, les secours doivent immédiatement être appelés et il faut les informer au plus vite au sujet de l’étendue, de la localisation et de la profondeur des lésions. Toutes les brûlures, sauf le coup de soleil, toutes les brûlures qui touchent des enfants ainsi que toutes les brûlures ayant trait au visage, aux mains, aux articulations et dans les parties intimes doivent absolument être évaluées par un médecin.

Pourquoi est-ce si important ?
En raison de cet effet « afterburn », un diagnostic précis et définitif ne peut être fait qu’après environ 24 heures au sujet de la profondeur et de l’étendue de la brûlure. On le voit bien avec les coups de soleil : parfois ils ne « se révèlent » que le lendemain de l’exposition excessive. Des brûlures qui présentent des formations de cloques sont des plaies ouvertes : c’est pourquoi une vaccination contre le tétanos peut s’avérer utile ou nécessaire.

Quelles brûlures sont les pires ?
C’est difficile à dire comme cela, au débotté. En effet, il ne faut pas considérer que l’étendue, mais aussi la profondeur et le lieu de la brûlure.

Est-ce que les brûlures peuvent mettre la vie en danger ?
Oui, bien sûr ! Ici aussi, l’étendue et la partie du corps touchée jouent un rôle important. Les brûlures de la zone du nez et de la bouche peuvent entrainer des complications respiratoires importantes et aiguës, même si ce n’est qu’une petite surface de peau qui est touchée. Notre peau est l’un des plus grands organes, et aussi l’un des plus importants. Non seulement nous « respirons » à travers elle, mais nous régulons aussi notre température et d’autres processus y sont associés. Si une grande surface est touchée, alors on peut mourir.

Dans les films, on voit souvent des personnes brûlées se rouler par terre pour éteindre les flammes qui les consument.
C’est de la pure fiction hollywoodienne. En se roulant au sol de la sorte, on ne fait que mettre la peau en contact avec encore plus de textiles incandescents et potentiellement encore plus de saletés. Si un textile brûle, il faut tout de suite essayer de l’enlever ou de l’éteindre au moyen d’une couverture en laine. Cela semble évident, mais qui a souvent à faire avec du charbon ou du feu devrait aussi se préparer de manière adéquate pour leur maniement, y compris pour des cas d’urgence.


Ces informations se veulent des indications sommaires et ne doivent pas représenter la seule base pour des décisions liées à votre état de santé. Consultez votre médecin ou votre pharmacien en cas de question médicale. Une recherche sur internet ne remplace pas une consultation par un professionnel.

Pour toute suggestion ou contribution, vous pouvez nous contacter par e-mail : mdtcsch

Inselspital Bern

Cet article a été réalisé en collaboration avec le Professeur Dr. med. Aristomenis Exadaktylos, Médecin chef et Directeur clinique du Centre des urgences de l’Hôpital de l’Ile (Hôpital universitaire de Berne).

www.insel.ch

Partager

Ceci pourrait également vous intéresser

Offres du TCS

Newsletter
Réseaux sociaux
Magazine Touring
Nouveaux produits & jubilés
 
Nous vous remercions de bien vouloir patienter un instant
Nous sommes en train d'optimiser notre site web et les temps de chargement peuvent s'avérer plus longs.