Notre histoire
Notre histoire

Comment le TCS est devenu le plus grand club de la mobilité en Suisse – une rétrospective sur 125 ans d’histoire.

Notre histoire

Comment le TCS est devenu le plus grand club de la mobilité en Suisse – une rétrospective sur 125 ans d’histoire.



1896
1896

Le 1er septembre 1896, à Genève, 205 passionnés de vélo fondent le Touring Club Suisse.

1896

Le 1er septembre 1896, à Genève, 205 passionnés de vélo fondent le Touring Club Suisse.

L’objectif de cette nouvelle association est de promouvoir le cyclotourisme et de le rendre plus sûr. En effet, jusqu'à là, se déplacer à vélo ne va pas de soi. L’état des routes est lamentable et les pannes sont fréquentes. Sans compter qu’il faut encore s’assurer de l’acceptation sociale de ce moyen de transport relativement récent. 

Nombreuses sont les anecdotes d’amateurs de la petite reine que des quidams voulaient empêcher de rouler trop vite en leur jetant des pierres et des fourches ou en tendant des fils en travers de la route.

1898

Le TCS fait partie des membres fondateurs de la Ligue Internationale des Associations Touristes (LIAT) qui réunit alors 17 associations de cyclisme et de tourisme.

1908

Le TCS s’engage dans l’éducation routière. Il demande au Conseil fédéral de rendre l’instruction routière obligatoire.

1911

Une section automobile est créée à la requête des automobilistes du TCS.

1923

Le TCS compte déjà 10’000 membres. Il tient un stand lors du premier Salon de l’automobile de Genève.

1914–1928

Les premières sections sont fondées.

Le Tessin crée la première section cantonale en 1914 afin de pouvoir traiter toutes les questions de tourisme et de transport qui concernent son canton. Cette première « décentralisation » a marqué le début de la structure fédérale du TCS. D’autres sections suivent très rapidement : Jura (1916), Genève (1917), Zurich (1917) et Vaud (1918).

Dans les années 1920 sont ensuite créées les sections de Bâle (1921), Neuchâtel (1922), Schaffhouse (1924), Biel/Bienne-Seeland (1925), Berne (1926), Fribourg (1926), Soleure (1926), Valais (1926), Waldstätte (1926), Glaris (1927), Grisons (1927), St-Gall - Appenzell IR (1927), Thurgovie (1927) et Jura Neuchâtelois (1928).

1929
1929

Un service d’entraide routier voit le jour dans plusieurs régions du pays.

1929

Un service d’entraide routier voit le jour dans plusieurs régions du pays.

En 1929, après un premier essai concluant, des bureaux d’assistance sont installés aux postes frontière, notamment à Bâle et à Chiasso. Des chalets de bois abritent les mécaniciens.

Pendant la saison, les agents du TCS sillonnent les grands axes en side-car. À bord, ils transportent leurs outils et du matériel de premier secours, pour aider en cas de panne ou rapatrier des personnes accidentées.

1930
1930

Le Touring Club Suisse lance sa campagne « Êtes-vous prudent ? » visant à prévenir les accidents et à promouvoir la sécurité routière. Véritable succès, cette première campagne de sécurité routière du TCS pose le fondement de l’engagement du club en faveur de la prévention des accidents.

1936
1936

Le Touring Secours remplace le service d’entraide routier.

1936

Le Touring Secours remplace le service d’entraide routier.

Successeur du service d’entraide routier, le Touring Secours apporte de nouveaux avantages. Désormais, l’aide du TCS est fournie partout en Suisse, 24 heures sur 24, de jour comme de nuit. 

Une prouesse rendue possible par la collaboration avec plus de 500 garages qui mettent du personnel de piquet à disposition. Les usagers de la route peuvent demander l’aide du TCS via les renseignements téléphoniques de la poste.

1944

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le TCS contribue à l’approvisionnement du pays. Il travaille avec le Touring Club de France pour se procurer les documents nécessaires aux livraisons d’outre-mer.

1949

Une nouvelle catégorie de membres voit le jour : les campeurs intègrent le club et un règlement spécifique est rédigé pour définir l’utilisation des campings TCS.

 

 

1952
1952

Le nombre d’accidents augmentant, le TCS s’implique pour améliorer la sécurité routière.

1952

Le nombre d’accidents augmentant, le TCS s’implique pour améliorer la sécurité routière.

Pour réduire le nombre d’accidents et de morts – près de 900 pour moins de 400’000 véhicules à moteur – le TCS accélère la formation des conducteurs et se rend dans les écoles. La brochure « Plus vite, toujours plus vite » décrit le bon comportement à adopter sur la route. Elle est imprimée à plus de 100’000 exemplaires.

Pour accroître la sécurité sur le chemin de l’école, le TCS crée les premiers patrouilleurs scolaires, forme les responsables et fournit le matériel nécessaire, comme les gilets. 

1958

Le Livret ETI voit le jour. Il protège son détenteur en cas de problèmes financiers, techniques ou juridiques.

1968

Le Touring Club fonde l’assurance de protection juridique Assista, pour que les détenteurs d’un Livret ETI bénéficient aussi de l’assistance juridique à l’étranger. Le potentiel des offres sur le plan national est très vite reconnu et élargi.

 

 

1950–1964

La création des sections Zoug (1950), Appenzell AR (1953), Uri (1960), Schwyz (1963) et Argovie (1964) vient renforcer la dimension nationale du Touring Club Suisse qui dispose désormais d’un ancrage dans tous les Cantons helvétiques.



1968
1968

Le TCS et ses partenaires allemands procèdent aux premiers tests de sécurité de sièges enfants.

1968

Le TCS et ses partenaires allemands procèdent aux premiers tests de sécurité de sièges enfants.

Ces tests sont de véritables précurseurs, alors que la loi n’exige pas encore le port de la ceinture de sécurité et que le nombre d’enfants à bord ne doit même pas correspondre au nombre de sièges. 

Les résultats des tests jettent d’ailleurs un certain froid : sur les six sièges examinés, deux seulement offrent une «très bonne protection».

1970

La toute nouvelle Centrale d’alarme du Touring Club Suisse garantit une assistance 24 heures sur 24 aux membres en difficulté à l’étranger.  

1973

Le test de pneus constitue une autre première, à nouveau avec des partenaires internationaux. Depuis, ces tests sont devenus un standard du TCS.

1975

Les premiers baudriers réfléchissants (aujourd’hui appelés Trikis) sont distribués aux enfants des écoles enfantines et primaires.

 

1976
1976

Le TCS s’implique encore plus dans la protection des consommateurs.

1976

Le TCS s’implique encore plus dans la protection des consommateurs.

Si le service technique du TCS a commencé à tester des composants et des accessoires automobiles dès les années 1960, il systématise et étend bientôt ses essais, seul ou conjointement avec des experts externes. 

Ainsi, en 1976, il met à l’épreuve des extincteurs, des carburants et des ceintures de sécurité.

1979

Mise en service du centre de conduite d’Emmen qui abrite désormais le Touring Secours et le service technique.

1983

Le TCS passe le seuil du million de membres. 

 

 

1985
1985

Déclarant la guerre à la pollution, le Touring Club s’engage en faveur des catalyseurs d’échappement.

1985

Déclarant la guerre à la pollution, le Touring Club s’engage en faveur des catalyseurs d’échappement.

Le TCS adopte un rôle de premier plan dans le cadre des efforts pour réduire la pollution de l’air et de l’environnement. Mettant à profit son expérience en matière de sensibilisation, il lance une campagne d’information nationale recourant à des brochures et des spots publicitaires.

En outre, le service technique du TCS effectue des tests longue durée avec des véhicules équipés de pots catalytiques. Sur la base de ces résultats, le TCS fait la promotion de cette technologie au plan national.

1988

Le TCS procède à ses premiers crash tests, en collaboration avec des partenaires internationaux.

1994

Mise en place d’une centrale d’information routière avec la Radio Suisse Romande. Elle diffuse des informations routières sur les fréquences de la RSR.


 

1996
1996

Le Touring Club Suisse fête ses 100 ans.

1996

Le Touring Club Suisse fête ses 100 ans.

Pour son anniversaire, le TCS s’exprime en faveur d’une association judicieuse de l’automobile, du train et de l’avion pour assurer à chacun une mobilité optimale qui tient compte tant des besoins de l’humain que de ceux de l’environnement. Le TCS étend ses prestations au secteur non motorisé et aux transports publics. Une locomotive des CFF arborant le logo du TCS – une association jusqu’alors inédite – devient le symbole visuel de cette approche novatrice.

Le service de dépannage est renommé : le Touring Secours devient la Patrouille TCS. Les cinq centrales d’assistance routière fusionnent sur le nouveau site de Schönbühl, près de Berne. Fort de 1,3 million de membres, le TCS emploie désormais 900 collaborateurs.

1997

Avec son site www.tcs.ch, le TCS fait ses premiers pas sur Internet. Sur plus de 800 pages, la présence sur la toile du Club propose probablement l’offre la plus complète en matière de mobilité en Suisse, et cela dans les trois langues nationales.

1999

Que ce soit durant l’hiver 1999, riche en avalanches, ou lors de l’incendie du tunnel du Mont Blanc, le TCS offre son assistance, évacue des véhicules et investit dans l’amélioration de la sécurité des tunnels.

 

 

2000
2000

Le premier centre de sécurité routière du TCS voit le jour à Stockental, près de Thoune.

2000

Le premier centre de sécurité routière du TCS voit le jour à Stockental, près de Thoune.

Le centre de sécurité routière du TCS à Stockental, dans l’Oberland bernois, démarre ses activités en adoptant la devise « Apprendre par l’expérience ». Considéré comme le centre de sécurité routière le plus moderne d’Europe, il bénéficie de l’expérience de son instructeur en chef, Marc Surer.

Consultant pour les cours de conduite proposés par le TCS, l’ancien pilote de Formule 1 participe à leur élaboration.

2004

Le TCS développe son assistance dans le monde entier. En cas de crise, il envoie des spécialistes sur place pour organiser le rapatriement.

2006

Alors que la formation en deux phases est devenue obligatoire, le TCS propose des cours spécifiques à ses membres ainsi qu’aux nouveaux conducteurs et aux non-membres.



2008
2008

Cent ans de travail de développement consciencieux et cohérent ont permis qu’aujourd’hui le TCS soit perçu, dans tout le pays, comme un acteur compétent dans le domaine de la sécurité routière. Désormais, son action de grande envergure en faveur de la sécurité routière est largement soutenue par une collaboration étroite avec les clubs et les organisations partenaires. Elle s’articule autour du travail de prévention, de l'éducation et de la formation et du perfectionnement permanents des jeunes et des moins jeunes, sans oublier les tests. Une exposition itinérante qui va parcourir tout le pays vient documenter cet engagement du TCS.

2008

La toute nouvelle Académie de la mobilité est placée sous le signe de l’innovation. Plus grand prestataire de services de mobilité en Suisse, le TCS cherche des réponses convaincantes pour l’avenir de la mobilité. L’Académie explore les dernières tendances en matière de mobilité telles que l'électromobilité. 

2010

Le TCS crée sa propre application. Téléchargée plus de 30’000 fois au cours des premières semaines, elle comprend les informations routières, l’appel d’urgence et bien d’autres fonctions.

2015
2015

La toute première plateforme de partage de vélos-cargos électriques au monde est créée à Berne.

2015

La toute première plateforme de partage de vélos-cargos électriques au monde est créée à Berne.

Avec ses partenaires, l’Académie de la mobilité TCS lance l’initiative suisse de vélos-cargos Carvelo. La même année, l’initiative donne naissance à carvelo2go, la première plateforme de partage de vélos-cargos. Écologiques et pratiques, ces vélos de transport sont disponibles à la location, à l’heure ou à la journée, à proximité des utilisateurs. Plus besoin de les acheter à un prix onéreux.

Plus de 22’000 personnes recourent à ce moyen de transport proposé dans plus de 75 villes et communes.

2018

 Le TCS propose un nouveau modèle d’adhésion axé sur la mobilité multimodale agrémenté d’une protection de la mobilité dans les transports publics, d’une protection juridique et d’un conseil juridique.

2018

 La mobilité électrique suscite de plus en plus d’intérêt, ce qui pousse le TCS à proposer à ses membres des bornes de recharge à domicile, bien sûr installées sur place par les patrouilleurs TCS.

2018

Le TCS se lance dans les sports électroniques et fonde la „TCS eSports League“, une des plus grandes compétitions de sports électroniques de Suisse. Très populaire, le jeu de football et de voiture Rocket League fait de plus en plus d’adeptes.

 

2021
2021

Le TCS fête ses 125 ans 

2021

Le TCS fête ses 125 ans 

En 125 ans d’histoire, le TCS a profondément marqué des générations entières. Grâce à son soutien indéfectible à ses membres, ceux-ci  savent qu’ils peuvent compter sur une assistance aux personnes et aux véhicules à toute épreuve, de conseils d’experts en matière de mobilité et sur des prestations de premier ordre. Quel que soit leur moyen de transport, qu’ils soient en Suisse ou à l’étranger, qu’ils appellent de jour comme de nuit - le TCS est toujours à leur côté.

Et l’activité du TCS va bien au-delà du service aux membres. Avec son engagement pour la sécurité routière, pour la formation des jeunes conducteurs et pour des produits de consommation sûrs, le Touring Club Suisse contribue de manière significative au développement d’une une mobilité sûre et durable qui profite à l’ensemble de la population suisse. 

 
 
Sociétariat
Sociétariat
En savoir plus »
Cours & contrôles techniques
Cours & contrôles techniques
En savoir plus »
Camping & voyages
Camping & voyages
En savoir plus »