Lancia Ypsilon 0.9 TwinAir Platinum

Elle perpétue la touche glamour

La Lancia Ypsilon continue à incarner la petite voiture luxueuse. Cette citadine joue la carte de l’élégance à tous points de vue.

Fidèle à sa philosophie, l’élégante Lancia Ypsilon apporte une touche de luxe dans le segment des citadines.

Abandon du superflu et retour aux fondamentaux, le style et l’élégance. La petite Lancia fait un peu figure de bijou, conformément à la devise: la beauté est un droit, pas une question de prix. Et c’est vrai qu’elle est belle, la nouvelle Ypsilon. La douceur de sa face avant, la finesse de sa taille et les rondeurs de sa partie arrière en font une voiture de femme par excellence, même si on voit les choses autrement chez Lancia.

L’habitacle de cette quatre places est très accueillant aussi, en raison d’une habitabilité décente et de la qualité des matériaux. A l’instar de ses trois devancières, l’Ypsilon est une citadine élégante et d’autant plus pratique qu’elle dispose désormais de cinq portes. Mais tout ce qui brille n’est pas or et le bicylindre primé de Fiat atteint rapidement ses limites. Ne serait-ce que sur le plan acoustique, il tranche avec le luxe que cette citadine se complaît à afficher. De plus, ce petit moteur turbo peut se montrer relativement gourmand.

Habitacle

Habitabilité étonnante pour une voiture de 3,8 m, en dépit d’une garde au toit un peu juste à l’arrière. Capacité du coffre suffisante, mais on souhaiterait une modularité plus futée. Matériaux souvent de qualité et finition convenable.

Confort

Suspensions privilégiant presque trop le confort. Sièges chic et confortables, mais offrant peu de maintien latéral. Confort acoustique pénalisé par les vrombissements du moteur bicylindre.

Equipement

Dotation de série très complète et options de prix raisonnable. La version haut de gamme Platinum dispose de l’intérieur cuir (volant inclus), de jantes alliage et d’une climatisation automatique bizone.

Performances

Le groupe bicylindre monte bien en régime et délivre de bonnes performances, mais il vibre fortement à bas régimes. La commande de boîte est douce, mais les débattements du levier sont importants. Le bilan global est terni par une consommation relativement élevée.

Comportement

En raison des tarages de suspension souples, l’Ypsilon manque d’équilibre sur les mauvais revêtements et à l’accélération. Direction pas très directe.

Sécurité

Equipement complet. L’aide au stationnement (option) est efficace.

  • Texte: Nadia Rambaldi / photos: Fabian Unternährer